Cinquante Nuances de Grey : moins cul mais moins con que le livre

Cinquante Nuances de Grey : moins cul mais moins con que le livre

Voici ce qu'on a pensé de l'adaptation du best-seller d'E.L. James.

Ce soir, Anastasia Steele et Christian Grey "s'aiment et se fouettent" à partir de 21h sur TF1. A sa sortie, à la Saint Valentin 2015, Première n'avait pas vraiment été conquis par Cinquante nuances de Grey. Voici notre critique.

The Duke of Burgundy, l'Empire des sens, La Secrétaire : 15 films plus BDSM que 50 nuances de Grey

Moins de sexe

11 minutes de sexe : The Sun a chronométré et, sur 125 minutes de film, on a donc 11 minutes de scènes « coquines » dans Cinquante Nuances de Grey. Il faut d’ailleurs attendre plus de 40 minutes pour rentrer dans le cœur du sujet, mais cette attente est fidèle au bouquin puisqu’on patiente 155 pages avant qu’Anastasia se fasse dépuceler.

Pour l’essentiel, la version cinéma du best-seller d’E.L. James est fidèle : Sam Taylor-Johnson retranscrit scrupuleusement le roman, et on se demande d’ailleurs toujours ce qu’une figure atypique de l’art contemporain vient faire dans cette histoire. La limite de cette fidélité : le roman compte environ 40% de sexe, longues scènes intégralement décrites, relativement excitantes et qui finissent toutes par des orgasmes à s’en faire péter la cervelle, où « le monde s’effondre, anéanti par [sa] jouissance ». Le film, lui, en compte trois (pas d’épisode du tampon dont on se passe très bien, mais pas non plus l’expérience avec les boules de geisha par exemple) et elles sont à peu près aussi softs que la moyenne des films du dimanche soir en prime time. La première fois qu’ils couchent ensemble, ça ressemble à n’importe quelle scène de sexe suggéré, on voit un bout de sein, des fesses de dos, des coups de hanche ; la caméra se détourne peut-être à peine un peu moins tôt que d’habitude. L’initiation à la « chambre rouge de la douleur » elle, est gérée par un montage cut de plans sur des bouts de peau, des poignets attachés, des pieds qui se recroquevillent… Ce n’est pas du porno soft, c’est soft, point. Les restrictions sévères décidées par certains comités de censure à l’étranger sont liées au fait qu’on évoque une relation sadomaso, par deux fessées et une chambre pleine d’accessoires (sous-exploités). Le penchant du héros pour les pratiques SM n’est ici qu’une autre manière de faire du personnage masculin un être incapable de s’engager dans une histoire d’amour – un des enjeux de la comédie romantique, de toute éternité.

Quand 50 Nuances de Grey est devenu 50 Nuances de poils pubiens en post-production

Mais moins de bêtise

Et au fond, c’est ce qu’il reste de Cinquante Nuances de Grey quand on l’épure de sa sexualité. Sans sa pornographie un peu chic, le roman n’est plus qu’une bluette Harlequin, atrocement mal écrite et franchement bas du front. L’histoire d’une fille qui rêve du prince charmant et se retrouve à la merci d’un mâle dominant (mais fragile, abimé, bien sûr) qui va évidemment lui briser le cœur. Mais étrangement, là où le film est meilleur que le livre c’est qu’avec les descriptions circonstanciées des scènes de baise est aussi parti le commentaire : on n’est plus dans la tête de la jeune vierge effarouchée qui a des problèmes capillaires et souligne constamment l’évidence de ce qui lui arrive. Et c’est un soulagement – d’autant qu’il y en a du monde dans sa tête, où s’affrontent dans une lutte sans merci sa conscience et sa « déesse intérieure ». En poche, le roman compte 650 pages qui décrivent et commentent (et s’interrogent sur) TOUT ce qui se passe au cours des quelques semaines que dure l’histoire. Le film a le bon goût d’éviter ces lourdeurs pénibles et de nous épargner la voix-off par exemple, qui aurait été plus fidèle au style d’E.L. James – qui aurait été, surtout, insoutenable. Plus de « oh mon dieu », « ouh là », « ben dis donc », plus de « regard de braise » et de « reste cool, Steele ». Moins d’échanges laborieux de textos et de mails niveau troisième, avec les relances sans fin (qui s’étalent parfois sur dix pages) de « Miss Steele » et « Mister Grey ». A l’arrivée, on se retrouve devant une romance banale à l’érotisme quasi nul : la tension ne monte jamais puisqu’on passe toujours à l’acte. Et on évacue vite l’acte pour retrouver la sécurité des séquences tous publics. On en viendrait presque à regretter la tension sexuelle contenue de Twilight, bluette dans laquelle les héros mettent quatre livres à concrétiser.  

Vanina Arrighi de Casanova

 


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les Aventures De Pinocchio
Menina
The Florida Project