DR

Ce documentaire stupéfiant d’Ava DuVernay, nommé à l’Oscar, est disponible sur Netflix.

On sort du 13e avec des sentiments contradictoires. Epuisé d’abord, physiquement rincé. En 1h40, Ava DuVernay survole 150 ans d’histoire américaine à toute blinde. Sa leçon d’histoire et de sociologie mêle interviews, hypertextes, images d’archives et pop song pour raconter plus d’un siècle de criminalisation des Noirs aux US. Et ça file à une vitesse stupéfiante, qui laisse littéralement le souffle court. Mais on s’extrait surtout de 13e avec une sacrée gueule de bois, un sentiment de rage et de colère absolu. Le 13e doit son titre au treizième amendement de la constitution américaine qui en 1865 abolissait définitivement l’esclavage. Ou presque : un détail ouvrait un gouffre béant où capitalistes et racistes en tout genre allaient vite s’engouffrer. L’esclavage était aboli sauf pour les criminels. A partir de là, DuVernay remonte le cours de l’histoire yankee en tissant des liens entre esclavagisme, ségrégation, criminalité, guerre contre la drogue, surpopulation carcérale et business des prisons…

JoeyStarr, voix de ne suis pas votre nègre

Son angle d’attaque est simple, clair, précis. Le pouvoir blanc américain a criminalisé les Noirs et organisé l’incarcération massive des citoyens afro-américains. Les faits sont là. Bruts. Nixon et Reagan qui s’attaquent au crack pour mieux s’attaquer aux Noirs ; Bill Clinton qui fait exploser le nombre de détenus ; les plus grandes entreprises américaines qui utilisent la main d’œuvre (essentiellement noire et gratuite) des prisons pour leurs profits de manière parfaitement légale… Les chiffres défilent : un Afro-Américain naît avec une chance sur trois de se retrouver derrière les barreaux ; les Etats-Unis concentrent 5% de la population mondiale mais 25% de la population carcérale de la planète. Et les images d’archives s’enchaînent (les bavures d’Eric Garner ou de Michael Brown ; le meurtre de Trayvon Martin), implacables. On regrette parfois que la cinéaste n’ait pas laissé la parole à des voix discordantes ou épargne un peu trop Bill et Hillary… Et puis on comprend que le sujet n’est pas là. Non : ce que raconte le film c’est comment la société américaine a ciblé la communauté noire dans son ensemble. Et comment ce processus a permis de transférer la culpabilité de l’esclavage de ceux qui l’organisaient vers ceux qui en souffraient. Terrifiant.

Le 13e est en lice pour l'Oscar du meilleur film documentaire, face notamment à Je ne suis pas votre nègre et O.J. : Made in America.

Suivez la 89e cérémonie des Oscars en direct
Et retrouvez notre guide des films en lice