Il était une fois Django : première partie

16/01/2013 - 18h25
  • Partager sur :
  • 1
Il était une fois Django : première partie

De 1966 à 2013, retour sur l'histoire d'un héros aux mille visages à qui Tarantino rend aujourd'hui hommage : Django. Pistolero vengeur, chasseur de primes implacable, véritable héros du western spaghetti, légende de celluloïd dont le nom claque comme le percuteur d'un Colt Army. Un nom qui raconte l'âge d'or du western spaghetti, et surtout du cinéma populaire all'italiana des années 60-70.

Il était une fois en Italie

Lorsque sort le tout premier Django en avril 1966, il ne sort pas de nulle part comme son héros. Son réalisateur, Sergio Corbucci, a fait comme son ami Sergio Leone ses armes sur les péplums italiens, forgés dans les studios romains de Cinecittà. Un jour, Leone doit remplacer Mario Bonnard - tombé malade - à la tête des Derniers jours de Pompéi (1959), et bombarde Corbucci réalisateur de seconde équipe du film : "il s'est chargé des scènes de foule et de cirque", d'après Leone. Qui lui confie ensuite la réalisation de Romulus et Rémus en 1961 : c'est dans les décors espagnols de ce péplum que Corbucci rêve, déjà, d'un western à l'italienne. Il met en boîte sous le pseudonyme de Stanley Corbett le très plat Massacre au grand canyon en 1963 où deux familles se disputent le contrôle d'une ville, puis en 1964 L'Homme du Minnesota (Minnesota Clay) où Cameron Mitchell joue le dernier combat d'un pistolero devenant aveugle. Sans grand succès. Mais surtout, d'après Corbucci, c'est lui qui a vu Le Garde du corps (Yojimbo) d'Akira Kurosawa et a suggéré ensuite à Leone l'idée d'en transposer l'intrigue (un guerrier solitaire monte deux clans l'un contre l'autre) dans le monde du western. Ce qui donnera l'énorme succès Pour une poignée de dollars en 1964 avec Clint Eastwood, lançant pour de bon le filon du western-spaghetti - terme infamant pour les latins, qui préfèrent employer le mot de western all'italiana. Car le cinéma populaire italien de l'époque se répartit dans des "filons", comme l'érotisme, l'action, la comédie populaire... Au début des années 60, le filone le plus populaire en Italie est celui des films d'espionnage à la James Bond (Dr No date de 1962), comme FBI appelle Istambul, Agent 3S3 massacre au soleil, X 1-7 top secret, Super 7 appelle le sphinx, etc. Un filone qui s'épuisera au fur et à mesure que celui du western fera un boum.


Son nom est Django

Prenant la suite de Leone, Corbucci, déçu du peu de succès de son héros vêtu de noir Ringo au pistolet d'or (Johnny Oro, 1965), décide d'aller encore plus loin dans le délire baroque. Il crée alors un nouvel anti-héros, joué par Franco Nero : la silhouette noire, mal rasé, il emprunte son nom au musicien manouche Django Reinhadrt - idole de Corbucci. Le tournage est désastreux, s'arrête au bout de trois jours par manque d'argent, mais des capitaux espagnols sauvent in extremis le projet (dont l'assistant réalisateur n'est autre que Ruggero Deodato, le futur auteur de Cannibal Holocaust). Le film sort en avril 1966, parmi 61 autres westerns-spaghetti, et connaît un énorme succès. Dans un déluge de violence héritée de la cruauté des péplums (on coupe l'oreille d'un mouchard pour la lui faire manger, une scène qui valut au film une interdiction pure et simple en Angleterre), Django lutte dans la boue contre des salauds habillés comme le Ku-Klux-Klan et se fait broyer les mains par les sabots d'un cheval au galop. Tout s'achève par le massacre des méchants dans un cimetière par le héros armé d'une mitrailleuse dissimulée dans un cercueil. Plus encore que la "trilogie du dollar" de Leone, le premier Django contient tous les éléments du western all'itallania - le discours anar, la violence extrême, la bue, la saleté, le thème de la vengeance. Malgré le carton, Corbucci ne tourne pas de suite à son film, mais poursuit quand même le filone du western-spaghetti : Navajo Joe (1966) avec Burt Reynolds, l'ambitieux et inédit en France I Crudelli, El Mercenario - co-écrit par le scénariste de Gilles Pontecorvo, Franco Solima - avec Franco NeroLe Grand silence (1968) avec Jean-Louis Trintignant et Klaus Kinski (peut-être son chef-d'oeuvre), Le Spécialiste (1969) avec Johnny Hallyday, l'immense Companeros (1970) encore avec Nero face à Tomas Milian, Jack Palance et Fernando Rey... "John Ford avait John Wayne, moi, j'ai Franco Nero", racontait Corbucci en 1971. "Chaque fois que j'ai essayé de faire un film avec un autre acteur, que ce soit Hallyday ou Trintignant, je me suis trouvé un peu gêné."


