Denis Villeneuve : "Après Blade Runner, j'aimerais adapter Dune"

Denis Villeneuve Sicario

Sicario, Blade Runner 2049, Premier Contact... Le stakhanoviste québécois revient sur sa fulgurante ascension hollywoodienne.

Le 24 novembre dernier, Denis Villeneuve était de passage à Paris pour la promo de Premier Contact. C’était une date importante pour lui (et, on l’espère, pour l’histoire du cinéma) puisqu’il avait fini la veille, en Hongrie, le tournage de Blade Runner 2049, la suite du chef-d’œuvre de Ridley Scott, attendue pour octobre prochain. L’un des gros projets de studio sur lesquels on fonde d’immenses espoirs. En quelques années, Villeneuve, hier encore jeune espoir du cinéma québécois, s’est mué en super-faiseur hollywoodien, signant au cours de son ascension vertigineuse quelques propositions de cinéma plutôt costaudes (Prisoners, Premier Contact) et au moins un chef-d’œuvre (Sicario). Maintenant qu’il a à sa disposition des moyens de plus en plus importants, quel est son rêve de cinéma ? A quoi va ressembler son destin post-Blade Runner ? On lui a posé la question. Et on a très vite compris que, à ses yeux, sa carrière ne fait que commencer.

Première : La dernière fois qu’on s’est rencontrés, c’était il y a trois ans, au moment de la promo de Prisoners. Vous parliez encore de votre expérience à Hollywood avec une certaine distance. Depuis, vous avez enchaîné Sicario, Premier Contact, vous venez de finir le tournage de Blade Runner 2049… Ça y est, vous vous sentez complètement chez vous, là-bas ?
Denis Villeneuve :
Wow. C’est assez fulgurant, résumé comme ça. Vous dites « trois ans », j’ai l’impression que ça a duré dix ans. Quand on m’a proposé Prisoners, je savais que beaucoup de cinéastes étrangers qui avaient été invités à Hollywood s’étaient faits broyer. C’est un système très dur. Moi, j’y allais pour… l’expérience culturelle, disons ! (Rires) Ma compagne m’avait dit : « Vas-y, mais ne rentre pas fâché. » J’adorais le scénario, on me donnait la chance de travailler avec des artistes auxquels je n’aurais jamais pu avoir accès comme (le chef opérateur) Roger Deakins… J’ai cru que j’allais avoir les producteurs sur le dos en permanence, mais le paradoxe, c’est que je n’ai jamais été autant respecté en tant que metteur en scène que lors de cette première expérience américaine. Ça contredisait toutes les histoires que j’avais entendues. C’est mon directors cut qui est sorti en salles. Le film était long, mais les producteurs l’ont défendu. Il a été très bien reçu, ça m’a ouvert beaucoup de portes. Et quand je dis « très bien reçu », ce n’est pas seulement une histoire de critiques ou de box-office, je parle surtout du milieu du cinéma.

Ça veut dire que, soudain, des acteurs ont voulu travailler avec vous…
Oui, et aussi des gens dans les studios qui avaient lu le scénario de Prisoners, puis vu mon film, et avaient été très impressionnés par la différence entre les deux. C’est pas très modeste de dire ça mais c’est la vérité. Ensuite, tout s’est enchaîné très vite. Sicario et Premier Contact ont été « greenlightés » la même semaine. Sicario est le film que j’ai fait le plus vite dans ma vie. On peaufinait le script de Premier Contact en parallèle. Voilà comment, en trois ans, j’ai pu faire trois films, chacun avec un peu plus d’ampleur que le précédent.

C’est ce qui frappe dans votre parcours, on dirait une vague qui n’arrête pas de grossir…
Je ne vais pas continuer sur ce rythme, par contre. J’ai commencé le tournage de Blade Runner déjà fatigué, et tu ne peux pas commencer un tournage de cent jours fatigué… Certains confrères m’avaient dit qu’ils s’entraînaient physiquement avant un tournage, maintenant je comprends pourquoi.

Vous avez fini hier, c’est bien ça ? Vous êtes dans quel état ?
Je suis content d’être assis, j’ai le dos en compote ! (Rires) Mais ça s’est dangereusement bien passé, au-delà du fait que c’était éprouvant physiquement.

Le gros pansement autour de votre doigt, là, c’est un accident de tournage ?
Oh, ça, c’est un accident extrêmement stupide de célébration. C’était la fin du tournage de Blade Runner, hier. Et le dernier plan qu’on a tourné était spectaculaire. Roger Deakins était en train de réaliser une prouesse technique et quand il a réussi, toute l’équipe était là, plusieurs centaines de personnes, toutes euphoriques, et j’ai voulu sabrer l’énorme magnum de champagne que m’avait offert Ryan Gosling. Or, j’ai pas l’habitude de sabrer des bouteilles aussi grosses… La bouteille m’a échappé et en la rattrapant je me suis ouvert le doigt. Donc, pour moi, la fête de fin de tournage de Blade Runner a duré 45 secondes, le temps que je réalise qu’il y avait plein de sang dans mon champagne.

