Hunger Games : la saga

  • Accueil
  • News (84)
  • Photos(12)
  • Vidéos(9)
  • Films(4)
  • Personnalités(10)

Hunger Games : la saga qui n'arrive pas à échapper à Twilight

21/03/2012 - 14h46
  • Partager sur :
  • 7
Hunger Games : la saga qui n'arrive pas à échapper à Twilight© DR

Les deux histoires n'ont rien à voir, vous diront les fans, pourtant, les promos de Twilight et d'Hunger Games ne cessent de se croiser.

Depuis quelques mois, impossible d'échapper à la déferlante Hunger Games. Au départ, les romans de Suzanne Collins étaient dévorés par les Américains (et surtout les Américaines), passant de 9,6 millions de ventes à 24 millions lorsque l'adaptation a été annoncée. Depuis que le dernier tome a été traduit, les Français(es) aussi s'arrachent la trilogie. Un phénomène qui n'est pas sans rappeler les ventes vertigineuses de Twilight, qui avaient explosé au moment où l'adaptation du premier volet, Fascination, avait été annoncée.


Hunger Games / Twilight : même combat ?

Jennifer Lawrence, qui a obtenu le rôle de Katniss, explique dans le nouveau numéro de Première : "Je comprends la comparaison avec Twilight d’un point de vue commercial : ce sont deux adaptations de best-sellers adorés par des millions de lecteurs. Mais les histoires en elles-mêmes sont totalement différentes." Il est vrai que si les deux intrigues n'ont pas grand-chose en commun, excepté une héroïne adolescente et la naissance d'un triangle amoureux, on remarque qu'au niveau de sa promotion, Hunger Games est sans cesse comparé à Twilight.

A la base, ce sont deux sagas littéraires, destinées aux ados et écrites par des femmes, qui ont cartonné en librairie. Ce sont surtout les filles qui dévorent les romans. Comme pour Twilight,le dernier livre d'Hunger Games va être coupé en deux pour son adaptation au cinéma, alors que l'action est somme toute assez condensée pour tenir en un film. Le studio Lionsgate, qui produit la saga portée par Katniss, a racheté en début d'année Summit Entertainment, le studio qui a porté Twilight sur grand écran.

Le film de Gary Ross a été censuré en Angleterre de quelques secondes, car jugé trop violent, ce qui n'est pas sans rappeler les meurtres édulcorés dans Twilight ou l'accouchement de Bella, annoncé sanglant et finalement peu explicite, afin de garder une interdiction aux moins de 12/13 ans selon les pays, mais pas plus élevée. Et devinez devant quel film sera projetée la première bande-annonce de Révélation 2ème partie ?

Autant de points communs qui font que l'équipe du film est toujours amenée à se justifier à ce sujet, ce qui énerve passablement Josh Hutcherson, l'interprète de Peeta.


Hunger Games : la saga qui tombe bien

N'en déplaise à Josh, la nouvelle franchise tombe à point nommé à Hollywood : bye bye Harry Potter, la saga de Warner Bros a tiré sa référence en juillet dernier. En novembre, ce sera au tour de Twilight de se conclure au cinéma. Même si la romance vampirique pourrait se décliner en série télé (c'était la première annonce faire par Lionsgate lors du rachat de Summit), la voie est libre pour une nouvelle franchise étirable en plusieurs films et capable de passionner les ados. Le studio l'a bien compris et promeut le projet en fonction, dévoilant notamment des contenus exclusifs (affiches, bandes-annonces) via les sites communautaires, en organisant des jeux Facebook, des concours, des retransmissions d'avant-premières en direct, organisant un puzzle sur Twitter où les internautes devaient recoller les pièces pour découvrir une affiche inédites, mettant en ligne des sites viraux...


