Batman v Superman - Ben Affleck : "Batman est un mec un peu cassé"

Batman V Superman

Rencontre avec le nouveau Chevalier Noir de l'univers DC Comics. 

Il a beau faire 20 degrés à l’extérieur, Ben Affleck grelotte et se mouche toutes les cinq minutes. Loin de son image de sex-symbol avec son gros bonnet vissé sur la tête, son nez rouge et son jogging du dimanche, l’acteur/réalisateur trouve tout de même l’énergie de rencontrer la presse avec un grand sourire. Interview à l’approche de la sortie de Batman v Superman, où il incarnera le Chevalier Noir.

Pas trop la forme visiblement ?
Ça va un peu mieux. Ce week-end j’étais sur le tournage de Live By Night, mon nouveau film. J’ai passé mon temps à crier dans le froid et à tourner des scènes de baston, j’ai perdu ma voix et attrapé un gros rhume. Les risques du métier !

Un film bien différent de Batman v Superman.
Ouais, c’est très différent. C’est un gros film aussi mais c’est autre chose de passer trois semaines dans la Batmobile, à poursuivre un mec avec un costume vert qui fait semblant d’être le méchant ! Les films de super-héros sont magiques mais vraiment difficiles à tourner, surtout physiquement.

Vous êtes redevenu un acteur demandé, vous êtes un réalisateur respecté. Vous n’aviez vraiment rien à gagner à vous lancer à nouveau dans un film de super-héros.
Après le succès d’Argo, j’ai senti que je pouvais vraiment faire ce qui me plaisait. Mais il a fallu un peu me convaincre pour Batman. Zack Snyder m’a fait visiter son studio où il y avait des tas de dessins et de peintures, tout l’univers visuel du film. J’ai été très surpris, ça n’avait rien à voir avec ce que j’imaginais. Il voulait se rapprocher le plus possible du comic book de Frank Miller, The Dark Knight. Avec un Batman vieillissant, plus bagarreur, qui arrive à la fin de sa carrière. Un mec un peu cassé dont le côté playboy philanthrope n’est en fait qu’un autre masque avec lequel il remplit le vide qui l’habite. J’ai adoré cette vision. Ce n’est pas un type de 25 ans qui passe sa colère sur les criminels de Gotham City. C’est quelqu’un qui fait le point sur sa vie et se demande si tout ça valait le coup. Il a vécu une autre tragédie, les gens avec qui il travaillait ont été tués (NDLR : durant le combat entre Zod et Superman à la fin de Man of Steel) par quelque chose qui le terrifie. 

Il se sent dépassé.
Oui, car tout à coup, le monde n’a plus de sens : Batman doit affronter des surhumains, ce qui ne lui était jamais arrivé. Ça ressemble beaucoup à ce qu’on vit en ce moment, au moins depuis 2001. Le monde est bien plus effrayant que ce qu’on croyait, n’importe quoi peut se passer n’importe quand. Les banques peuvent couler, les immeubles peuvent exploser… On se sent moins en sécurité et Zack voulait évoquer ce sentiment.

Et il y a quelque chose de rassurant à aller voir des films de super-héros alors qu’on vit tous les jours avec le terrorisme en tête.
C’est exactement ça. Si on pouvait comparer les chiffres d’entrées pour les films de super-héros et le nombre d’incidents autour de la planète, je suis sûr qu’on trouverait une corrélation. Ce genre de films nous dit que peu importe l’ennemi, quelqu’un va débarquer et s’en occuper. C’est une pensée très réconfortante, que nos problèmes puissent être réglés. Batman v Superman parle du manque de compréhension de l’autre et des menaces qui viennent de l’extérieur. C’est complètement d’actualité. Le monde est extrêmement confus : qui est du côté de qui ? Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il faut faire ? C’est une époque très déroutante. 

 

Batman v Superman, c’est aussi la rencontre assez étonnante entre Zack Snyder et Chris Terrio, un scénariste que vous connaissez bien puisqu’il a écrit Argo.
Bosser avec Chris et Zack, c’est aussi bon que d’associer du chocolat au beurre de cacahuète. Zack est un réalisateur incroyablement visuel. Un truc qui n’a parfois aucun sens quand on le tourne est sublime sur le moniteur. Il m’a inspiré chaque jour. Et Chris est un type pragmatique, qui écrit des scénarios de thrillers politiques. Leur rencontre a été fructueuse, ils ont réussi à créer l’hybride parfait. Ce script est génial, il n’y avait pas une ligne à changer dans les dialogues. Et je peux vous dire que c’est rare.

Comment ont évolué les films tirés de comics depuis votre dernière expérience avec Daredevil ?
Je crois qu’on s’est surtout rendu compte qu’ils pouvaient être bons ! (rires) Avant c’était un peu cynique : mettez des costumes sur des mecs, utilisez des licences et il y aura un public. Et puis ils ont réalisé qu’ils pouvaient faire des crossovers et que s’ils se débrouillaient bien, il y avait beaucoup plus d’argent à la clé. À l’époque, personne n’essayait de faire un bon film. L’univers DC Comics a une belle carte à jouer aujourd’hui. Il y a de la place pour que DC soit plus sombre et pour que Marvel soit plus léger et un peu plus drôle. C’est l’ADN de ces deux compagnies depuis longtemps, avant même les films. 

