APS-Medias/ABACA

Sa dernière apparition au cinéma était dans Jappeloup avec Guillaume Canet.

Jacques Higelin est décédé aujourd'hui, vendredi 6 avril 2018, à l'âge de 77 ans. Si l'artiste est connu pour son œuvre de musicien, sa formation d'origine est celle d'un comédien. Né en 1940 dans l'Est, il intègre le cours Simon à seize ans pour apprendre le métier d'acteur. Il apparaît au cinéma dès 1959 dans Nathalie, agent secret d'Henri Decoin ou La Verte moisson de François Villiers. En 1964, il se lance dans la chanson avec l'aide de Brigitte Fontaine en reprenant des titres de Boris Vian. Il compose et écrit des chansons politiques, fait de nombreux concerts, et enregistre son premier album baptisé Higelin et Areski en 1969. Parmi ses albums marquants, citons Irradié, No Man's Land ou encore Tombé du ciel.

Côté cinéma, on l'a vu notamment dans Bébert et l'omnibus (1963) d'Yves Robert, Erotissimo (1968) de Gérard Pirès, le film à sketches collectif et utopiste L'An 01 (1973) de Jacques Doillon et Alain Resnais d'après la BD de Gébé, Un autre homme, une autre chance de Claude Lelouch (1977) La Bande du Rex (1980) dont il signe aussi la musique, A mort la mort (1998) de Romain Goupil, Colette, une femme libre (2003) de Nadine Trintignant... Son dernier rôle au cinéma était dans Jappeloup (2013) aux côtés de Guillaume Canet, où il jouait un éleveur de chevaux. Higelin était aussi le père du musicien Arthur H et de la comédienne et chanteuse Izïa Higelin.

Prochainement au Cinéma