A toute épreuve a 25 ans : le secret du plan séquence culte de l’hôpital

hard-boiled-ultimate-edition-20101209035334210-33651611.jpg

Retour sur le classique de John Woo.

1992. John Woo est au top de sa forme. Après les succès de The Killing et et du Syndicat du crime, le réalisateur asiatique se lance dans un dernier film made in Hong-Kong avant de tenter le grand saut à Hollywood. Le résultat ? A toute épreuve (Hard Boiled en anglais), un shoot d’action pur, chargé en gun fight hallucinants, encore aujourd’hui considéré comme un des plus grands classiques du genre. Un des favoris de Quentin Tarantino.

S’il ne fallait retenir qu’une scène de ce classique de John Woo, ce serait bien sûr celle de l’hôpital, et précisément ce fameux plan séquence haletant de 2 mn40 (ralentis compris) où Chow Yun-fat et son partenaire défouraillent sans vergogne. Attention, il s’agit d’un véritable plan séquence, réalisé sans coupe ni effets spéciaux, et filmé à l’épaule.

Et voici donc le détail qui tue et qu'on ne voit pas à l'écran : quand les deux policiers prennent l’ascenseur au milieu de la scène, en réalité celui-ci ne bouge pas. Pendant leur dialogue (qui dure 33 secondes), en temps réel, les équipes techniques nettoient et préparent le plateau pour "créer" un nouvel étage. Les portes s'ouvrent à nouveau, nous sommes toujours dans le même plan et la séquence peut reprendre sur une nouvelle séance de flingage tout aussi violente.

La scène ayant nécessité six prises, les équipes du film ont donc dû recommencer ce petit manège autant de fois. Une anecdote qui rend encore plus impressionnant ce monument du cinéma d’action hongkongais alors en plein âge d’or. 

Commentaires

Prochainement au Cinéma

A voir aussi

Les plus vues