ABACA

Le réalisateur de Kill Bill vient de présenter ses excuses à Samantha Geimer pour des commentaires plus que cavaliers tenus sur elle à la radio voilà 15 ans en défendant Roman Polanski, accusé de viol sur cette mineure de 13 ans en 1977.

C’est une interview plus que gênante datant de 2003 qui a refait surface voilà quelques jours. Quentin Tarantino y est l’invité de l’émission radio du provocateur en chef Howard Stern. L’entretien bifurque sur Roman Polanski, récemment Oscarisé pour Le pianiste et Tarantino y déclare sans ambages que Samantha Geimer n’avait pas été violée par le cinéaste à 13 ans en 1977. Que celle qu’il qualifie de "party girl", bref de fille un peu facile, avait bien cherché ce qui lui était arrivé. Et que Polanski avait "couché avec une mineure et non violé une fille de 13 ans".

Déjà au cœur de la tourmente après les confidences d’Uma Thurman sur le tournage de Kill Bill, Tarantino s’est vu hier interpellé par Samantha Geimer elle-même qui, dans une interview au New York Daily News  a déclaré que si elle n’était ni en colère ni indignée, elle se sentirait mieux si Tarantino se rendait compte qu’il s’est trompé et a eu tort de tenir ces propos. Des mots sans tapage qui témoignent de sa volonté constante qu’on la laisse désormais en paix avec cette affaire au lieu de chercher régulièrement à l’instrumentaliser. "Je sais ce qu'il s'est passé ce jour-là, je n'ai pas besoin que les gens s'expriment sur ce que ça fait de se faire violer à 13 ans".

Quentin Tarantino répond longuement à Uma Thurman

La réponse du cinéaste ne s’est pas fait attendre. Il a confié à IndieWire regretter ses commentaires "cavaliers" de l’époque, où il avait été "ignorant, insensible et par-dessus tout incorrect". Avant de préciser qu’il avait réalisé, 15 ans plus tard, "à quel point il avait eu tort de vouloir jouer à l’avocat du diable afin de provoquer. Et que Samantha Geimer a bel et bien été violée par Roman Polanski". Tout en présentant ses excuses à la principale concernée.

Hasard du calendrier, ce rétropédalage survient alors que Tarantino prépare actuellement son nouveau long métrage autour de l’assassinat, le 9 août 1969, de Sharon Tate - alors épouse de Roman Polanski et enceinte de 8 mois - par la secte de Charles Manson.

Prochainement au Cinéma