Pas de printemps pour Marnie
Ciné Sorbonne / Universal Pictures

Ce soir, sur France 5, Dominique Besnehard inaugure une nouvelle saison de Place au cinéma avec la diffusion d’un chef d’œuvre à voir ou à revoir, Pas de printemps pour Marnie d’Alfred Hitchcock.

Une adaptation qui coûte cher

Alfred Hitchcock avait l’habitude de demander les droits des romans qu’il souhaitait adapter de façon anonyme. Il faisait une offre généreuse et se disait qu’ainsi l’auteur ne serait pas tenter de faire monter la note. Dans le cas de Pas de printemps pour Marnie, il s’est passé le contraire : Winston Graham n’a pas vu d’un bon œil que le réalisateur cache son identité. Méfiant, il a demandé le double. Hitchcock a cédé en demandant que le deal soit signé tout de suite. Quand le romancier apprit l’identité du cinéaste, il avoua qu’il aurait donné ses droits pour rien.

Une Princesse frigide

Dans le rôle de Marnie, la jeune voleuse en conflit avec le beau Mark et avec les affres de son passé, Alfred Hitchcock rêvait de faire revenir Grace Kelly sur sa décision d’arrêter le cinéma. Marié depuis 1956 avec le prince Rainier III de Monaco, elle se consacre à ses deux enfants et à la Principauté. Mais Hitchcock, resté son ami depuis qu’il l’a dirigée dans La main au collet, vient lui rendre une petite visite sur le Rocher en 1962. La Princesse hésite. Certains disent que le Prince aurait fait pression et n’aurait pas accepté qu’elle joue une voleuse, d’autres qu’elle doutait de ses capacités d’actrice. Marilyn Monroe fit connaître alors son intérêt pour le rôle. Le maître du suspense se tourna finalement vers Tippi Hedren qu’il avait dirigé dans Les oiseaux.

Un 007 exigeant

Après le refus de Marlon Brando d’interpréter Mark dans ce thriller psychologique à connotation très sexuelle, Hitchcock se tourna vers un sex-symbol des années 1960 : Sean Connery. L’acteur écossais était alors l’interprète de James Bond. Il désirait énormément tourner avec Hitchcock mais ne voulait pas d’un rôle d’espion à la Cary Grant dans La mort aux trousses. Il demanda alors à lire le scénario du film, ce qui choqua tout l’entourage du maître. Personne n’avait l’habitude de demander à lire un Hitchcock !

Un cheval emprunté à Disney

Pour la scène -clé de la chute de cheval de Marnie, il fut proposé à Hitchcock d’utiliser un cheval mécanique afin que personne ne soit blessé. Mais le réalisateur était réticent à cette concession au réalisme et envoya un membre de son équipe espionner chez Disney ce qui était supposé être le meilleur « cheval de cinéma ». Walt Disney l’apprenant, il offrit personnellement à Hitchcock de l’utiliser.

Cherchez Alfred

Alfred Hitchcock avait l’habitude de faire une apparition dans chacun de ses films. On le voit ici sortir d’une chambre d’hôtel alors que Marnie passe dans le couloir. A vous de le trouver…

 

Pas de printemps pour Marnie est diffusé ce lundi 9 septembre à 20h50 sur France 5.

 

A lire aussi sur Première

Cinq choses à savoir sur… 7 morts sur ordonnance

Gérard Depardieu et Michel Piccoli sont à l’honneur ce soir dans « Place au cinéma » sur France 5.