DR

"Zodiac est un film à une chaussette". 

Guillermo del Toro est un grand fan de David Fincher. Et il a tenu à faire partager sa passion pour le réalisateur de Fight Club à ses followers l'an dernier, se lançant dans une analyse en 13 tweets de de Zodiac, le thriller policier avec Jake Gyllenhaal, Mark Ruffalo et Robert Downey Jr qui revient ce soir sur France 3. Un film immense, parmi les plus importants du XXIe siècle, qui avait été très injustement snobé aux Oscars 2008 (zéro nomination !).

Les 7 meilleures scènes de David Fincher

En guise de préambule, le cinéaste mexicain a dressé son top 3 des films de Fincher, qui se compose selon lui de Zodiac, Seven et The Game, précisant qu’il revoyait Zodiac "au moins deux fois par an". Visiblement, quand Del Toro tombe sur une rediff du film, il est hypnotisé par la mise en scène de Fincher : "Zodiac est un ‘film à une chaussette’, c’est-à-dire : tu es en train de t’habiller, tu tombes dessus à la télé, tu t’assoies (avec une chaussette dans la main) et tu le regardes jusqu’au bout".

Et voici donc la traduction du thread de Del Toro :

"Tous les grands films fonctionnent sur plusieurs niveaux. Certains sont évidents : la dramaturgie (écriture, intrigue, personnage, structure), le travail de l’image et du son en tant qu’outils de la narration, la mise en scène/le montage et le jeu d’acteurs, mais les vrais grands films ont des racines encore plus profondes. Dans le cas de Zodiac, tous les éléments formels deviennent quasi hypnotiques… Il vous berce dans un monde différent et prend ce qui était réel en le rendant symbolique. Il vous met dans un état proche de la transe qui fait que tout opère à un niveau encore plus profond."

"TOUT ce qui se déroule à l’écran revêt la même importance. C’est extrêmement difficile. Ce que j’entends par là, c’est que vous regardez une scène de repas ou l’exploration intense d’un sous-sol avec la même attention extatique. Du point de vue de la tonalité, le film est ‘d’une pièce’, c’est une unité d’espace et de réalité cinématique. Il transcende tous ses éléments individuels et les rend inséparables. Peu de films parviennent à ça. No Country For Old Men est de ceux-là."

Mort de Dave Toschi, l’enquêteur qui traquait le tueur du Zodiac

Enfin, répondant à un de ses followers qui déclarait qu’il allait revoir le film suite à ses tweets, Del Toro a insisté sur l’importance de voir et revoir les chefs-d’œuvre comme Zodiac : "Pour les grands films, comme pour les diamants, il faut creuser. Parfois ça demande des efforts, mais le jeu en vaut la chandelle. Ces films nous frappent rarement au premier visionnage. Mais avec la répétition on les aime à vie."

Bref, vous savez ce qu’il vous reste : revoir Zodiac avec une chaussette dans la main. 

Prochainement au Cinéma