20th Century Fox

C'est fait exprès pour "perdre" le spectateur, lui montrer la folie du personnage principal.

Mise à jour du 26 février 2018 : A l'occasion de la première diffusion (tardive) en clair de Birdman, nous vous proposons de (re)découvrir une excellente vidéo expliquant pourquoi Alejandro Gonzalez Inarritu a multiplié les faux raccords au sein de son film.

Birdman sera diffusé pour la première fois en clair… au beau milieu de la nuit

Actualité du 3 avril 2015 : Déjà sorti en DVD et blu-ray aux Etats-Unis, Birdman est décrypté par des cinéphiles, dont un certain De Filmkrant. Ce Néerlandais a eu l'idée de retracer le plan du parcours effectué par Michael Keaton et ses collègues au cours du film. Puisque la caméra suit toujours un personnage en plan séquence, on pourrait penser que le plan des coulisses du théâtre où a été tourné le film se serait dessiné tout seul, mais c'est loin d'être le cas : il est tout simplement impossible à faire ! Les comédiens déambulent dans des couloirs dont la profondeur et l'orientation ne cessent d'être modifiés...

Voir la vidéo ici

L'analyse ne s'arrête pas là et tente de comprendre pourquoi Alejandro Gonzalez Inarritu a triché de la sorte. Pour perdre le spectateur ? Pour le plonger dans l'esprit tourmenté de son héros ? C'est la théorie développée ici et mise en parallèle avec Shining, de Stanley Kubrick. Dans ce classique sorti en 1980, le personnage de Jack Torrance (Jack Nicholson) est peu à peu possédé par les fantômes de l'hôtel Overlook. Il déambule entre ses murs, et plusieurs spectateurs ont remarqué que le plan des lieux était impossible à reconstituer. Là où il devrait y avoir une fenêtre vue au début du long-métrage, il y a un mur quelques scènes plus loin, par exemple... C'est très bien expliqué dans le documentaire Room 237, qui présente des théories plus ou moins farfelues sur le film de Stanley Kubrick. Le même principe est utilisé : essayer de reconstituer le plan au fur et à mesure de la scène et se rendre compte qu'il est physiquement impossible à dessiner. Comme le film traite de la folie grandissante de son personnage principal, beaucoup pensent que ces décors physiquement impossibles à suivre participent à illustrer la perte de l'esprit de son héros.

Bande-annonce de Room 237 :

Le réalisateur de Room 237 revient sur les théories les plus bizarres autour de Shining

Inarritu aurait repris cette idée dans Birdman, en y ajoutant d'autres détails, comme les murs qui rétrécissent ou la profondeur des couloirs qui changent. Ce qui passait à première vue pour des erreurs de raccord serait en fait parfaitement voulu par le cinéaste qui vient d'être oscarisé pour ce film. Le clin d'oeil à Shining est même assez clair, si l'on en croit un détail qui tue : les motifs sur le tapis d'un des couloirs rappelle étrangement celui du classique de Kubrick. CQFD ?

Bande-annonce de Birdman :

Birdman : comment a été tournée la scène du slip ?