Fast and Furious : les incohérences de la saga et leurs solutions

Fast and Furious : Les incohérences de la saga

Le premier volet repassera ce week-end sur TF1.

Après Django UnchainedTF1 proposera dimanche soir le premier Fast & Furious, réalisé par Rob Cohen et sorti au cinéma en 2001. Depuis le film d’action a eu droit à sept suites. Le nouvel épisode sera dans les salles obscures le 12 avril prochain. Vous aimez la saga ? Première vous propose de vous amuser un peu en rappelant ses drôles d’incohérences.

Voir la bande-annonce du premier volet

« Quand j'ai une mission, peu importe ce qu'il y a sur mon passage, je ne m'arrête pas » dit souvent Dom (Vin Diesel), le héros de Fast & Furious. Les scénaristes non plus. Au risque de laisser certains détails de côté, et notamment le souci de cohérence : retour de personnages inattendus, révélations, évolution chaotique, paradoxes temporels et même résurrection. On fait le point et on remet de l’ordre, même si assumer le côté nawak fait partie intégrante du charme de la série. Ce dossier contient évidemment un grand nombre de SPOILERS sur les six premiers films. 
Yérim Sar

Fast & Furious 8 bat le record du trailer le plus vu en 24 heures

Une saga globalement incohérente
Comme dans une course, les films n'ont pas eu le temps de s’arrêter sur certains détails, mais on peut reconnaître que c'était surtout pour privilégier l'efficacité, même si cela s'est fait en dépit (au mépris?) de la cohérence. Il semble assez clair que personne n'avait pensé ressusciter la saga et la relancer dans les années 2010 (rappelons que le premier film date de 2001). Du coup, les scripts jonglent tant bien que mal avec leurs absurdités, au niveau des personnages comme de la chronologie : l'apparition de Vin Diesel à la fin de FF3 ressemble beaucoup à un simple clin d’oeil, le personnage de Roman a été créé dans le seul but de pallier l'absence de Diesel dans le second volet et perd son utilité dès son retour, Tokyo Drift n'était censé être qu'une parenthèse, on en passe. Et soyons honnêtes, quand on va voir un film qui comprend « fast » et « furious » dans son titre, ce n'est pas vraiment pour son scénario sans faille.

Paul Walker y joue un drôle de flic
L'évolution du CV de l'agent O'Conner (Paul Walker) est des plus amusantes. Fast and Furious : simple flic, il plante volontairement sa mission malgré la pression du FBI et laisse s'échapper son suspect numéro 1, Dom (Vin Diesel). Il est alors viré et vivote de courses illégales minables. Fast and Furious 2 : puisqu'il les a déjà trahis, le FBI lui propose une nouvelle mission d'infiltration (si, si). Cette fois il réussit et repart même avec un bonus en liquide que son pote Roman (Tyrese Gibson) a prélevé à celui qu'ils ont fait arrêter. Fast and Furious 4 : Surprise, on oublie l'argent, on oublie aussi son ami d'enfance, et on... retrouve Brian « réintégré au FBI », dont il n'a pourtant jamais fait partie à la base. Les fédéraux n'ont pas changé, et lui confient à nouveau une mission d'infiltration, avant de lui demander de ramener Dom (vous savez, celui qu'il a laissé partir dans le premier film). Voyant que Toretto écope d'une lourde peine, ce bon vieux Brian abandonne définitivement les forces de l'ordre, fait évader son super copain et devient fugitif comme lui. Fast and furious 5, 6 et 7 : en tant que hors-la-loi, le personnage fait ce qu'il faut, comme quoi il s'était trompé de vocation. L'acteur nous expliquait d'ailleurs à l'époque de FF5, en parlant de l'état d'esprit de Brian : « pour la première fois de sa vie il est en paix avec lui-même, et plus du tout tiraillé entre son job et ceux qu'il aime ». Bravo champion.

