Le Hobbit ou la quête inachevée (critique)

Le Hobbit 1

Un voyage inattendu revient ce soir sur France 2.

Alors que Le Hobbit premier du nom sera diffusé ce soir à la télévision (rendez-vous à 20h55 devant France 2), Première fouille dans ses archives pour retrouver des interviews de l'équipe (Peter Jackson, Martin Freeman, Ian McKellen...), ainsi que notre critique publiée à la sortie du film, en décembre 2012.

En décembre 2001, les cendres du World Trade Center étaient encore tièdes quand sortait La Communauté de l'anneau sur les écrans et faisait entrer la fantasy ciné dans le 21ème siècle. Trois films, 17 Oscars et 2,9 milliards de dollars au box-office mondial plus tard,  neuf ans après Le Retour du roi, Peter Jackson revient dans la Terre du Milieu avec une nouvelle trilogie, Le Hobbit. Première étape avec Un voyage inattendu.

Le film commence au même moment que La Communauté de l'anneau, lorsque le vieux Bilbo (Ian Holm) couche ses aventures de jeunesse sur le papier. S'ensuit un prologue épique, qui met en place le cadre de l'intrigue : le terrifiant dragon Smaug s'empare du royaume des Nains, de leur montagne et surtout de leur trésor. Thorïn Oakenshield, fils du Roi des Nains jeté en exil, rassemble une bande de treize Nains pour partir à la reconquête de leur terre. Le Magicien Gandalf recrute alors le jeune Bilbo, pantouflard et casanier (Martin Freeman, parfait), pour devenir leur "cambrioleur" attitré afin de détrousser le dragon.

Peter Jackson : "J’ai ramené les caméras en Terre du Milieu pour filmer une histoire différente"

Une adaptation épaissie (spoilers)
Comme il l'a fait pour Le Seigneur des Anneaux, Jackson va, à partir de ce sujet, profondément modifier la trame du roman de J.R.R. Tolkien : mais alors que la première trilogie taillait dans le gras du récit pour être plus fluide, plus rapide, bref plus cinématographique,Un voyage inattenduépaissit considérablement Bilbo le Hobbit pour en faire une trilogie aussi dense que la première. Le Nain Thorïn (Richard Armitage), roi sans terre, est ainsi réécrit pour devenir un Aragorn-likeet fournit les moments les plus vibrants et les plus épiques du film (un flash-back stupéfiant dans lequel on le voit mener une armée de Nains face aux Orques de la Moria, ou son affrontement face à Azog le Gobelin, évoqué en une phrase dans le roman et qui devient ici le bad guy principal). Malheureusement, ces moments sont rares : sur deux heures cinquante, jamais Jackson n'arrive à trouver l'équilibre entre l'épopée mythologique et la truculente paillardise véhiculée par la joyeuse bande de Nains. Et l'arrivée de Radagast, magicien déglingué, est amusante mais tombe à plat et ne fait qu'amplifier le sentiment que La Communauté originelle avait quand même plus de gueule...

A quoi aurait ressemblé Le Hobbit de Guillermo Del Toro ?

Un décalque du Seigneur ?
C'est au fond le problème de cette première partie : l'imagerie est belle, le character design fabuleux, mais, dans son ensemble, Un voyage inattendu ressemble tellement à La Communauté de l'anneau (y compris dans son storytelling) que la simple comparaison écrase ce nouveau film à l’avantage évident du premier. Peter Jackson s'est laissé corrompre par la formule magique de la fantasy 2.0 qu'il avait lui-même inventée en 2001. Le roman Bilbo promettait pourtant un traitement plus undertone du monde de Tolkien, vu tout entier (ou presque) du point de vue innocent et aventurier de son héros. 

John Howe, illustrateur du Seigneur des Anneaux : "Kaamelott, je trouve ça génial"

Où est passé Peter Jackson ?
"Où est passé le Hobbit aventureux que j'ai connu ?" demande Gandalf à Bilbo au début du film. L'ennui gagnant le spectateur, la question qui se pose est plutôt : où est passé le Peter Jackson qui se lançait à la conquête de la Terre du Milieu après avoir mis en boîte Brain Dead et Créatures célestes ? Et où est la véritable nouveauté de ce Voyage soi-disant inattendu ? C'est le HFR ("high frame rate"), procédé révolutionnaire qui permet de voir le film en 48 images/seconde au lieu des traditionnelles 24. A cause des réactions US très mitigées, ou simplement pour des raisons techniques, la Warner s'est contentée de montrer le film en 24 images/seconde (avec une 3D juste passable). Il faudra donc attendre la sortie du film mercredi prochain pour juger -en IMAX HFR tant qu'à faire- l'enjeu véritable de cette Quête.

Sylvestre Picard

Journal de bord du Hobbit

Martin Freeman : “Je pense que Bilbo a déjà fait du sexe”

PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Apportez-Moi La Tête D'Alfredo Garcia
Le Consul de Bordeaux
L'Oeil du Cyclone