TriStar Pictures

Grand Prix au Festival de Cannes en 1985, Birdy est présenté dans Place au cinéma de Dominique Besnehard, dès 20h50 sur France 5.

En mai 1985, Alan Parker (Midnight Express, Fame, The Wall) décroche le Grand Prix du Festival de Cannes avec Birdy. Une récompense méritée pour un film qui avait bouleversé la rédaction de Première à sa sortie : "Un film dramatique, sans star, avec un sujet difficile à résumer en deux slogans-marketing (…) Birdy est un film magnifique, de ceux dont on a envie qu’ils soient vus par tout le monde, parce qu’aimer un film comme ça, c’est vraiment un des grands plaisirs de la vie, et qu’à chaque fois que le cinéma nous offre des moments pareils, il nous reconquiert pour longtemps."

Birdy, c’est l’histoire d’un jeune homme surnommé ainsi (Matthew Modine) obsédé par les oiseaux et qui rêve de voler avec eux. A son retour du Vietnam, il est hospitalisé à l’hôpital, prostré et mutique. Son ami d’enfance, Al (Nicolas Cage) est lui aussi revenu "cassé" de la guerre. Défiguré pendant les combats, il va tout faire pour sauver son ami.

Dans le magazine Première paru à l’époque, le réalisateur Alan Parker faisait des rapprochements entre Matthew Modine et Nicolas Cage avec leur personnage respectif. "Matthew Modine, qui incarne Birdy, c’est quelqu’un qui vit en permanence sur sa planète, dans un monde bien à lui. C’est un être doux qui inspire de la tendresse car il a un air d’enfant perdu".

Quant à Nicolas Cage, dont c’était l’un des premiers rôles majeurs, "il a l’air sûr de lui, alors que des deux, c’est lui au fond le plus fragile. C’est quelqu’un qui dégage tout de suite quelque chose de sympathique, on a tout de suite envie d’être son ami. Tout cela collait très bien avec le rôle."

Prochainement au Cinéma