Cannes 2017 : Une femme douce, conte de la folie russe

Une femme douce

Une femme douce tourne en spirale dans la Russie cabossée des petites villes et des petites gens, jusqu’à la bascule dans une boîte à fantasme.

Longtemps, très longtemps, on suit une femme silencieuse, inerte, témoin quasi muet ballotée dans une virée carnavalesque sidérante au fin fond d’une Russie faussement naturaliste. On lui a retourné le colis de bouffe et de vêtements qu’elle avait envoyé à son mari en taule. Elle voudrait comprendre, mais personne ne se donne la peine de lui répondre. « Contraire au règlement ». « Faites une réclamation ». « Je ne suis pas un service de renseignement ». « Vous pensez peut-être que vous êtes la seule à avoir des problèmes ? » Dans un bus, à la poste, dans un panier à salade, dans un hall de gare, dans un bar glauque, dans un commissariat, dans une réunion de freaks slaves ivres morts jouant à se foutre à poil, notre héroïne se tait, observe, subit, abusée par tous ceux qui l’entourent, l’ignorent, l’insultent, la menacent, hurlent ou lui font pipi dessus. Sergei Loznitsa est ici à la frontière habituelle de son style : là où vrai-faux naturalisme et documentaire mental (documental ?) débouchent sur ce que les alcoolos russes appellent leur « âme », cet endroit au-delà de l’absurde, de l’ivresse et de la raison, au-delà du réel. La femme douce ne bouge pas, ni ne cède, ni ne rompt, dans l’œil d’une toupie qui dessine les cercles d’un Enfer très russe (traces de Gogol ou Dostoievski, impact récent de Svletana Alexievitch) mais doit aussi beaucoup à Kafka revu par David Lynch. Lorsque la jeune femme se retrouve embarquée en carrosse dans un banquet XIXème siècle, où tous les personnages du film se lancent un à un dans des toasts en l’honneur de la Russie éternelle et de l’humanité,  alors on sait que la ronde vertigineuse des deux derniers siècles du « grand pays » a fini par l’emporter, sans espoir de retour. Car si la femme est douce, la folie russe, elle, est furieuse.

Commentaires

A lire aussi sur Première

Les Proies : Les choix de Sofia 

Un soldat est soigné dans un pensionnat de jeunes filles en pleine guerre de sécession. Un pitch parfait pour une nouvelle rêverie éthérée signée Sofia Coppola.

120 battements par minutes : La palme du coeur

Années 90, chronique semi-autobiographique des luttes et engagements de Act Up Paris au pic de l’épidémie de SIDA, entre montées folles et plus dure sera la chute.

Une femme douce : Mulrussian Drive

Une femme douce tourne en spirale dans la Russie cabossée des petites villes et des petites gens, jusqu’à la bascule dans une boîte à fantasme à la Lynch.

Prochainement au Cinéma

A voir ailleurs sur le web

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

La Solitude Du Coureur De Fond
Gauguin - Voyage de Tahiti
Les Hommes d'argile