Edouard Baer dans La lutte des classes
KARE PRODUCTIONS – UGC IMAGES – ORANGE STUDIO – FRANCE 2 CINEMA – CHAOCORP PRODUCTIONS – SCOPE PICTURES 4

Le chanteur punk n’est pas content de l’utilisation de sa chanson "J’enc….". Il accuse Kare productions de ne pas avoir respecté le contrat.

French punk is not dead… Gogol Premier, auteur de la chanson J’enc… n’est pas content. Dans La lutte des classes, Edouard Baer fait partie d’un groupe de punk scandant dans un de ses titres le refrain équivoque « J’enc… le pape !». . Problème : il semblerait que la production du film ne pouvait pas utiliser l’extrait de la musique comme bon leur semblait.

Gogol Premier affirme que le contrat stipulait que Kare production ne pouvait utiliser que les scènes de foule dans la vidéo originale, un clip réalisé lors d’un concert à Neuchâtel en 2004. A contrario,  Le Parisien nous apprend que le contrat, consulté par le quotidien, permet au film de "choisir librement" les images pour les utiliser dans le film. Le punk avait demandé 1200 euros forfaitaires pour l’utilisation de 30 secondes d’images.

 

 

Lorsque Gogol découvre le film, celui-ci s’étonne de voir que les images utilisées ne sont pas uniquement celles montrant la foule. L’extrait utilise également certaines paroles de sa chanson originale en les modifiant légèrement. Mathieu Croizet, avocat du chanteur, affirme que : "tout a été mis en œuvre pour flouer [son] client."

Kare production, de son côté, affirme que le punk demande "des sommes astronomiques" en guise de dédommagements mais que "la négociation était claire" dès le départ. La production ayant "acheté les images de son clip." L’audience devrait se tenir en septembre prochain.

La lutte des classes : L’école publique sur le gril [Critique]