François Ozon : “Danielle Darrieux était l’incarnation de l’actrice paradoxale”

femmes4.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Le réalisateur, qui avait dirigé l’actrice dans Huit femmes, lui a rendu hommage ce matin dans un communiqué.

Danielle Darrieux est morte

C’est sous la forme d’une auto-interview décalée et pudique que François Ozon (actuellement en promotion en Russie pour L’amant double) a rendu hommage à Danielle Darrieux, dont nous avons appris la disparition ce matin.

“Je suis très triste de la disparition de Danielle Darrieux, qui a été une grande rencontre dans ma vie de cinéaste. J’ai beaucoup appris d’elle en tant que femme et immense actrice. 

Quel souvenir gardez-vous de votre collaboration avec elle ?
Je garde un souvenir joyeux et complice de notre travail sur 8 Femmes. Danielle était ravie d'être pour la troisième fois la mère de Catherine et très excitée de jouer avec les autres actrices pour la première fois. Sur le tournage, elle était une sorte de sphinx qui régnait sur la ruche, toujours à l'heure et connaissant son texte sur le bout des doigts, elle regardait avec amusement et un tendre détachement les angoisses et caprices de chacune. Dès qu'il y avait des tensions, je me rendais dans sa loge et elle me consolait en me rassurant : « si tu m'avais connue à leur âges j'étais bien pire qu'elles sept réunies ». 

Que représentait-t-elle pour vous ?
Elle représente l'incarnation de l'actrice paradoxale, son art étant de jouer le drame dans une bouleversante légèreté et d'apporter à la comédie une profondeur insoupçonnée.

Quels films de sa carrière vous ont-ils marqué avant de travailler avec elle ? 
Bien sur les films d'Ophuls et de Demy, qui l'ont aimée et comprise mieux que personne, mais j'aime tout particulièrement une scène dans le sketch “Père et mère tu honoreras” (Le diable et les dix commandements de Julien Duvivier, 1959). Elle y joue une actrice de théâtre célèbre, mère biologique du jeune Alain Delon, qui ayant été adopté, apprend qu'elle est sa vraie mère. Sa manière de jouer et de suspendre cet instant est magnifique, Danielle est à la fois drôle, cruelle, pathétique et frivole. Et c'est cette capacité à exprimer autant de sentiments en quelques secondes qui révèle à mes yeux la modernité et le génie de son jeu d'actrice.”

PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Apportez-Moi La Tête D'Alfredo Garcia
Le Consul de Bordeaux
L'Oeil du Cyclone