Paul Walker : 3 ans déjà

Et un amoureux tout aussi étonnant
Notre Brian n'est pas seulement un policier atypique, c'est également un (petit) ami au comportement très singulier. A la fin du premier long-métrage, il a donc flingué sa carrière pour permettre à Dom Toretto de s'en sortir. Pour autant, il ne reparle plus à la soeur de celui-ci, Mia Toretto (dont il est amoureux, mais bon chacun ses priorités) jouée par Jordana Brewster. D'ailleurs il quitte carrément Los Angeles. Une réplique de FF4 nous confirmera son mutisme total quand Mia lui fait remarquer qu'il l'a ignorée pendant 5 ans. A la fin de FF2, il est réconcilié avec son meilleur pote Roman, et pense à ouvrir un garage avec lui... Sauf qu'il l'ignorera durant plusieurs années et le rappellera uniquement pour qu'il l'aide à faire un casse dans FF5, pas plus. Même chose pour Monica Fuentes, une jolie agent du FBI qui ne le laisse pas indifférent (Eva Mendes, anyone?) : il ne cherchera aucunement à la revoir et n'aura plus aucun contact avec elle.

Le comeback de Matt Schulze est inexplicable
La trajectoire de celui qui se décrit lui-même comme l'ami d'enfance de Dom a de quoi dérouter. Comme tous les complices de Toretto à la fin du premier volet, Vince (Matt Schulze) est en cavale. Or il ne revient absolument pas dans FF4, même au début lorsque l'on voit la bande de Toretto monter un gros coup. On le revoit seulement dans FF5, et il dit être parti de Los Angeles juste après la fin du premier film avant de mener une vie de fugitif. Il n'y a aucune raison logique qui explique l'absence de contact avec ses anciens amis, mais d'un autre côté rien n'explique son retour non plus.

Fast & Furious 9 et 10 sortiront en 2019 et 2021

L’arrivée de Jason Statham n’a aucun sens
Cela aura pris plus de 7 ans, mais Justin Lin a bouclé la boucle commencée avec le flashforward de Fast and Furious 3 Tokyo Drift. Dans FF6, les héros de perdent Gisele. Han est inconsolable et annonce qu'il va enfin partir à Tokyo. Cela explique le côté mélancolique de certains discours qu'il tient dans Tokyo Drift et le regard un peu désabusé qu'il a, comme si plus rien n'avait d'importance. La scène post-générique nous montre à nouveau la mort du personnage, dans une nouvelle version de la course-poursuite finale de Han. Comme dans le troisième volet, il finit par être percuté par une voiture et explose avec son véhicule. Sauf que cette fois ci Ian Shaw (Jason Statham, frère revanchard du grand méchant de FF6, mobile semblable à celui de Simon Gruber dans Une Journée en enfer) sort de la voiture qui lui est rentrée dedans et téléphone à Dom pour le menacer. D'accord, c'est en contradiction totale avec la même scène version 2006 où absolument personne de malfaisant n'était aux alentours de la voiture accidentée de Han, mais saluons l'effort et la mise en place de FF7 avec un duel Diesel/Statham au sommet. SPOILERS Du coup, on a droit au retour du héros de Tokyo Drift, Sean Boswell (Lucas Black), lui aussi réintégré dans la reprise de sa scène face à Vin Diesel en 2006. Par contre c'est très, très vite expédié, la réplique "J'ai tout mon temps" de Dom n'a plus aucun sens vu qu'il est venu enquêter sur la mort de Han, et les acteurs prennent 10 ans dans la gueule à la séquence suivante. Quant à la course de Dom et Sean, elle n'est même pas filmée : entre Tokyo Drift et le septième volet, on est passé du film de course à l'action pure et dure.

Surprise, Vin Diesel est le méchant dans le trailer de Fast & Furious 8

Bande-annonce du prohcain épisode :

 

Commentaires

Prochainement au Cinéma

A voir ailleurs sur le web

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les Fiancés
Octobre
Demain et tous les Autres Jours