Les 10 meilleurs films de neige

Top 10 des films de neige

À l'occasion de la sortie de Wind River, voici les 10 meilleurs films de neige d'après la rédaction. 

Wind River débarque en salles. Un polar. Une traque. Un film impressionnant de maîtrise et de mise en scène. Oui, c’est tout cela. Mais c’est surtout un grand film de neige, sous-genre qui donne envie de se recroqueviller sous la couette. Et voilà notre top 10

The Thing de John Carpenter

The Thing

Température ressentie : - 30°. Il fait aussi froid qu’il fait peur

The Thing est un double remake : officiellement, celui de La Chose d’un autre monde de Hawks et Nyby mais en réalité, Carpenter s’inspire beaucoup du Alien de Ridley Scott, carton de SF terrorisante sorti trois ans plus tôt. Même menace tapie au milieu d’un groupe d’individu, même paranoïa virale, même monstre quasiment invisible… Mais il se démarque de ses deux prédécesseurs en filmant intégralement son film dans l’Antarctique, et, donc, au milieu de la neige et de la glace. Un huis clos suintant la peur et la promiscuité dans un désert blanc, ça vous rappelle quelque chose, non ? Ce sera en tout cas l’une des références des Huit Salopard (qui a bien failli avoir sa place dans ce top 10). Même nihilisme, même radicalité et même acteur… La différence tient aux dialogues et à la réalisation. Logorrhéiques, digressifs et blagueurs chez Tarantino, ils sont rares et limités à l’utilitaire chez Carpenter. Dans The Thing, c’est l'action qui compte. Aucun mot, aucun mouvement de caméra en trop. Les personnages doivent économiser leurs gestes par ce froid polaire et enneigé… Suivez dans la neige la trace de Kurt Russell. Il est simplement génial dans ce qui reste l’un des meilleurs film d’horreur jamais réalisé. Sous la neige en plus.

Fargo des frères Coen

Fargo

Température ressentie : -12° la température moyenne de la ville en hiver.

L’action de Fargo se passe dans le Minnesota, normalement tapissé de neige en janvier. Sauf qu’en 1995, l’hiver fut l’un des plus chauds du siècle qu’ait connu l’état, ce qui obligea les frères Coen à poser leurs caméras dans le Dakota du Nord voisin et au Canada. Peu importe, la neige est bel et bien là, fournissant au chef op’ Roger Deakins l’occasion de jouer sur les contrastes (le rouge sang sur le blanc immaculé) et conditionnant les acteurs, pétrifiés de froid –et par leurs actes. Fargo est tellement emblématique du polar neigeux qu’il inspira dans la foulée Un plan simple de Sam Raimi et “Pine Barrens”, l’un des meilleurs épisodes des Soprano.

La chevauchée des bannis de André de thoth

La chevauchée des bannis

Température ressentie : -5° parce que la chevauchée ne dure pas tout le film…

La fameuse “chevauchée des bannis” dure une vingtaine de minutes –les vingt dernières- mais quel morceau ! Jamais on n’avait autant ressenti le froid à l’écran avant cette longue séquence crépusculaire qui voit une poignée d’outlaws s’enfoncer dans le manteau neigeux qui finira par les ensevelir. Le réalisme du film (auquel Jeremiah Johnson et The Revenant doivent beaucoup) est évidemment pour beaucoup dans sa réussite. On le doit à Andre de Toth qui tint à tourner sur un plateau particulièrement hostile de l’Oregon où l’équipe dut affronter le froid et le blizzard. Dans le sous-genre des westerns de neige, celui-ci est un classique

Shining de Stanley Kubrick

Shining

Température ressentie : -5° parce qu’on crève de chaud à l’intérieur de l’Overlook.

Contrairement au livre, plutôt défini par le feu, le film de Kubrick se déroule dans un environnement glacé et glaçant. Le final, qui voit le héros finir congelé dans un labyrinthe enneigé, est inscrit dans l’imaginaire collectif et a achevé de rendre l’hôtel Overlook et ses occupants engourdis par le froid. Amusant lorsqu’on sait que pour ce fameux dénouement en extérieurs, Kubrick utilisa du sel et des billes de polystyrène pour figurer la neige.

Le territoire des loups de Joe Carnahan

 

Le territoire des loups

Température ressentie : -10°

Tourné dans des conditions glaciales en Colombie-Britannique, le film de Joe Carnahan a valu aux acteurs et aux techniciens quelques engelures et des pertes de repères (phénomène de “white out”) qui se traduisent à l’écran par une interprétation hallucinée, notamment de Liam Neeson, encerclé par les loups. La star a expliqué qu’il n’arrivait pas au début à mémoriser ses répliques tellement son cerveau avait gelé… Son obsession du réchauffement est heureusement assouvie par les nombreuses scènes d’action qui ponctuent le film.

Le Grand Silence de Sergio Corbucci

Le grand silence

Température ressentie : -15°

La blancheur aveuglante de la neige face à la noirceur des hommes. Le Grand Silence est un classique spaghetti qui raconte une vengeance. Soyons aussi économe que Corbucci. En deux mots Silence raconte l’arrivée d’un chasseur de prime muet à la beauté marmoréenne (Trintignant dans son meilleur rôle) qui va affronter un pistolero cinglé… Duel archétypal, sous-texte politique (la loi et l’ordre ont disparu), tragédie western mise en scène au cordeau, Silence est un récit mythologique bis et sanglant qui utilise à merveille le spectre symbolique de la neige : il y a la neige qui paralyse, assomme de froid et de misère ; la neige qui tue, qui engourdit les corps et les âmes ; la neige qui efface tout, enseveli des routes, des paysages et des villages et il y a la neige aussi silencieuse que le héros, insidieuse, dont on n'entend pas le bruit des flocons. Beauté et cruauté sont réunies à l’écran, dans cette scène où les lettres de sang viennent s’écrire sur le tapis blanc.

