Tempesta

Alice Rohrwacher signe un film en deux parties très beau, et très nébuleux.

Dimanche c’était le jour des Saints. Pendant que Wim Wenders causait avec le Pape (Un homme de parole), Alice Rorhwacher déboulait avec son Heureux comme Lazzaro, une fable centrée autour d’un personnage d’idiot (dostoievskien) qui meurt, ressuscite, et tente de changer le monde par sa seule présence. Ca commence par une scène nocturne. Le spectateur est plongé dans une nuit touffue. Des hommes s’approchent d’une maison et se mettent à chanter une sérénade. A l’intérieur, une famille. La caméra attend le lever du jour concentrée sur cette smala et visite la baraque décrépie. L’époque est imprécise (les années 50 ?), mais cette maison, c’est l’Italie éternelle. Une Italie pauvre et insouciante, un pays mythologique et délabré où cette colonie survit à l’écart du monde. La fable est jolie, portée par un sens inoui de poésie bucolique et de comique populaire qui mélange harmonieusement Pasolini et Scola. Le personnage central, Lazare, est un jeune garçon beau et mutique, qui travaille aux champs et traverse des paysages édéniques où riches et pauvres cohabitent.

Et puis brutalement, au milieu du film, Lazare meurt. Il ressuscite au bout de quelques minutes, mais à son réveil, les bagnoles ont remplacé les carioles, le servage est aboli et tout le monde s’est installé dans un bidonville. La famille a vieilli, la marquise est morte et les anciens paysans bouffent en fouillant les poubelles. Seul Lazare n’a pas changé, incarnation éternelle du rêve et de l’imaginaire dans une société stérile. En basculant dans le futur, le film devient un manifeste relou sur la décroissance (les banques pillent tout, la modernité a tué la poésie), plus moche (le style pseudo-documentaire) et abscons. La parabole est incompréhensible, ou grossière, et Rohrwacher semble perdue, au point de se demander si les perches allégoriques qu’elle nous tend (des loups, des masques et des saints de plâtres) ont vraiment du sens. Garrone peut se pointer tranquille : on a trouvé le Conte des contes 2018.

Le film était présenté en sélection officielle au festival de Cannes 2018.

Prochainement au Cinéma