Bande annonce du premier Django :

 

Django se déchaîne

Dans la vague du western all'italiana, le filoneDjango est une vraie mine d'or. Le héros apparaît sous son nom dans seize films, tous produits par de l'argent italien, espagnol, parfois allemand ou français, par des réalisateurs aux pseudonymes (mal) américanisés qui ne visent qu'à profiter de la manne. Dès la fin 1966, on retrouve ainsi le pistolero dans Django tire le premier (Django spara per primo) d'Alberto di Martino avec Glenn Saxon, pas très marquant, où il venge la mort de son père, tué par un affreux banquier. Dans le délirant Tire encore si tu peux (Se sei vivo, spara) de Giulio Questi en 1967, Django est joué par Tomas Milian (de son vrai nom Tomas Rodriguez, havanais d'origine). D'un côté un gang de muchachos mexicains vêtus de cuir noir menés par un certain Zorro, de l'autre les villageois puritains dont le Maire adore un perroquet. La violence du film causa problème : un magistrat italien fit saisir les copies et les scènes gore furent coupées en Angleterre. La même année 1967 voit Gabriele Tinti jouer Tracy, le fils de Django dans Le Retour de Django (Il Figlio di Django) signé Osvaldo CiviraniLe Temps des vautours (Diecimila dollari per un massacro, toujours en 67) de Romolo Guerrierri avec Gianni Garko transforme Django en pistolero motivé uniquement par l'appât du gain. Plus original, Django, le proscrit (Il proscritto de Rio Colorado, aussi titré en Italie Django killer per l'onore) de Maury Dexter, fait de Django (George Montgomery) un jeune lieutenant de l'armée mexicaine, accusé à tort d'un meurtre. En 1968, la meilleure année du western-spaghetti (79 films produits), Enzo G. Castellari réalise sous le pseudonyme de Leon Klimovsky Bravo Django (Pochi dollari per Django) avec Anthony Steffen (alias Antonio de Teffé). Le chasseur de primes y défend des paysans face à des bandits. Déjà un peu parodique, Django, prépare ton cercueil (Preparati la bara, 1968) de Ferdinando Baldi avec le fameux Terence Hill (de son vrai nom Mario Giotti) cite abondamment Corbucci (à la fin, Django déterre un cercueil contenant une mitrailleuse). Le film fut rééexploité en France en 1975 sous le titre Trinita, prépare ton cercueil. En 1969, La horde des salopards ou Django contre la horde des salopards (Django il bastardo) réalisé par Willy S. Regan (alias Sergio Garrone) annonce L'Homme des hautes plaines de Clint Eastwood : un officier confédéré réapparaît pour se venger de ses anciens camarades sous la forme d'un fantôme invincible - Django (de nouveau Anthony Steffen).

Bande annonce de Tire encore si tu peux :

 

Et pour quelques Django de plus

1970 est un tournant. Cette année-là, Roberto Mauri abandonne le tournage d'un Django non perdonna, avec Richard Harrison, mais le héros est surexploité dans des bandes de qualité très médiocre. Django fait équipe avec Sartana dans Sartana, si ton bras gauche te gêne, coupe-le (Arrivano Django et Sartana... è la fine, 1970) de Dick Spitfire (alias Demofilo Fidani). Le succès du duo fait récidiver Fidani avec Django et Sartana (Django e Sartana... all'ultimo sangue) dans lequel Sartana est le shérif de Black City qui emploie Django (Jack Betts) pour faire son sale boulot. Ces deux films jouent sur l'opposition Sartana le gentil, Django le tueur implacable expert en armes, vêtu de noir. Dans Haut les mains, salauds ! (Giu le mani, carogna !, 1971) de Lucky Dickinson (alias Demofilo Fidani !) avec Hunt Powers (alias Jack Betts !), le célèbre Wild Bill Hickok raconte les exploits de son héros, Django, dans une série de flash-backs décousus. Les films médiocres s'enchaînent : Django défie Sartana (Django sfida Sartana ,1971) de William Redford (alias Pasquale Squitieri), avec Tony Kendall (alias Luciano Stella) et dont le titre dit tout du script ; Viva Django (W. Django !, 1971) d'Edward G. Muller (Eduardo Mulargia) où Django (Anthony Steffen) traque et tue les assassins d'une jeune femme ; le banal Pour Django les salauds ont un prix (Anche per Django le carogne hanno un prezzo, 1971) de Paolo Solvay (alias Luigi Batzella) avec Jeff Cameron. L''inédit en France Semino la morte... Lo chiavamano il castigo de Dio (1972) de Robert Johnson (alias Roberto Mauri) fait s'allier Django avec le bandit révolutionnaire Spirito Santo et marque la dernière apparition du héros sous son vrai nom de l'âge d'or, alors que se pressent les copies (Sartana, Sabata, Trinita...).

Sylvestre Picard

Il était une fois Django : deuxième partie


 

Django Unchained : comment gravir l'Everest du cinéma par Quentin Tarantino

Le sample, le beat et le flow : pourquoi Tarantino est un cinéaste hip hop

Django Unchained n'est pas un western spaghetti

  • 1
Prochainement au cinéma
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
Il a osé insulter de John Ford le plus grand réalisateur américain du muet au parlant, héros de guerre et vrai humaniste, alors qu'il prétendait que son film préféré était Rio Bravo, film d'HOWARD HAWKS l'ami et l'élève de John Ford ?! Tarantino à part deux films pas trop mal fait, n'a fait que des mauvais pastiches de série z américaines, cela démontre un manque de créativité patent. il doit avoir trop souvent le nez dans la farine ce mégalo, parano etc... En plus il a un problème d'identité avec les noirs américains (ils les crains, les sublimes, les humilies les envies, et les hais à la fois) ! Spike Lee qui est un vrai bon réalisateur,avec une vrai oeuvre cohérente (Malcolm X, la 25 heures etc...) l'a bien démasqué ! Tarantino c'est du pipeau !
  • 0
  • 0
Anonyme | le 16/01/2013 à 23h15 | Signaler un abus
Votre réponse...
Ils ont aimé