La Belle et la Bête : Alan Menken décrypte ses chansons cultes

La Belle et la Bête : Alan Menken décrypte ses chansons cultes

Les secrets de "C’est la Fête", "Belle", "Gaston", "Histoire éternelle"…

A l’occasion de la sortie imminente de la version live de La Belle et la BêteEntertainement Weekly a sorti un numéro spécial dédié au film d’animation Disney et à sa transposition réalisée par Bill Condon et portée par Emma Watson. Qui dit dessin animé Disney, dit chansons cultes, et l’équipe a eu la bonne idée de demander au compositeur Alan Menken, récompensé aux Oscars 1992 pour sa musique, de livrer les secrets de fabrication de "Belle", "C’est la Fête", "Histoire éternelle"... A ne pas manquer si vous aimez le film original.

Top 15 des chansons Disney qui restent dans la tête

"Belle"
Le morceau d’ouverture de La Belle et la Bête a été le plus gros défi de l’équipe chargée d’imaginer sa musique, car c'était tout simplement la première fois dans l’histoire du studio qu’un dessin animé s’ouvrait sur 7 minutes de chanson. Alan Menken explique que le parolier Howard Ashman, qui a écrit tous les titres du film, mais est mort quelques mois avant sa sortie à cause du VIH, avait très peur que ce concept soit refusé par Disney. "Il ne voulait pas leur envoyer. Il répétait : ‘C’est complètement dingue. A quoi on pensait !’ Mais au final, les producteurs ont adoré. Ils étaient ravis de dire ‘Bonjour’ à ‘Belle’." Il y a deux ans, il détaillait au même magazine : "On voulait démarrer de façon très calme et classique, à la manière de Mozart, en présentant 'une petite ville, un village tranquille', et d'un seul coup, ça explose : 'Bonjour ! Bonjour !'". Une pure "opérette" où des paroles sont entrecoupées de dialogues. Le choix de Page O'Hara, la doubleuse de Belle en anglais, n'a d'ailleurs rien d'un hasard : elle a été repérée sur les planches de Broadway.

Emma Watson a-t-elle le coffre d’une princesse Disney ?

"Be our guest"/"C’est la fête"
Véritable "numéro" de music-hall, ce morceau très dynamique où les objets du château se plient en quatre pour impressionner Belle est entêtant. "Pourtant, à l’époque, ça me paraissait trop simple, je pensais que Howard allait me la renvoyer en me demandant de la jeter (rires)." Ahsman lui a bien renvoyé le morceau… mais avec des paroles ! Et "Be our guest", en VO, est devenu une évidence. "Je ne pouvais plus me l’enlever de la tête. Je n’en revenais pas qu’il l’ait rendue aussi inoubliable."

"C’est pas la fête" dans le Honest Trailer de La Belle et la Bête

"Gaston"
Parodie de "chanson de taverne" présentant vantant les qualités (enfin plutôt les défauts) du chasseur le plus populaire du village qui a toutes les femmes à ses pieds sauf Belle, Gaston a été imaginée par Howard Ahsman en écho à la "chanson sadique" du dentiste de La Petite boutique des horreurs, révèle Menken. "Quand j’ai découvert les paroles, j’étais écroulé de rire. Je n’arrivais pas à aller au bout du morceau !". "Le pluuuus fort, c’est Gaston, le plus drôle c’est Gaston, et personne n’a de meilleure chanson que Gaston…"

La Belle et la Bête : en quoi le film est-il gay exactement ?

"Something There"/"Je ne savais pas"
Au moment où Paige O’Hara et Robby Benson ont enregistré ce duo, Howard Ahsman était si affaibli qu’il n’avait presque plus de voix. Il murmurait ses directives à Menken, qui les répétait à voix haute à l’équipe. "O’Hara chantait de manière trop douce la phrase ‘New and a bit alarming’, et il m’a simplement murmuré ‘Streisand’. Elle a compris tout de suite ce qu’il voulait. ‘New, dans a bit a-LAR-ming’. Ca apporte une certaine ironie à ce qu’elle dit, c’est parfait."

La Belle et la Bête : en français, Belle a la même voix qu'Anna de La Reine des neiges

"The Mob Song"/"Tuons la bête"
Pour la chanson la plus sombre du film, où la voix grave de Richard White incite les villageois à se rendre au château pour éliminer la bête, Menken voulait retrouver le côté "pure opérette", en accentuant le rythme théâtral de la scène. "Comme pour La Petite Sirène, on voulait, avec La Belle et la Bête, retrouver le ton des premiers Disney, qui étaient très classiques, très européens. Ce morceau représente parfaitement cette idée."

La Belle et la Bête ne parvient pas à faire oublier son modèle animé

"Beauty and the Beast"/"Histoire éternelle"
La plus célèbre chanson du film, qui a reçu l’Oscar en 1992, a eu droit à deux versions : une “berceuse” chantée par Angela Lansbury (Madame Samovar) pendant la scène du bal, et une autre par Céline Dion et Peabo Bryson au sein du générique. Ashman avait enregistré une démo de la première version, et Menken celle de la seconde, afin de les proposer aux artistes avec lesquels ils voulaient travailler. "Angela avait d’abord refusé, en expliquant qu’elle ne se voyait pas dans ce projet. J’ai demandé à l’équipe quelle démo ils lui avaient proposé, car je ne comprenais pas comment elle avait pu refuser, alors qu’on avait écrit ça pour elle. C’est là que j’ai appris qu’ils avaient envoyé la mauvaise version. J’ai crié : ‘Oh, non, non, non, donnez-lui celle d’Howard !’ Je me souviens que ça me paraissait urgent." Lansbury a finalement accepté en entendant "sa" version et elle a enregistré la chanson en une seule prise.

Dans le film qui sortira mercredi, c'est Adriana Grande et John Legend qui chanteront le morceau du générique. Voici son clip :

Avant La Belle et la Bête, Emma Watson était déjà la reine du bal

Commentaires

Prochainement au Cinéma

A voir ailleurs sur le web

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les Fiancés
Octobre
Demain et tous les Autres Jours