Le premier montage de Blade Runner 2049 durait 4 heures

Blade Runner 2049

"Pour le bien de ma vessie, on avait décidé de couper l’histoire en deux parties."

Avant d’être engagé sur Blade Runner 2049Denis Villeneuve a monté ses films Sicario et Premier contact avec Joe Walker. Ce dernier a détaillé auprès de Provideocoalition.com qu’ils avaient d’abord songé à offrir au film de SF un montage de 4 heures, divisé en deux parties. Ils ont finalement changé d’avis, se limitant à "seulement" 2h44, et le réalisateur assure qu’il s’agit de sa version "director’s cut", ce qui laisse entendre que ce premier montage plus long ne sera jamais montré au public. Mais il est tout de même intéressant de découvrir son existence après avoir vu le film, car Walker détaille parfaitement la création de Blade Runner 2049Attention, spoilers !

Blade Runner 2049 sera la version director’s cut de Denis Villeneuve

"Le premier montage du film durait près de quatre heures et pour une question de confort –ainsi que pour le bien de ma vessie, soyons honnêtes- on avait décidé de couper l’histoire en deux parties. La coupure avait été minutieusement choisie, elle révélait quelque chose d’important. Il y avait cette première partie où K découvre des choses sur son passé, et à la moitié environ, il perd sa virginité (rires). Le lendemain matin, c’est une autre histoire : il part à la rencontre de son créateur et il est prêt pour l’ultime sacrifice (‘mourir est la chose la plus humaine qu’on puisse faire.’) Détail intéressant : ces deux parties démarraient de la même façon, sur l’ouverture d’un œil. L’œil géant au début du film, puis celui du Mariette, quand elle se réveille dans l’appartement de K et observe les lieux. On avait donc deux ensembles distincts, auxquels on voulait donner un sous-titre différent. On a rapidement abandonné cette idée, mais on a gardé comme objectif l’envie de faire ressentir ce film comme un rêve éveillé. C’était un choix crucial, délibéré, qui passait par le visuel, évidemment, mais aussi par les coupes, qui devaient donner un côté hallucinatoire à l’histoire. C’est le genre de rêve qui est très proche de la réalité.

(...)

Denis n’aime pas les scènes coupées sur les blu-ray et je respecte ça. On choisit les séquences définitives pour une bonne raison et on a voulu offrir directement le montage définitif de Blade Runner 2049. Et dans le fond, on n’a pas vraiment coupé de scènes entières. C’est une histoire qui se développe pièce par pièce, s’il en manque une, tout s’effondre, donc on ne pouvait pas se débarrasser complètement d’une scène. Par contre, on avait une grande marge de manoeuvre sur la durée des séquences en question. On avait assez de plans étendus pour se permettre de les couper pour accélérer le rythme ou de décider de conserver une certaine lenteur. Il fallait trouver la rythme idéal, celui qui permettait aux spectateurs de se plonger dans l’âme du personnage principal, de comprendre tous les enjeux de son histoire. Et il y avait cette envie de rendre le 'rêve' perceptible. Par exemple, on avait des scènes dans le désert où K marchait plus vite que ce qu’on voit dans le film, mais ça ne marchait pas."

La fin originale de Blade Runner 2049 était bien plus sombre

Blade Runner 2049 est actuellement au cinéma. Bande-annonce :

 


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

The Greatest Showman
Sugarland
Oh Lucy !

PREMIÈRE ACTUS