C’est quoi, l’étape d’après Blade Runner ? Le fantasme de cinéma ultime de Denis Villeneuve ?
Honnêtement, j’ai adoré le tournage de Blade Runner, adoré avoir ces moyens-là, j’aimerais encore faire un film de cette ampleur, peut-être même encore plus gros. Mais je rêve aussi d’un petit film de science-fiction tourné dans mon coin, quelque chose que j’écrirais moi-même. Pendant Sicario, je me souviens avoir vu Under the Skin, de Jonathan Glazer, avec mon directeur artistique, et on s’est dit : « Wow ! Le rêve ! » J’ai tellement hâte de faire un petit film comme ça. Il y a aussi ce projet d’adaptation d’un roman policier de Jo Nesbo avec Jake Gyllenhaal, Le Fils. Jake et moi on se rencontre début décembre pour travailler dessus. Mais j’adore vraiment la science-fiction… J’aimerais m’attaquer à quelque chose de substantiel dans le genre.

Nous, on vous verrait bien vous attaquer à Dune. Le studio Legendary vient d’en récupérer les droits…
Quand j’ai fini Prisoners, mon producteur m’avait demandé ce que je voulais faire après ça et j’avais répondu Dune. C’est mon roman de science-fiction préféré, ça a hanté mon adolescence, je n’avais pas aimé l’adaptation de Lynch – même si c’est un immense cinéaste. On m’avait fait lire un scénario mais je n’avais pas aimé. Si jamais j’ai le privilège de pouvoir essayer, ce sera sous certaines conditions. Mais oui, j’adorerais… Je ne connais pas leurs attentes, mais on va se rencontrer et discuter, c’est sûr. C’est un grand rêve pour moi.

Premier Contact est presque un film jumeau de Sicario. Les militaires qui viennent chercher l’héroïne pour la projeter dans un monde où le spectateur est aussi paumé qu’elle… Vous avez conçu les deux films en miroir ?
Complètement, oui. J’avais déjà fait Polytechnique et Incendies en miroir, puis Prisoners et Enemy. Là, c’est Sicario et Premier Contact. Comme si j’avais accouché de jumeaux trois fois d’affilée. C’est étonnant, en effet, le nombre de similitudes entre les deux projets. Mais si j’ai accepté de faire Sicario, de retourner broyer du noir après Prisoners et Enemy, c’est aussi parce que je savais que j’allais enchaîner avec Premier Contact, quelque chose de plus lumineux.

Chaque film nourrit le suivant…
Exactement. Le nourrit ou le rend possible.

Premier Contact, votre première expérience SF, c’était aussi une manière de se préparer à Blade Runner ?
Oui. J’étais associé à Blade Runner dès Sicario. Ils m’avaient dit : « On tourne à telle date. » Et j’avais répondu : « Non, je fais Premier Contact avant. » Les producteurs avaient été étonnés que je ne délaisse pas Premier Contact. C’est mon côté boy-scout. Je tiens mes promesses. L’équipe de Premier Contact m’attendait depuis un an. Et l’équipe de Blade Runner a décidé de m’attendre. C’est important pour moi. Je le sens intérieurement, intuitivement. C’est comme un escalier. Je ne peux pas faire des sauts trop grands. Sinon je vais me casser la gueule.

Il y a trois ans, vous m’aviez cité ce conseil que Martin Scorsese vous avait donné : « L’essentiel, c’est de rester intact. » Vous êtes toujours intact aujourd’hui ?
Je suis intact mais j’ai perdu ma virginité. Au cours des trois dernières années, j’ai plus appris sur le cinéma que dans toute ma vie. J’ai travaillé avec des maîtres. Harrison Ford… Le voir travailler, sincèrement, c’est exceptionnel. Ce qui m’a le plus frappé, c’est son rapport au personnage, comment il le développe… J’ai beaucoup appris. J’ai fait des erreurs que je ne reproduirai pas. Là, je me sens d’attaque pour les prochains films. Je sais ce que je veux faire. Maintenant, je me sens vraiment prêt à faire du cinéma à Los Angeles.

Premier Contact, de Denis Villeneuve, avec Amy Adams, Jeremy Renner, Forest Whitaker... Actuellement en salles.

Commentaires

Prochainement au Cinéma

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Sid Et Nancy
Léon Morin, Prêtre
Octobre