DR

Charlie Kaufman a trouvé dans l’animation une forme idéalement adaptée à ses obsessions.

À l’origine, Anomalisa était un projet du compositeur Carter Burwell, qui avait organisé pour la scène un dispositif où des comédiens lisaient leur texte sur sa musique. Grâce à une série de coïncidences heureuses (le recours au crowdfunding pour financer son tournage, entre autres), Charlie Kaufman en a fait un long métrage en coréalisation avec l’animateur Duke Johnson, qui rêvait de travailler avec lui depuis Eternal Sunshine of the Spotless Mind. La réalisation, en animation image par image, est à ce point hors normes que l’existence même de ce film tient du miracle. Il y a tout lieu de s’en réjouir.

"On a sans doute réalisé la scène de sexe la plus réaliste du cinéma"

Les premières scènes nous invitent à partager le point de vue d’un voyageur à l’accent britannique (la voix de David Thewlis), qui cache un profond malaise derrière une indifférence de façade. Autour de lui, qu’ils soient hommes ou femmes, tous les personnages parlent avec la même voix masculine (celle de Tom Noonan). Encore plus étrange, ils ont tous le même visage. Un indice (l’hôtel s’appelle le Fregoli) nous suggère que Stone souffre de ce que la psychiatrie appelle le syndrome de Fregoli, une forme de paranoïa dans laquelle le sujet imagine qu’une même personne le poursuit sous des apparences variées. La perspective de passer une nuit dans la peau d’un héros dépressif n’est pas précisément plaisante, jusqu’à ce que ce dernier rencontre une jeune femme à la voix différente (celle de Jennifer Jason Leigh), dont il tombe amoureux l’espace d’une nuit romantique et bouleversante. Kaufman poursuit l’exploration de ses thèmes familiers (la solitude, le besoin d’amour, l’attrait pour l’exception), mais cette fois, il a trouvé dans l’animation image par image une forme idéalement adaptée à son sujet. Elle lui a inspiré une série d’idées de cinéma géniales qui amplifient l’impact émotionnel de ce très étrange conte de fées pour adultes. 

5 films à voir avant Anomalisa

Anomalisa est actuellement dans les salles 

A lire aussi sur Première

Glass : Du grand Shyamalan [Critique]

La trilogie superhéroïque de M. Night Shyamalan se termine en beauté avec Glass, synthèse improbable mais séminale d’Incassable et de Split.

Doubles Vies : Un drôle d’Assayas [Critique]

Olivier Assayas décrit les atermoiements d’une poignée d’intellos en train de basculer dans l’ère numérique. Mais il y a un twist : c’est une comédie !

An elephant sitting still : attention chef d’œuvre ! [Critique]

Premier et dernier long-métrage d’un jeune cinéaste chinois suicidé à l’issue du tournage de ce film-monstre d’une puissance incroyable.