Ladj Ly
Nicolas Bellet

Le film Les Misérables était présenté en mai dernier à Cannes, nous y avions rencontré son réalisateur et ses scénaristes. Interview.

Il y a 24 ans, le film de Mathieu Kassovitz, la Haine (à Cannes, déjà,) tirait la sonnette d’alarme et préfigurait les émeutes en banlieue. Force est de constater qu’en un quart de siècle, les choses ne se sont pas arrangé, voire ont empiré. C’est le bilan que dresse avec force et justesse le premier film de Ladj Ly : Les Misérables et il est sans appel. A travers le premier jour d’un policier de la BAC à Montfermeil (Damien Bonnard), on comprend vite que la France des quartiers est en train d’imploser, sous une tranquillité de façade. Les jeunes générations, "les microbes", comme les appelle Ladj Ly, n’ont plus d’espoir et comme chacun sait : c’est précisément quand on n'a plus rien à perdre, qu’on est le plus dangereux… Interview.

Cannes 2019 : Les Misérables met le feu ! [Critique]