Quel est le plus gros challenge quand on se prépare à jouer Batman ?
Honnêtement, c’est le côté physique. Parce que d’autres acteurs ont tout donné auparavant, les attentes du public sur ce à quoi doit ressembler un super-héros sont pratiquement impossibles à atteindre. J’ai dû faire de la muscu pendant un an pour ce film, c’était un boulot fou. C’est pratiquement 70 % du taff. Il faut tout le temps penser à son régime, ça occupe une place folle dans votre tête. Je ne me plains pas, j’ai accepté le travail. Par contre je ne vous raconte pas le plaisir que c’était de manger un burger quand le tournage a été fini !

Qu’est-ce que vous avez piqué aux autres acteurs qui ont incarné Batman ?
Chacun d’entre eux a été génial dans son genre. J’ai essayé de ne pas trop y penser et j’ai suivi les indications de Zack. Je me suis dit que si on réussissait, il n’y aurait même pas de comparaisons avec ce qui s’est fait avant. J’ai vu le film et je crois que le résultat parle de lui-même.

Vous avez discuté avec Christian Bale et George Clooney pour recueillir leurs conseils ?
Ouais, j’ai parlé aux deux.

Et Clooney vous a dit de ne pas avoir les tétons apparents sur le costume ?
Ça va sans dire, ah ah. Et Christian m’a dit qu’il me fallait absolument une braguette, vous imaginez bien pourquoi.  

Batman V Superman

 

Henry Cavill avait déjà joué Superman dans Man of Steel. Il vous a aidé à trouver vos marques dans cet univers ?
C’est une suite de Man of Steel, donc je débarquais dans le monde de Zack Snyder et Henry Cavill. En fait on n’a pas partagé beaucoup de scènes avec Henry, c’était un peu l’équipe de nuit et l’équipe de jour ! On se croisait avec nos costumes, comme si on travaillait dans la même entreprise mais qu’on ne traînait pas si souvent ensemble. Par contre quand on était dans les mêmes séquences, il y avait quelque chose d’électrique.

Vous êtes un gros fan de comics. Le geek en vous a dû se faire plaisir sur le plateau. 
Oh, mais tellement ! J’ai carrément piqué un des Batarangs. Je l’ai mis dans ma poche en me disant que je l’avais bien mérité. Le mec des accessoires est venu le réclamer et je lui ai dit non. Je croyais que j’avais une sorte de « movie star pass » pour ce genre de truc. Je suis resté droit dans mes bottes et je me suis envolé pour Los Angeles ! Le mec était super énervé : ‘Qu’il aille se faire foutre Ben Affleck, qu’on me ramène le Batarang !’ Je ne l’ai jamais rendu. À la fin du tournage, Zack m’a fait un super cadeau, le grappin de Batman. J’étais comme un gamin. D’ailleurs c’est marrant, mon fils pense vraiment que je suis Batman. Et je ne sais pas si ce sont les couleurs, mais il est sûr que le mec de FedEx est le Joker. À chaque fois qu’un colis arrive : ‘Papa, le Joker est dehors !’

Comment s’est passée la rencontre avec Jeremy Irons (Alfred) et Jesse Eisenberg (Lex Luthor) ?
Je suis fan de Jeremy depuis le lycée, il me bluffe totalement. Je savais qu’avec lui ça allait rouler tout seul et que je pourrais m’appuyer sur lui pour déclencher de vraies émotions chez moi. Je n’ai pratiquement pas eu à jouer, ça venait naturellement. Quant à Jesse, son Lex Luthor fait penser à Kurt Cobain mélangé à Larry Page, il est génial. Ça me fait beaucoup rire qu’on célèbre la singularité de nos milliardaires, qu’on les laisse faire ce qu’ils veulent en trouvant ça tout à fait charmant. Sans jamais se dire une seconde qu’il sont peut-être juste de grands malades mentaux !

Batman V Superman

Le film introduit Wonder Woman pour la première fois au cinéma.
Gal Gadot a fait marcher le personnage de Wonder Woman à l’écran et pourtant c’est très compliqué de ne pas sombrer dans le ridicule. La frontière est extrêmement fine mais elle s’en sort admirablement bien. Les séquences d’action les plus impressionnantes du film sont pour elle en fait.

Vous avez signé un contrat sur plusieurs films, ce genre d’engagement au long cours ne vous stresse pas trop ?
J’aime ce monde et j’aime en faire partie. Il m’en reste encore quelques-uns et je suis très excité par Justice League. J’essaie de ne pas trop y penser.

C’est toujours d’actualité, votre volonté de réaliser le prochain film où Batman sera en solo ?
En théorie oui, si le scénario est bon je suis partant. Mais tout ça est encore très loin pour moi, là je ne peux penser qu’à la scène que je vais tourner lundi.

Propos recueillis par François Léger

Commentaires

A voir aussi

Ligatus

Prochainement au Cinéma

Les plus vues