Donnybrook
The Jokers

Jamie Bell et Frank Grillo se battent à mains nues dans une bande-annonce prenante.

Ca cogne sec dans le premier trailer de Donnybrook. Normal après tout : dans son extraordinaire roman paru à la série noire, Franck Bill se lançait dans une odyssée pulp brutale et sans rémission racontant la trajectoire de personnages sans grades qui n’avaient plus aucune chance de s’en sortir. Aucune sinon un combat de boxe clandestin, le Donnybrook, où tous les coups sont permis et où le vainqueur peut empocher un beau paquet de fric. C’est donc vers ce Donnybrook qu’un ancien soldat reconverti en boxeur qui rêve de remporter le gros lot, un dealer qui s’est fait fauché sa came et veut retrouver sa voleuse de sœur et quelques autres dégénérés convergent…

 

Emaillé de scènes infernales (l’agression du shérif par une famille de crakhead dont les enfants tentaient de lui bouffer les mollets était hallucinante), de passages ultra-violents et complètement gonzo, le roman était un portrait de l’Amérique rurale dans ce qu’elle a de plus folle et de plus désespérée. Tim Sutton en a tiré un film (et d’abord, bravo pour l’audace). On ne sait pas encore comment il s’en est tiré, mais ces premières images font monter l’excitation. Réalisé au cordeau, visiblement impeccablement interprété par Jamie Bell (qui a pris du muscle) et par le sous-estimé Frank Grillo, le film semble déjà rendre justice à ce roman génial en retrouvant l’esprit du Bagarreur de Walter Hill et en empiétant sur le terrain de Taylor Sheridan ou des grands films de ploucs US récents où violence physique et sociale culminent dans une sauvagerie délétère. On en reparlera ici, mais sachez que le film sera présenté au festival du film policier de Beaune (du 3 au 7 avril, toutes les infos sont ici).

Donnybrook
The Jokers