Autant de techniques déjà bien rodées par le marketing de Twilight et Harry Potter. Pour la cible visée, impossible de ne pas avoir entendu parler d'Hunger Games au moment de sa sortie et la franchise à un atout par rapport à son "concurrent" : elle s'adresse aussi bien aux filles qu'aux garçons. C'est la grosse différence avec Twilight : une enquête a montré que 28% des adolescents et jeunes adultes américains de sexe masculin seraient partants pour aller voir le film sur grand écran, contre seulement 10% pour le dernier volet de Révélation. Un constat qui expliquerait en grande partie le carton des préventes de billets aux Etats-Unis.


Hunger Games : une promotion exemplaire ?

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

La technique promotionnelle a fonctionné, à l'aide d'un budget conséquent (45 millions de dollars, avance le New York Times), mais pas extraordinaire, la même source précisant que les blockbusters ont régulièrement une centaine de millions de dollars de budget dédié au marketing. Sans la promo, le film aurait coûté 80 millions.

Le travail sur les bandes-annonces, teasers et spots télé a été particulièrement important : ce sont ces vidéos qui coûtent le plus cher dans le cadre d'une promotion de film et elles ciblent un très large public. Sur ce point, l'équipe marketing a fait fort en arrêtant toutes ses révélations AVANT le jeu... ce qui est justement une manière de jouer avec l'attente des spectateurs (on ne voit rien de l'arène, donc pas de meurtres), et de flatter les lecteurs, qui, en général, n'aiment pas voir leurs passages préférés de romans êtres spoilés lors de la promotion (souvenez-vous de la colère de certains fans d'Harry Potter à la vue d'un personnage mort dans la bande-annonce des Reliques de la Mort 2ème partie).

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

Pour le studio, l'enjeu double : "Ce livre est en tête de nombreuses listes de romans à succès destinés aux jeunes, mais le sujet reste des enfants qui tuent d'autres enfants, et ça, même si c'est amené de manière délicate à l'écran, c'est potentiellement un problème pour la promotion", explique M. Palen, à la tête du service marketing de Lionsgate. En ne montrant rien des Jeux de la Faim, le studio ne fait pas que jouer avec l'attente des lecteurs, il couvre aussi ses arrières en mettant en avant des passages plus soft. Ce qui n'empêche pas de délivrer des vidéos évoquant une certaine tension, au contraire : Katniss se porte volontaire à la place de sa soeur, elle fait ses adieux à ses proches, est préparée pour le combat, le décompte commence... Pas besoin d'en montrer plus pour attiser la curiosité du public, Liosngate est doublement gagnant.


Le monde regardera

La promotion du film a donc porté ses fruits : lorsque les préventes de billets pour Hunger Games ont été mises en ligne, elles ont battu le record détenu jusqu'ici par... Hésitation (1 millions de tickets se sont déjà écoulés). The Hollywood Reporter annonce aujourd'hui que les estimations, basées entre 80 et 100 millions de dollars de recettes dès le premier week-end seraient en fait en dessous de la réalité. D'autres pronostics annoncent un démarrage entre 130 et 140 millions de dollars (record pour l'instant détenu par The Dark Knight) : du jamais vu pour un film sorti au printemps (jusqu'ici le record revient à Alice au Pays des Merveilleset ses 116 millions).


Car l'air de rien, la date de sortie d'Hunger Games aussi est intéressante : depuis quelques années, on remarque que les studios programment certains de leurs blockbusters en dehors de l'été et des vacances des Noël. Un pari qui s'explique en fait par la saturation des sorties de films à gros budgets sur ces deux périodes. Jeff Bock, employé d'Exhibitor Relations, une entreprise spécialisée dans les chiffres de l'industrie du cinéma, a ainsi expliqué à USA Today : "L'été est saturé de blockbusters. Un film qui sort sur cette période reste dans les salles environ un mois, alors qu'un film programmé plus tôt et qui marche bien peut avoir le double de temps pour attirer les spectateurs.".

