Capture d'écran Dailymotion/Canal Plus

"Le Festival de Cannes remballe, ses hommes, ses femmes, qui étaient là tous ensemble, unis, pour rien"

Il a tout donné. Evidemment à la hauteur de l'événement, Edouard Baer a clôturé en beauté le Festival de Cannes 2018 avec un discours d'introduction totalement dans l'esprit de son émission sur Radio Nova : « Allez on remballe, le festival. Le Festival de Cannes qui remballe ses valises, ses valoches. Ses fraternités, ses vanités, ses sincérités parfois », a-t-il commencé.

Cannes 2018 : le discours enflammé d'Asia Argento sur Harvey Weinstein

« Le festival rentre chez lui c'est-à-dire chez nous, on rentre à la maison, après ce monde d'illusions, de rêves, de colères pour rien, de violence parfois sincères et authentiques. Rendant la Croisette à son destin balnéaire, ses gâteaux de chantilly-crème léchés par les vagues, la mer toujours recommencée, la Méditerranée, terrain de jokari et cimetière parfois, à ceux qui veulent nous rejoindre, à ceux à qui on ne sait plus tendre la main. Le Festival de Cannes remballe, ses hommes, ses femmes, qui étaient là tous ensemble, unis, pour rien. Pour rêver, pour construire, pour essayer de dire que derrière les films, derrière les images, derrière les sons, il y a des rêves, il y a des violences, des envies de transmettre, des choses. Pas des messages, nous ne sommes pas des postiers. Nous sommes simplement des gens qui ont eu le courage ou la chance d'exprimer nos rêves, d'aller vers les autres, de tendre une main qu'on appelle un film. Nous sommes des hommes et femmes ici, privilégies sans doute, mais qui sauront faire quelque chose de tout ça ».

Cannes 2018 : Kore-Eda repart avec la Palme d'or, Godard reçoit un prix inédit (palmarès complet)

On vous laisse découvrir la suite ci-dessous :

Prochainement au Cinéma