Les épisodes 2 qu'il aurait fallu casser avant Brice 3

S.O.S. Fantômes 2

Brice de Nice a cassé l'épisode 2 de ses aventures. Il n'aurait pas dû s'arrêter là.

Brice 3 avec Jean Dujardin sort le 19 octobre en salles. 10 ans après Brice de Nice (4,4 millions d'entrées). Mais où est passé l'épisode 2 ? "J'lai cassé", clame Brice sur l'affiche du film. Pas mal. Mais Brice aurait pu casser d'autres épisodes 2 pour passer directement à l'épisode 3. Petit échantillon non exhaustif.

Notre critique de Brice 3 avec Jean Dujardin : ça farte presque

S.O.S. Fantômes 2 (1989)
Vu le succès écrasant du premier en 1984, dans les années où Hollywood établissait ses franchises pour les siècles des siècles, la suite était inévitable. Une suite sortie en 1989 (l'année de Retour vers le futur 2 et L'Arme fatale 2) qu'on pourrait résumer à "plus de fric, moins d'idées", puisque le scénario copie-colle le premier sans même faire l'effort de s'en cacher. La bonne idée du script (les Ghostbusters devenus has been et animateurs de goûters d'anniversaire) est vite évacuée au profit de l'éternel sauvetage du monde contre une saloperie maléfique. Comme disent les Américains : Been there. Done that. Bought the T-shirt. Il a fallu attendre 17 ans pour voir un Ghostbusters régénéré, original, rafraîchissant, avec un cast féminin. On aurait aimé passer directement à celui-ci.

58 minutes pour vivre (1990)
Film d'action hyper efficace et rigolo, 58 minutes pour vivre n'entraîne pas moins la franchie Die Hard vers une direction sévèrement bis et routinière (McClane à l'aéroport = terroristes et fusillades) sous la direction de Renny Harlin. McTiernan reviendra au volant pour le troisième film Une journée en enfer cinq ans plus tard et livrera un de ses chefs-d'oeuvre tout en emmenant la franchise dans des territoires inédits. Et puis au 21ème siècle ce sera Die Hard 4 et 5. Soit en plein dans la nanardise et la formule que Die Hard 3 avait évitées.

Star Wars Episode 2 : L'Attaque des clones (2002)
On aime plus que certains l'Episode 2 : la musique de John Williams (le superbe thème amoureux "Across the Stars"), le romantisme envers et contre tout, la fin mélancolique... Et puis on se rappelle le scénario mal foutu -le clonage du papa de Boba Fett pour créer les stormtroopers, sommet de n'importe quoi- et on a l'impression que L'Attaque des clones ressemble décidément à une version live action d'un brouillon de script de Lucas mis à la poubelle. L'Episode 3, La Revanche des Sith, sera par contre le Star Wars qu'on attendait dans la prélogie : immense, tragique et impérial.

Bridget Jones 2 : L'Age de raison (2004)
On peut aimer le premier Bridget Jones (2001) pour son trio de tête -Renée Zellweger, Colin Firth et Hugh Grant- et pour avoir créé un nouvel archétype de cinéma, qui reflète pas mal son époque (on dit "à la Bridget Jones"). Mais le deuxième film, ouhlà. Vous vous rappelez quand Bridget redonne le sourire à une centaine de femmes prisonnières en Thaïlande en leur apprenant une chorégraphie sur "Like a Virgin" ? Mmm. Douze ans plus tard, Bridget Jones Baby, le troisième film, sera plus fidèle à l'esprit du premier. Il aurait fallu passer directement à la case maternité sans aller se paumer en Thaïlande.

Quantum of Solace (2008)
Quantum of Solace s’apparente à un épisode 2, celui du James Bond de Daniel Craig, la suite directe de Casino Royale - une première dans la saga James Bond où les films s'envisagent comme des missions one shot dans le CV de 007. Victime de la grève des scénaristes de 2007, Quantum of Solace doit se tourner sans script, et ressemble à l'arrivée à un beau bordel sans enjeu ni but bien défini. On a droit à tous les clichés de Bond (le méchant milliardaire écolo, les femmes jetables) et on s'ennuie sec. Il faudra quatre ans et Skyfall (l'épisode 3 des Bond de Craig, donc) pour remettre la franchise sur les rails.

Transformers 2 : La Revanche (2009)
Encore une victime directe de la grève des scénaristes, Transformers 2 : La Revanche fait sévèrement vriller la franchise de robots géants vers le no man's land du grand n'importe quoi. En commençant 17 000 ans avant notre ère, le délirant et taré La Revanche montrera que même l'Histoire n'est pas à l'abri des coups de missile des robots géants de Michael Bay. En voyant la scène où Turturro se fait pisser dessus par un transformer ou celle où il contemple les parties génitales d'un robot, le bon goût non plus. Plus que le premier film, c'est La Revanche qui donnera le la des films suivants, avec des dinosaures-robots, par exemple. N'empêche, on préfère La Face cachée de la Lune, épisode 3 monumental en termes de destruction, et qui possède un semblant de script - disons, plutôt, de direction - et qui est quand même moins dégénéré.

Bande-annonce de Brice 3 :

 

Commentaires

A voir aussi

Ligatus

Prochainement au Cinéma

Les plus vues