DR

"Un gros doigt d’honneur" aux frileux du 7e art. 

En février dernier, Damien Chazelle repartait de la 89e cérémonie des Oscars avec le prix du meilleur réalisateur. Christopher Nolan lui succèdera-t-il en 2018 ? Le réalisateur de La La Land roule en tout cas à fond pour celui de Dunkerque. Sa tribune publiée sur le site de Variety est même une déclaration d’amour au cinéaste britannique et à son dernier long-métrage, qu’il place au côté de classiques comme Lawrence d’Arabie ou 2001 : l’odyssée de l’espace.

Rencontre avec Christopher Nolan : "Dunkerque raconte une série de situations paradoxales"

Ce que Christopher Nolan a réussi avec Dunkerque c’est un peu ce qu’il a poursuivi toute sa carrière. C’est du cinéma en musique, un flot continu et irrespirable d’images et de sons qu’on ressent de manière élémentaire et primal. Pour un film aussi gigantesque, qui décrit une histoire aussi épique, il respire la simplicité. Les visages, les corps, la terre, la mer et le ciel. Ca m’a rappelé les leçons du cinéma muet, quand on retire tout sauf l’essentiel, on peut vraiment regarder le cœur qui bat d’une chose.

La chose, en l’occurrence, est une bataille dont peu de gens ont entendu parler aux Etats-Unis. Comment un film intitulé Dunkerque, dans le contexte d'aujourd'hui, a-t-il pu attirer autant de gens dans les salles de cinéma à travers le pays ? Ca tient presque du miracle, c’est un gros doigt d’honneur à tous ceux qui affirment qu’il n’y a plus de place pour la prise de risques sur le grand écran. C’est du cinéma pur, ça parle la même langue que le plan qui passe de la flamme au désert dans Lawrence d’Arabie, ou de l’os au vaisseau dans 2001 (voir vidéos ci-dessous)… Dans sa combinaison du grand angle et de la subtilité, du plan énorme et du minuscule, racontant le moindre détail, le film est plus proche des meilleurs travaux de David Lean que n’importe quel film récent dont je me souvienne.

Au-delà de ça, c’est du Christopher Nolan. C’est un metteur en scène qui est parvenu, à plusieurs reprises, à rendre personnels les projets les plus impersonnels – des films de super-héros, des prises de tête spatiales. Dunkerque est, selon moi, le film le plus personnel et le plus émouvant qu’il ait jamais tourné."

N’en jetez plus. On sait qui Damien Chazelle soutiendra le 4 mars prochain. 

Prochainement au Cinéma