Le Festival d'Annecy

  • Accueil
  • News (49)
  • Photos(11)
  • Vidéos(16)
  • Films(8)
  • Personnalités(7)

Annecy 2013 : zoom sur les événements du festival du film d’animation

09/06/2013 - 12h16
  • Partager sur :
  • 0
Annecy 2013 : zoom sur les événements du festival du film d’animation© DR

Mickey Mouse vintage, l’adaptation de la BD Aya de Yopougon, Monstres Academy, Moi moche et méchant 2 (et plein d'autres) se donnent rendez-vous à l’édition 2013 du Festival d’Annecy.

Comme Cannes pour le cinéma, Annecy donne le ton pour l’animation de l’année à venir. La 53ème édition de cet incontournable Festival international se lancera lundi 10 juin : 53 court-métrages et 9 longs-métrages en compétition, venus des quatre coins de la planète, se retrouveront en pleine Haute-Savoie. Parmi tout ça, zoom sur quelques temps forts du rendez-vous que vous pourrez suivre jour par jour sur notre site.


Monstres Academy fait l’ouverture

Un nouveau film issu des studios d’animation Pixar est toujours un événement : en l’occurrence, il s’agit de Monstres Academy (3D), la suite de Monstres et Cie (2002). Ou plutôt  la prequel : le film raconte comment Bob Razowski et Sullivan se sont rencontrés sur les bancs de la fac des monstres. Après Cars 2 en 2011 (et en attendant Le Monde de Dory, suite du Monde de Nemo), Pixar semble donc continuer sa politique des suites. Mais le studio s’attaque là à un gros morceau : le film de Pete Docter était un bijou de burlesque, l’un des meilleurs films de l’écurie Pixar qui avait révélé au monde entier, outre la finesse poétique des films sortis par le label, leur extraordiniare finesse de gag, leur sens affolant du timing et du trait (dessiné et psychologique). La créativité du studio à la lampe est-elle toujours intacte ? L’originalité et l’humour de Monstres et Cie seront-elles toujours présentes ? Autant d’enjeux pour ce Monstres Academy - projeté lundi 10 juin au soir.



Mickey est de retour avec la voix de Walt Disney

Mardi 11 juin sera projeté à Annecy A cheval ! (Get a horse !), un court-métrage inédit totalement vintage, en noir et blanc avec Mickey Mouse, Minnie, Pat Hibulaire… Et la voix de Walt Disney himself, bien qu’il soit mort en 1966. Mais s’agit-il de l’exhumation d’un trésor oublié ou un tout nouveau film réalisé à l’ancienne ? Au-delà, s’agit-il d’un one-shot ou les studios Disney chercheraient-ils à ressusciter leur département animation traditionnelle en 2D ? Réponses, espérons-le, mardi prochain à 16h lors de l’avant-première mondiale. Trois animateurs présenteront le film : la réalisatrice Lauren MacMullan (Les Simpson, Avatar - Le Dernier maître de l’air), la productrice Dorothy McKim (qui a bossé sur La Belle et la bête et Volt), ainsi qu’Eric Goldberg (réalisateur de Pocahontas, animateur sur Aladdin, Les Looney Tunes passent à l’action de Joe Dante, La Princesse et la grenouille…).


Moi, moche et méchant 2

L’autre événement ce sera la présentation du deuxième opus des aventures de Gru. En 2010, ce géant égoïste, moche et vraiment cynique voulait voler la lune et avait réussi à faire trembler le box office. 442 millions de dollars rapportés à travers le monde. En un film, un nouveau studio d’animation (Illumination Entertainment) s’invitait à la table des grands et venait tutoyer Pixar et Dreamworks grâce à un savant mélange entre la folie Tex Avery, des dialogues cinglants et une french touch poétique et plus noire que ce à quoi nous ont habitué les cartoons US. Normal : co-réalisé par Pierre Coffin et mis en image par le studio d’effets spéciaux McGuff (cocorico), Moi moche et méchant était la preuve que la France n’avait rien à envier aux yankees. Deuxième épisode donc qu’on nous promet encore plus drôle (plus de minions) et plus déjanté que le premier. La présentation du film - le 14 juin - sera aussi l’occasion de faire le point sur le studio de Chris Meledandri qui opère une vraie révolution dans le business de l’animation.



