Le Train sifflera trois fois
Swashbuckler Films

Dans le cadre de son émission, Place au cinéma sur France 5, Dominique Besnehard nous présente Le train sifflera trois fois de Fred Zinnemann, un western beaucoup moins conventionnel qu’il n’y paraît, avec Gary Cooper et Grace Kelly.

En 1951, Gary Cooper est un has been. Il vient d’avoir 50 ans et a tenu le haut de l’affiche pendant 20 ans. Tour à tour héros de comédies romantiques (Sérénade à trois), de chroniques sociales (L'Extravagant Mr. Deeds), de films d’aventures, (Les Trois Lanciers du Bengale), il a imposé sur les écrans américains sa silhouette longiligne et son caractère intègre. Il dira non à Hitchcock et à Autant en emporte le vent. Depuis la fin de la guerre, il enchaîne les rôles de bons samaritains et finit par lasser le public. Autant dire qu’il ne part pas favori pour interpréter le shérif Will Kane dans un western indépendant qui met en valeur le courage d’un homme face aux lâches. Une allégorie contre le maccarthysme alors rugissant. Le trio derrière ce film est composé du producteur Stanley Kramer, du scénariste Carl Foreman et du réalisateur Fred Zinnemann. Leur premier choix se porte sur le sympathisant démocrate Gregory Peck. Il refuse car il trouve le rôle trop similaire à celui de La cible humaine d’Henry King qu’il vient de tourner. Charlton Heston, Marlon Brando, Kirk Douglas, Montgomery Clift et Burt Lancaster déclinent aussi cette production indé qui n’offre pas de salaire élevé. Henry Fonda est sur la liste grise en raison de ses opinions politiques. John Wayne hurle à qui veut l’entendre que le film est une trahison. C’est en dernier ressort que le producteur s’adresse au quinqua Gary Cooper, proche des Républicains, et dont la production attend un refus. Contre toute attente, il accepte. Excité par ce scénario qui voit un homme refuser de fuir sa ville quand un ennemi approche. Il accepte même d’être moins que d’habitude (50 000 $ contre 250 000 $ pour ces autres films) afin que le film puisse se faire.

Dès le début du tournage, la commission des Activités anti-américaines montée par le sénateur MacCarthy dans le but de « débusquer » des communistes susceptibles d’attenter à la sécurité du pays, fait pression sur cette production fragile. Gary Cooper tient bon. Et pousse l’équipe à être la plus efficace possible. Trois prises par scène maximum. En 28 jours, le tournage est bouclé. Carl Foreman est blacklisté. Avant la sortie du film, il doit fuir en Angleterre. Le train sifflera trois fois sera le plus grand succès de Gary Cooper et lui rapportera son deuxième Oscar.

A lire aussi sur Première

Police Python 357, polar à couper le souffle

Dans le cadre de Place au cinéma sur France 5, Dominique Besnehard vous propose de découvrir aujourd’hui Police Python 357 d’Alain Corneau, un polar cérébral porté par l’intensité d’Yves Montand et la force dramatique de Simone Signoret.

Les félins : Alain Delon et Jane Fonda dans un huis-clos immanquable

Aujourd’hui, dans Place au cinéma sur France 5, Dominique Besnehard nous présente Les Félins de René Clément avec Alain Delon et Jane Fonda.