Dix rôles iconiques d’Alan Rickman

Alan Rickman Hans Gruber

Décédé d’un cancer à l’âge de 69 ans, Alan Rickman laisse derrière lui une filmographie riche, où il a souvent brillé en tant que second rôle de luxe. Retour sur dix rôles qui ont participé à sa légende.

L'acteur anglais Alan Rickman est mort

Hans Gruber dans Die Hard

Son premier rôle au cinéma, certainement son plus marquant avant qu’il ne décroche celui de Rogue dans Harry Potter. Alan Rickman incarne un bad guy vaniteux et sournois, persuadé de réaliser le casse parfait. C’était sans compter sur la présence de John McClane dans l’immeuble. L’extrait ci-dessous montre la rencontre entre le voleur et le flic, où Gruber se fait passer pour un otage. Rickman est grandiose, joue un personnage qui en joue un autre et qui invente sa survie en temps réel. Après Hans, et malgré l’impeccable prestation de Jeremy Irons dans le troisième Die Hard, John McClane n’aura plus vraiment d’ennemi à sa mesure. Culte.  

 

Le shérif de Nottingham dans Robin des bois, prince des voleurs 

Le talent d’Alan Rickman résumé en une scène totalement théâtrale. Avec sa prononciation parfaite malgré un débit surhumain, il habite le personnage du shérif de Nottingham, à la fois drôle et délicieusement vicieux. Et ces yeux, regardez ces yeux.  

 

Severus Rogue dans la saga Harry Potter

Le rôle qu’il aura tenu le plus longtemps au cinéma, le temps de huit films. L’archétype du professeur détestable et gratuitement méchant, que Rickman a fait tout doucement évoluer vers la lumière. Jusqu’à la scène de sa mort qui a fait couler bien d’autres larmes de l’autre côté de l’écran.  

 

Harry dans Love Actually

Mari trompeur dans la comédie romantique de Richard Curtis, Alan Rickman est parfait dans cette scène où il tente d’acheter rapidement un collier pour sa maîtresse, alors que le vendeur n’en finit plus de faire le paquet cadeau. L’irritation et l’impatience suintent de tous ses pores. 

 

Jamie dans Truly Madly Deeply

En 1991, il revenait d’entre les morts pour Truly Madly Deeply. Touchant comme rarement dans cette scène, il prouve à sa femme que tout n’est pas perdu entre eux, en lui racontant leur première nuit ensemble. 

 

Alexander Dane/Pr Lazarus dans Galaxy Quest

"Comment j’en suis venu là ?" Un rôle de vieil agri attachant, une ancienne star de la télé (dans une série genre Star Trek) obligée de courir les conventions de fans pour continuer à manger. Même affublé d’une improbable prothèse, Rickman vole toutes les scènes où il apparaît.  

 

Éamon de Valera dans Michael Collins

Génie du second rôle, il est inoubliable dans ce film sur l’indépendance de l'Irlande au début du siècle. Une scène de colère homérique comme seul Alan Rickman savait rendre crédible (à partir de 1 min 24), face un Liam Neeson qui n’a plus grand-chose à faire pour emballer le tout.  

 

Le colonel Brandon dans Raison et sentiments

Raison et sentiments, un de ses rares films où il doit jouer les amoureux. Tout en finesse, simplement avec son intonation et un sourire gêné extraordinaire, il nous dit tout ce qu’il y a à comprendre de sa relation avec le personnage de Kate Winslet.  

 

La voix de Marvin dans H2G2 : le guide du voyageur galactique

L’adaptation des romans de Douglas Adams souffre de quelques problèmes qui l’ont empêché d’atteindre les sommets des bouquins, mais le robot dépressif Marvin est une pure merveille. Alan Rickman le double avec une voix monocorde où suffisamment de personnalité transparaît pour le rendre follement attachant. "Life ? Don’t talk to me about life".  

 

L’ange Metatron dans Dogma

Alan Rickman donne tout dans le film de Kevin Smith, où il joue l’ange Metatron, la "voix" de Dieu. Un personnage un peu exécrable qui n’hésite pas à prouver qu’il n’est plus doté d’organes reproducteurs. Pour éviter d’être trop triste, c’est peut-être comme ça qu’il faut se souvenir de l’acteur : un mec en train d’exhiber son absence de parties génitales à Linda Fiorentino. Pas donné à tout le monde. 

Commentaires

A voir aussi

Ligatus

Prochainement au Cinéma

Les plus vues