Diaphana Distribution

Avec une densité exceptionnelle, Pawel Pawlikowski raconte en 1H27 trente ans d’amour fou et tragique.

Pawel Pawlikowski n’en est pas à son coup d’essai. Il a passé la majeure partie de sa vie professionnelle en Europe de l’Ouest, et principalement en Angleterre, où il a tourné des documentaires pour la télé. Mais c’est surtout depuis Ida (2013) qu’il s’est imposé comme un cinéaste majeur, comme s’il avait trouvé avec un sujet personnel ce qui lui avait manqué jusqu’alors. Sur la même lancée, il traite avec Cold war de sa Pologne natale à travers un thème vieux comme la littérature : l’histoire d’amour impossible entre Zula, une chanteuse d’origine rurale et Wiktor, directeur musical d’un programme culturel organisé par le parti. Hélas pour eux, leur naissance, leur éducation, leur classe sociale s’interposent comme autant de barrières, pourtant sensées avoir été abolies par le pouvoir communiste d’après guerre. Pire, le problème persiste en dehors, notamment dans le Paris jazz et rock’n roll des années 50, comme si les préjugés étaient inscrits de façon ineffaçable dans l’ADN des protagonistes.

Cannes 2018 : les films de la sélection décryptés

Il y a comme un effet d’écho, probablement pas fortuit, avec Leto, le film présenté la veille au festival de Cannes, qui comporte quelques éléments communs: la musique encadrée par les autorités, les rapports avec l’occident et jusqu’à la romance impossible. Sauf que chez Pawlikowski, la forme est autrement musclée, sous tous ses  aspects: écriture, mise en scène, direction d’acteurs, photo (en noir et blanc au format carré), relèvent d’une virtuosité sans ostentation. On pourrait citer une dizaine de scènes mémorables, comme celle où la fille danse sur scène et se met à dérailler parce qu’elle a reconnu son amoureux dans le public. L’art d’en dire plus en en montrant moins.

Prochainement au Cinéma