Jonas
Arte

Multi- primé lors du festival de fiction de la Rochelle, le téléfilm de Christophe Charrier porté par l’interprétation de Felix Maritaud est diffusé ce vendredi sur Arte.

Meilleur téléfilm, meilleure réalisation et meilleure musique… Le jury du festival de fiction de La Rochelle 2018 présidé par Marie Gillain ne semble avoir eu d’yeux que pour ce premier téléfilm signé Christophe Charrier. Tout sauf un aveuglement tant en 90 minutes le cinéaste propose un roller coaster d’émotions, un mélange des genres détonnant mais jamais fourre- tout entre suspense et romance. L’histoire débute dans une station- service. Nous sommes en 1997. Jonas a 16 ans et on le découvre seul et terrorisé dans la voiture de son père. Pourquoi ? Comment ? Tel est le secret que ce téléfilm va tenter de percer avec d’emblée la certitude que le voyage pour y parvenir sera bien plus important que la réponse à ces questions.

Jonas va dès lors évoluer en mode aller- retour entre hier et aujourd’hui. Entre le Jonas de 16 ans traumatisé et celui de 30 ans qui va enfin aller oser affronter les fantômes du passé après des années à fuir et enfouir ce souvenir dans sa mémoire. Entre le Jonas de 16 ans qui vit son premier amour avec un garçon de son lycée et celui de 30 qui ans collectionne les histoires sans la moindre envie de lendemain. Les émotions vécues par ce personnage aux failles béantes se révèlent fortes, parfois violentes. Mais Christophe Charrier ne bégaie jamais, ne rajoute pas de la noirceur à la noirceur. Les couleurs qui accompagnent son récit sont à l’inverse chaudes et sexy. Comme si la sève des teen movies américains venait à chaque instant irriguer ce récit en apparence calibré film d’auteur français. Christophe Charrier fait fi de toute classification. Il ne semble guidé que par les embardées du cœur de son personnage central. Quelques mois après Sauvage, Felix Maritaud livre une nouvelle composition intense dans le rôle de ce Jonas adulte, tentant tant bien que mal de sortir de l’adolescence. A l’image de l’ensemble du casting réuni par Charrier, de Nicolas Bauwens (Jonas jeune) à Aure Atika et Marie Denarnaud qui incarnent les mamans des deux jeunes amoureux lycéens. Le tout sublimé par la B.O. d’Alex Beaupain qui, à l’image de son travail chez Christophe Honoré, sait si brillamment accompagner les situations sans les surligner, mais en faisant surgir cette petite note de piano qui vous fiche les larmes et les frissons. Jonas est un téléfilm où l’on prend plaisir à se perdre et s’abandonner car on le sait guidé par la vision précise d’un cinéaste promis à un avenir radieux.

Jonas est diffusé ce soir (à 20h55) sur Arte, et est déjà disponible en streaming sur le site de la chaîne :

A lire aussi sur Première