Abaca

Après Harvey Weinstein, deux autres artistes accusés de viol ne pourront plus voter aux Oscars.

"Conformément aux codes de conduite adoptés par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences en décembre dernier", les organisateurs de la soirée annuelle ont décidé d’exclure Bill Cosby et Roman Polanski des votants, justifiant que "le Conseil continue à encourager des normes éthiques qui exigent que ses membres se conforment à ses valeurs de respect de la dignité humaine".

L'Académie des Oscars exclut Harvey Weinstein

Avant même l'annonce du nouveau code de conduite, c’est le producteur Harvey Weinstein qui avait perdu le droit de voter aux Oscars, en octobre 2017, suite aux multiples accusations d’agressions sexuelles qui avaient été lancées contre lui. C’était alors la deuxième personnalité expulsée par le comité en 90 ans. Le scandale médiatique qui a suivi et la force du mouvement #MeToo ont amené les organisateurs de la prestigieuse cérémonie à poursuivre cette démarche avec d’autres acteurs, producteurs ou réalisateurs.

Harvey Weinstein : puissance et chute d'un nabab hollywoodien

A 80 ans, Bill Cosby vient d’être jugé coupable de viol contre l’ancienne basketteuse Andrea Constand. Les faits remontent à 2004, et ce n’est pas la seule victime à avoir accusé l’ex-star du Cosby Show d’agressions sexuelles, mais les autres affaires sont trop anciennes pour être jugées.

#MeToo : Bill Cosby jugé coupable d’agression sexuelle

Roman Polanski, 84 ans, a été reconnu coupable de détournement de mineure, en 1977, après avoir eu des relations sexuelles avec Samantha Geimer alors qu’elle n’avait que 13 ans. Il a quitté les Etats-Unis suite à cette affaire, craignant qu’une peine plus lourde puisse être jugée ultérieurement. Sa victime a cependant demandé l’arrêt des poursuites et dénonce aujourd’hui sur son blog et sur Twitter une démarche "hypocrite" : "Je veux parler de l’Académie qui expulse un membre qui, il y a plus de quatre décennies, a plaidé coupable pour un unique chef d’accusation et qui a purgé sa peine. C’est une mesure laide et cruelle qui sert les apparences."

Natalie Portman regrette son soutien à Roman Polanski

A lire aussi sur Première