S'il démarre véritablement au-dessus de 120 millions de dollars ce week-end, Hunger Games pourrait accentuer cette tendance, car ce serait du jamais vu. Des films comme Gnoméo et Juliette ou Rio ont bien marché au printemps dernier, mais n'ont pas fait un tel démarrage. En fait, si Hunger Games fait un tel carton, il pourrait bien cesser d'être comparé à Twilight et devenir la nouvelle référence en matière de marketing à suivre...

Hunger Games : ce qu'on ne verra pas dans le film

Huger Games, Blanche-Neige, Twilight : le marketing va-t-il trop loin ?

  • 7
Prochainement au cinéma
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
@14h20 : Ce serait comme accuser Stephen King de plagiat sous prétexte qu'il aurait piqué l'idée du film des Simpsons pour imaginer son Dôme. Vous ne vous focalisez que sur un élément du bouquin pour crier au plagiat (des combattants dans une arène pour un combat à la mort), en occultant tous les autres aspects de l'histoire (la lutte des classes, le totalitarisme, la banalisation de la télé-réalité qui offre ici, au public, un spectacle digne des cirques romains). Battle Royale est assurément une source d'inspiration pour l'auteur, mais cette dernière n'en fait en aucun cas un copier/coller, ni même n'en plagie un seul passage. On aurait pu citer bien d'autres références, telles que le Prix du Danger (auquel Running Man fait quelques appels du pied) ou La Course à la Mort de l'An 2000, ou même, dans une moindre mesure, Rollerball. Merci donc de ne pas confondre source d'inspiration et plagiat patenté. Les deux bouquins (que j'ai appréciés indépendamment l'un de l'autre) ont leurs qualités propres, les mettre en opposition au profit de l'un ou de l'autre est proprement inutile, d'autant plus qu'ils ne s'adressent principalement pas au même public (Hunger Games est, avant tout, un roman jeunesse, là où Battle Royale s'adresse plus particulièrement à un public adulte).
  • 3
  • 0
Anonyme | le 23/03/2012 à 00h36 | Signaler un abus
Votre réponse...
Evidemment que les promos s’entrecroisent, c’est le même studio qui produit Twilight et THG ! Punaise, vous êtes vraiment chiant chez Première : vous n’avez que le mot « Twilight » à la bouche quand vous parlez d’Hunger Games ! Sérieusement, arrêtez, c’est vraiment super pénible d’être relié à cette saga qui se vautre dans la guimauve x(
  • 1
  • 0
Anonyme | le 23/03/2012 à 00h40 | Signaler un abus
Votre réponse...
Mais arrêter donc de parler le T c'est une autre histoire un autre film sans loups ni vampires mdrrr Mais avec un peu de romance sérieux ce n'est pas pareil mais aussi il peut être très beau.
  • 0
  • 0
Anonyme | le 27/03/2012 à 11h07 | Signaler un abus
Votre réponse...
Evidemment que les promos s’entrecroisent, c’est le même studio qui produit Twilight et THG ! Punaise, vous êtes vraiment chiant chez Première : vous n’avez que le mot « Twilight » à la bouche quand vous parlez d’Hunger Games ! Sérieusement, arrêtez, c’est vraiment super pénible d’être relié à cette saga qui se vautre dans la guimauve x(
  • 0
  • 0
Anonyme | le 23/03/2012 à 00h42 | Signaler un abus
Votre réponse...
J'ai pas aimé l'histoire: Des adolescents qui s'entretuent pour un jeu de télé-réalité...!Non merci!! Je ne déteste pas les films violents parfois, mais là, ça dépasse tout!
  • 0
  • 0
Anonyme | le 22/03/2012 à 17h17 | Signaler un abus
Votre réponse...
C'est en tout cas un plagiat de Battle Royal !
  • 0
  • 1
Anonyme | le 22/03/2012 à 14h20 | Signaler un abus
Votre réponse...
Je n'ai pas lu les livres mais j'irai voir le film et même sans ça je pense que l'histoire est très différente de "Twilight" ( que j'aime beaucoup ).
  • 0
  • 0
Anonyme | le 21/03/2012 à 16h23 | Signaler un abus
Votre réponse...
Ils ont aimé