Cannes 2017 : Wonderstruck, un travail d’esthète

Wonderstruck de Todd Haynes

Todd Haynes revient à Cannes avec un nouveau film rétro et nostalgique.

Le glam rock, les années 50, Bob Dylan… Depuis bientôt 20 ans et le matriciel Velvel Godmine, Todd Haynes s’attache à revisiter la culture pop américaine avec le regard et les outils narratifs d’aujourd’hui. Du cinéma postmoderne naguère avant-gardiste qui a fini par devenir trop conscient de lui-même, notamment dans le surfait Carol, en compétition à Cannes il y a deux ans. C’est dire qu’on attendait Wonderstruck sans véritable engouement mais avec une certaine curiosité.

L’action principale se situe en 1977. Un garçon perd sa mère dans un accident de voiture. Peu après, frappé par la foudre qui a occasionné chez lui une surdité totale, Ben s’échappe à New York pour retrouver le père qu’il n’a jamais connu. En parallèle, on suit les mésaventures de Rose, jeune fille également perdue à New York, en 1927. Sourde de naissance, elle est déchirée entre son père et sa mère, divorcés. Quel lien mystérieux unit ces deux enfants, à cinquante ans d’intervalle ?

Esthétisant, mais pas trop

Après une mise en route laborieuse qui entretient le flou artistique autour des deux protagonistes, la nature romanesque du récit se déploie délicatement pour aboutir au dénouement émotionnel attendu. L’émerveillement du titre –"wonderstruck" signifie "émerveillé"- tient autant dans cette double quête initiatique que dans le dispositif plastique adopté par Haynes qui joue superbement sur les contrastes : couleur du présent/noir et blanc du passé, bande-originale classique/pop & soul 70’s, cinéma parlant/cinéma muet… Il y a cette fois moins de coquetterie expérimentale que d’envie de raconter, simplement et directement, une belle histoire.

Commentaires

A lire aussi sur Première

Wonderstruck : "Un très beau film avec de belles idées de mise en scène"

Deux ans après Carol, le réalisateur Todd Haynes revient en compétition avec Wonderstruck. Notre rédaction est sous le charme, mais avec quelques réserves… 

Les Proies : Les choix de Sofia 

Un soldat est soigné dans un pensionnat de jeunes filles en pleine guerre de sécession. Un pitch parfait pour une nouvelle rêverie éthérée signée Sofia Coppola.

120 battements par minutes : La palme du coeur

Années 90, chronique semi-autobiographique des luttes et engagements de Act Up Paris au pic de l’épidémie de SIDA, entre montées folles et plus dure sera la chute.

Prochainement au Cinéma

A voir ailleurs sur le web

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les Fiancés
Octobre
Demain et tous les Autres Jours