Au service secret de sa majesté de Peter Hunt

Au service de sa majesté

Température ressentie : entre -5 et -10°, température à laquelle on doit servir le Martini. Shaken not stirred.

Un des tout meilleurs Bond, un Bond romantique, lyrique. Mais surtout, un Bond constamment enneigé. Sans doute parce que le principe du film est de culminer et de rester tout le temps perché (dans tous les sens du terme). D’être un Bond quasiment pur aussi. Ca commence badin, au sommet d’une montagne suisse et ça finit sous une avalanche émotionnelle. ASSSM a longtemps été le parent pauvre de la série, le Bond perdu, un Bond 60s et pop. ASSSM, c’est ce générique au moog, si beau qu’il se passe de paroles, c’est cette scène déchirante de la mort de Diana Rigg, c’est aussi Savalas, l’un des meilleurs méchants de la saga. Et c’est la neige. 007 sans la neige, c’est comme un Bond sans Martini. Il se trouve que ASSSM contient la meilleure scène de ski de la série (dieu sait qu’il y en a – et des bien). Pour l’occasion, Willy Bogner Jr. et son équipe de cascadeurs révolutionnaient l’approche visuelle des poursuites enneigées en les filmant en skiant en avant, en arrière, et avec une petite caméra entre les jambes. Le résultat est stupéfiant puisqu’on a l’impression d’infiltrer l’action. Il y a aussi une poursuite en bobsleigh déchaînée et une course de stock car sur glace… Ce sixième Bond de l’histoire n’est pas (tout à fait) le meilleur, mais c’est le préféré, le chouchou, le seul qui fait pleurer. Un peu comme quand on se retourne sur une vie qui aurait été possible ou qu’on regarde intensément la neige endeuillée.

L’Empire contre-attaque de Irvin Kershner

L'Empire contre-attaque

Température ressentie : Han Solo dans la Carbonite solidifiée

Selon un théorème de la rédaction, l’épisode V de Star Wars peut être placé dans n’importe quel top ciné : les meilleurs films de tous les temps, les meilleures suites, les meilleurs space opera, les meilleures tragédies familiales, etc. Alors pourquoi ne pas le glisser dans un florilège des long-métrages enneigés ?   Certes, L’Empire contre-attaque ne revêt son manteau blanc que pendant sa première partie, mais ses scènes de neige sont toutes inoubliables : Han Solo qui part sauver Luke, et nous apprend comment se tenir au chaud grâce aux viscères d’un Tauntaun, Luke qui affronte un Yeti dans une grotte glacé, et bien sûr la sublime bataille de Hoth, la meilleure de toute la saga.

Le Jour d'après de Roland Emmerich

Le jour d'après

Température ressentie : -30°, des températures sibériennes quoi.

On ne parle pas du Hong Sang-Soo qui situe rarement ses films sous la neige mais du blockbuster postapo signé Roland Emmerich. D’habitude le fantasme postapocalyptique est caniculaire et ensoleillé. Ici, il est enneigé puisqu’une vague glaciaire s’abat sur l'hémisphère Nord. New York est inondé puis enseveli sous la neige et le héros, le climatologue Jack Hall (super Dennis Quaid) doit tracer à travers l’Amérique et un blizzard sibérien pour aller sauver son fils à New York. Il fait froid, la neige est un obstacle, l’eau est un danger, le gel est redoutable et les loups attaquent un cargo russe échoué. Quand Emmerich se transforme en écolo warrior, ca fait froid… dans le dos

La Mort suspendue de Kevin McDonald

La mort suspendue

Température ressentie : gelures + solitude + vent… ça vaut un -18°

C’est une histoire vraie. Celle de Joe Simpson et de son copain de cordée Simon Yates qui en 1985 tentent la terrible ascension du mont Siula Grande dans les Andes. Une expédition tragique puisque l’un des deux hommes se casse la jambe. Son compagnon fait face à un dilemme horrible : l’abandonner et survivre, ou mourir avec lui... Hollywood avait acheté les droits du livre et il fut longtemps question de Tom Cruise pour le rôle principal – certains fantasmaient déjà des scènes torrides au bord de la crevasse avec Nicole K. Le film ne se fait pas, et les droits sont finalement rachetés par une maison de production anglaise qui propose à Kevin MacDonald de signer la réalisation. Ce spécialiste du documentaire, décide de mélanger fiction et histoire vraie pour être le plus efficace possible. Il choisit deux acteurs pour incarner les deux alpinistes, colle au plus près de l'histoire en entrecoupant les scènes reconstituées d'interviews des véritables protagonistes qui, filmés en gros plans, racontent avec précision leur propre chronologie de cette semaine infernale. Les scènes rejouées ont été tournées dans les alpes et le résultat est bluffant faisant ressentir le froid, la solitude et cette terreur panique violente qui terrassait le survivant.  


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les Aventures De Pinocchio
Menina
The Florida Project