La french touch Aya de Yopougon

On parlait French Touch ? L’animation française ne sera pas en reste à Annecy : Aya de Yopougon sera projeté mardi soir. Adaptation de la BD éponyme par les auteurs eux-mêmes, Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, Aya (qui sort en salles le 17 juillet) raconte les histoires de cœur dans une truculente banlieue populaire d’Abidjan dans les années 70. Produit notamment par Joann Sfar (Le Chat du rabbin Gainsbourg vie héroïque), on nous promet donc une fidélité visuelle et narrative sans faille à la série, avec tout son humour et sa générosité -et un casting vocal mené par Aïssa Maïga.



Les previews

Mais pour les professionnels et les journalistes, Annecy est aussi un formidable écrin permettant de faire le point sur l’état de l’industrie animée. On aura donc le droit de découvrir les films d’animation les plus attendus des mois qui arrivent. Des exemples ? How To Train Your Dragon 2 de chez Dreamworks (suite de Dragons – considéré par beaucoup comme le vrai chef d’œuvre du studio) et Tempêtes de boulettes géantes 2 (on prie pour que cette suite soit aussi irrévérencieuse et débridée que le premier opus) dont on découvrira les toutes premières images. Mais l’événement pourrait une fois de plus venir de chez nous puisqu’on devrait découvrir  des séquences de La Mécanique du cœur, un long métrage animé particulièrement atypique et attendu puisque derrière ce titre poétique se cache la première tentative cinéma de Mathias Malzieu, le chanteur du groupe Dionysos qui porte à l’écran son propre roman. Produit par la société de Luc Besson EuropaCorp et coréalisé par Stéphane Berla, ce conte fantasmagorique s’animera notamment avec les voix d’Olivia Ruiz, Jean Rochefort, Emily Loizeau et Grand Corps Malade.


Persistence of Vision

Pour les cinéphiles, ce sera l’un des événements incontournables du festival. Persistence of Vision sera présenté pour la première fois en France. Incroyable documentaire sur une incroyable histoire, ce film raconte la plus longue gestation de l’histoire du cinéma. Commencé en 1964, The Thief and The Cobbler ne sortit finalement qu’en 1993 dans une version remontée et redessinée, sans la participation de son créateur Richard Williams (à qui l’on devait les séquences animées de Qui veut la peau de Roger Rabbit ?). Williams se sera battu pendant 30 ans pour réaliser le plus beau et le plus grand film d’animation de l’histoire. En vain… Persistence of Vision, réalisé par Kevin Schreck à partir de footages rares et d’interviews exclusives est l’histoire d’une obsession, d’un rêve et une formidable réflexion sur la créativité… L’histoire d’un chef-d’oeuvre animé qui ne vit jamais le jour.



Les talents de demain

Ces événements forcément attendus ne doivent pas faire oublier l'une des vocations premières d'Annecy : donner aux auteurs débutants une visibilité internationale. Exemple : au palmarès pas moins de quatre prix sont remis à des premiers films ou des oeuvres de fin d'étude. Les forces vives du cinéma d'animation : des courts films venus de Corée du Sud, de Norvège, d'Iran (Bache gorbeh de Shiva Sadegh Assadi), d'Irlande ou de Hongrie voire même d'une alliance tchéo-japonaise (Yuki Onna de Jiri Barta) ; du stop motion, de la 2D traditionnelle, de la 3D par ordinateur... Bref, du blockbuster de studio au plus simple des films d'animation, toutes les richesses, techniques et sensibilités de l'animation se donneront rendez-vous à Annecy.

  • 0
Prochainement au cinéma
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Ils ont aimé