Cannes 2017 : Un beau soleil intérieur tourne en rond

Un beau soleil intérieur

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs, le nouveau Claire Denis est une caricature du film d’auteur français.

Isabelle (Juliette Binoche), une peintre, virevolte entre les hommes sans savoir lequel est le bon. Un banquier dégueulasse, un acteur alcoolique et indécis, son ex, un voisin lunaire croisé à la poissonnerie ? Elle ne sait pas, nous non plus, mais elle ne pense qu'à ça, ça la ronge de finir seule, de penser que "sa vie amoureuse est derrière elle" (même si elle est courtisée, et elle courtise, cela en permanence). Le problème de ce personnage de femme est qu'elle ne pense qu'à travers les hommes. Elle ne se pense qu'à travers eux, et angoisse de facto -un problème qui est au cœur du film, donc, mais qui n'est pas pensé et traduit en termes de cinéma. Ce qui est le principal souci d'Un beau soleil intérieur, qui risque à chaque instant de verser dans la caricature du film d'auteur français (problèmes de cul en appartement CSP+++ featuring toute l'Académie des César).

Le précédent film de Claire Denis, le très beau Les Salauds, interrogeait justement ce genre de film en tranchant dans la chair des affres existentielles des bourgeois, autopsie balzacienne mais qui n'oubliait pas de faire du cinoche avec son ambiance sombre et sanglante, pesante comme le drame. Un beau soleil intérieur, malgré son joli titre, malgré ses personnages archétypaux voulant dire des choses sur la société, l’art, l’amour, Paris, ne se pense pas dans la continuité des Salauds (même si le banquier joué par Xavier Beauvois est justement qualifié de "vrai salaud" par Isabelle), reste toujours trop près d'un dialogue extrêmement hésitant et répétitif. Non pas en forme d'impasse mais de rond-point : on tourne en rond, sans qu'Isabelle ne progresse. Même l'apparition de Depardieu à la fin du film en médium -justement solaire et puissant- ne résout rien puisque lui aussi se révèle aussi faible que les autres. On se dit à un moment que cela ressemble à du Christine Angot dans le texte ; on n'est donc pas surpris de voir le nom de l'auteur au scénario.

Présenté en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs, Un beau soleil intérieur sortira le 27 septembre prochain. Extrait :

Commentaires

A lire aussi sur Première

Un Beau soleil intérieur est une caricature des film d'auteur français

Claire Denis, la réalisatrice de Beau Travail, présente cette année à la Quinzaine des Réalisateurs son nouveau film Un Bibeau Soleil intérieur. Malheureusement, la rédaction de Première n’est pas emballée.

Les Proies : Les choix de Sofia 

Un soldat est soigné dans un pensionnat de jeunes filles en pleine guerre de sécession. Un pitch parfait pour une nouvelle rêverie éthérée signée Sofia Coppola.

120 battements par minutes : La palme du coeur

Années 90, chronique semi-autobiographique des luttes et engagements de Act Up Paris au pic de l’épidémie de SIDA, entre montées folles et plus dure sera la chute.

Prochainement au Cinéma

A voir ailleurs sur le web

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

La Solitude Du Coureur De Fond
Gauguin - Voyage de Tahiti
Les Hommes d'argile