Denzel Washington : "Pour Flight, j'ai dû me mettre à poil"

Flight

Le film revient ce soir sur TMC.

Alors qu'il vient d'être nommé à l'Oscar pour Fences, Denzel Washington est à l'honneur, ce soir, sur TMC. La chaîne lui consacre toute sa soirée, en commençant par Flight, et en poursuivant par L'Attaque du métro 123. Ca tombe bien, à sa sortie en 2013, Première avait beaucoup aimé le film de Robert Zemeckis et avait rencontré l'équipe. Le réalisateur nous expliquait ainsi comment cette histoire avait déclenché son envie de revenir au "live" après plusieurs projets en performance capture, et l'acteur détaillait de son côté comment il s'était longé dans ce rôle très intense.

Oscars so black : Moonlight et la victoire de la diversité aux nominations 2017

Entretien du 12 février 2013 : Dans Flight, Denzel Washington interprète Whip Whitaker, pilote d'avion héroïque qui, après un après avoir évité un crash, doit faire face à une enquête administrative qui va révéler son côté obscur. Un personnage d'écorché vif sublime dans un film qui offre à Denzel des plages immenses où il peut faire briller ses multiples facettes. Son côté teigneux et supercool (la scène d'intro), sa suprématie dans le registre de l'émotion (la scène du tribunal), son art de la fêlure... Bref, une leçon d'acting signée par l'un des plus grands acteurs du moment. A quelques jours des Oscars, tout ça méritait bien une interview.

Robert Zemeckis : "C'est le fabuleux scénario de Flight qui m'a fait revenir au cinéma traditionnel"

Est-ce qu’il est difficile de se documenter pour un rôle comme celui-là ?
Difficile ? Eprouvant ? Non : en fait, c’était plutôt marrant, vous rentrez dans ces gros simulateurs de pilotage, c’est comme un jeu vidéo. Je n’avais jamais réalisé que lorsqu’un avion roule au sol, le manche, qui sert à contrôler les ailes, n’est alors d’aucune utilité. En fait, vous contrôlez le mouvement de l’appareil (droite, gauche) avec des pédales… Je me suis beaucoup, beaucoup crashé au début… Il faudrait demander au scénariste pourquoi il a choisi un pilote d’avion comme protagoniste (l’alcoolisme fait des ravages dans toutes les professions), mais j’imagine que ça renforce la valeur dramatique de l’histoire.

Vous ne vous êtes pas renseignés sur l’alcoolisme et les phénomènes d’addiction ?
Non, parce que je suis parti de l’idée que lui-même (mon personnage) ne pense pas qu’il est alcoolique. Voilà un type qui a environ 50 ans et continue de voler sur des petits trajets. Est-ce qu’il ne devrait pas plutôt officier sur des longs courriers ? Tout ça m’a amené à penser qu’il a déjà eu des problèmes par le passé. Et le film ne dit pas clairement s’il était alcoolique avant l’incident ou s’il a commencé à boire énormément à la suite de l’incident…

Mais on le voit boire énormément avant l’incident, et même dans l’avion…
Vous voulez dire qu’un journaliste, par exemple, ne boit jamais pendant le travail ? (Rires) On en revient à ce que je vous disais : le drame est simplement plus fort avec un pilote d’avion.  

Flight : le film le plus Stones d'un cinéaste Beatles

Le film condamne votre personnage, tout en posant la question : mais est-ce qu’on ne devrait pas plutôt le célébrer pour son acte héroïque ? 
J’espère que non. J’espère que le film ne pose pas cette question… 

Il peut sembler étonnant qu’il finisse ses jours en prison…
Je l’ai dit à Bob Zemeckis sur le tournage : j’ai toujours pensé qu’il aurait du écoper d’une peine encore plus lourde. En ce qui me concerne, on ne l’a pas assez puni…

Il paraît que vous avez signé pour Flight en partie pour honorer la mémoire de votre agent. C’est à dire ?
J’ai reçu le scénario de Flight, que j’ai trouvé extraordinaire, en même temps que celui de Sécurité rapprochée. Un beau combo, un « one-two punch » : deux films très différents l’un de l’autre, deux directions opposées, deux mondes très intéressants à explorer. Et oui, c’était les deux derniers films que mon agent, le regretté Ed Limato, a poussé dans ma direction. Non pas que je me sentais une obligation mais… Je voulais les faire pour lui, oui.

Flight : les dessous de la séquence du crash d'avion de Denzel Washington

Quel alcool a votre préférence ?
Vous me demandez ce que je bois ?

Oui.
J’aime le vin. Vous venez d’où ?

De France.
Voilà, j’aime le vin français. Bien sûr ! Qui n’aime pas le vin français ?

Le plus gros challenge de Flight, c’était quoi ?
Ma balader partout torse nu avec l’estomac qui déborde de mon caleçon ! Sérieusement… J’ai vraiment dû me foutre à poil sur ce film, impossible de me cacher derrière des coquetteries d’acteur.

Les meilleurs scènes de Robert Zemeckis : Forrest Gump, Retour vers le futur, Contact, Flight...

Commentaires

Prochainement au Cinéma

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Sid Et Nancy
Léon Morin, Prêtre
Octobre