ABACA

Des employées de Disney/Pixar ont été "tripotées" par le producteur.

La semaine dernière, le cofondateur de Pixar, John Lasseter, devenu depuis le boss de la branche animation de Disney, était mis à pied pour six mois, suite à des accusations d'"étreintes non consenties". Deadline dévoile d'autres exemples de rendez-vous professionnels ou soirées promotionnelles où il a "dépassé les limites" et se demande jusqu'à quel point les autres dirigeants du studio étaient au courant de ses gestes déplacés envers plusieurs femmes de la boîte. "Il est très tactile, mais de façon bizarre, explique par exemple une productrice sous couvert d'anonymat. Il m'a déjà carressé la jambe en plein meeting… C'était flippant, à tel point que j'ai ensuite toujours évité de m'asseoir à ses côtés." Une autre détaille que lors d'une soirée consacrée à la sortie d'un film sur la Fée Clochette organisée à New York, "Lasseter a eu un comportement déplacé avec des fées". Des jeunes filles étaient costumées pour la soirée, mais comme le patron du studio n'arrêtait pas de les aborder pour "leur faire de longs hugs", l'équipe a dû "demander à quelqu'un de le suivre toute la soirée pour s'assurer qu'il ne restait pas seul avec elles."

Le patron de Pixar se met en congé après des "étreintes non consenties"

Officiellement, John Lasseter n'a pas reçu de plainte pour agression sexuelle, mais plusieurs cas de "câlins" et de "caresses" non consentis sont dénoncés. Une productrice a ainsi été "attrapée par Lasseter". La prenant dans ses bras, "il a passé les mains sur son corps. Elle a réagi en riant et a dit : 'Je ne pense pas que ça fasse partie de mon job de me faire tripoter par John Lasseter', mais on sentait qu'elle était énervée." Elle a depuis quitté Disney, et n'a pas voulu commenter l'anecdote rapportée par ce site très influent à Hollywood.

Disney a immédiatement réagi à ce nouvel article via un communiqué officiel. "Nous nous engageons à maintenir un environnement sain dans notre studio, où les employés sont respectés et encadrés pour travailler du mieux possible. Nous apprécions les excuses sincères et candides de John, et nous soutenons pleinement son souhait de prendre un congé sabbatique."

Accusé de harcèlement sexuel, John Lasseter se défend

Prochainement au Cinéma

A lire aussi sur Première