Abaca

Les dirigeants des différentes sélections du Festival de Cannes ont signé une charte pour améliorer la parité.

Après le symbole fort (la montée des marches historiques du samedi 12 mai avec ses 82 femmes), voici venu le temps des actes. Des engagements ont été signés à la fois par le ministère de la Culture et par les dirigeants du Festival de Cannes. Aujourd’hui, le CNC, qui avait publié une étude sur le sujet en mars dernier, abritait ce lundi 14 mai une table ronde exceptionnelle à l’initiative du collectif 50/50 pour 2020.

C’est la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, qui a inauguré cette journée avec un discours fort : "Faisons de Weinstein une opportunité pour le cinéma d’être révolutionnaire". Elle a rendu hommage à celles et ceux qui ont parlé mais aussi à "celles et ceux qui refusent l’inégalité salariale". Avant d'annoncer la mise en place d'un système de bonus pour soutenir les films dont les équipes sont exemplaires en terme de parité. Enfin, elle a promis des assises en juin autour de l’égalité entre hommes et femmes dans le cinéma. Elle a terminé dans un élan: "Il faut nourrir la diversité des esthétiques, des regards et des propos qui donnent la diversité du cinéma français."

82 femmes réunies sur le tapis rouge, en faveur de la parité dans le cinéma

A suivi une discussion très instructive avec divers organismes qui tentent chacun dans leur pays de faire évoluer les choses comme les mouvements Time’s up des Etats-Unis et de Grande Bretagne. Mais le moment clé de la matinée a été la signature de la charte des Festivals internationaux devant le jury réuni au grand complet, par les différents responsables des sélections (Officielle, Quinzaine des Réalisateurs et Semaine de la Critique). Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, a promis de s’interroger "sur nos propres pratiques, nos traditions, notre histoire" et a lu les trois engagements de la charte : "Genrer les statistiques notamment des films soumis à la sélection, rendre transparente la liste des membres des comités de sélection, s’engager sur un calendrier de transformation des instances dirigeantes." Trois hommes ont alors pris le stylo pour signer : Charles Tesson pour la Semaine de la critique qui a rappelé que sa sélection était majoritairement composée de femmes, Paolo Moretti pour La Quinzaine des Réalisateurs dont il prendra la charge en 2019 et Thierry Frémaux. 

Après le Festival de Cannes, premier signataire, cette charte sera présentée à tous les festivals internationaux de cinéma.

A lire aussi sur Première