20 ans après sa sortie, Joel Schumacher s’excuse pour Batman et Robin

Batman et Robin

Cette aventure du Chevalier Noir est considérée comme l’un des pires films de tous les temps.

1997. Souvenez-vous : Le rappeur américain The Notorious B.I.G. est assassiné à Los Angeles, la princesse de Galles Lady Diana trouve la mort dans un accident de voiture à Paris et Joel Schumacher tue un temps le personnage de Batman avec son Batman et RobinGeorge Clooney dans la peau de Bruce Wayne, les punchlines moisies de Mister Freeze, les décors cheaps, les costumes en cuir avec de faux tétons et les zooms de caméra épileptiques sur les fessiers des héros… Le long-métrage est considéré comme le pire de la série du Chevalier Noir mais également l’un des pires films de tous les temps. Le réalisateur s’est ainsi excusé lors d’une interview donnée à Vice, vingt ans après la sortie de son œuvre : "Je m’excuse… Je m’excuse auprès de tous les fans que j’ai déçus parce que je pense que je leur dois au moins ça."

George Clooney : "Je n'avais pas vu que mon costume de Batman avait des tétons !"

Le réalisateur semblait un peu perdu à l’époque et ne savait pas comment embrayer une suite à Batman Forever, son précédent film qui fut un succès avec Val Kilmer dans le rôle de l’Homme chauve-souris : "Je ne savais pas comment faire un numéro 2. Si vous en avez l’occasion, barrez-vous… Mais tout le monde à la Warner Bros voulait que j’en réalise un. Peut-être que j’étais aussi un peu orgueilleux à l’époque car j’avais le vent en poupe. J’avais galéré sur Génération Perdue pour après devenir une sorte de génie avec Le Client puis j’ai eu un gros blockbuster avec Batman Forever et ensuite de très bons retours sur Le droit de tuer ?. Je n’avais jamais prévu d’être, je cite cette appellation atroce : ‘Un roi du blockbuster’. Parce que mes autres films étaient très petits et avaient eu du succès avec le public et pas nécessairement les critiques. Mais après Batman et Robin, j’étais une ordure… Un peu comme si j’avais assassiné un bébé."  

Le cinéaste est également revenu sur la reprise de la franchise Batman, hérité de Tim Burton qui avait réalisé Batman (1989) et Batman, le défi (1992) et la difficulté d’adapter le mythe du Chevalier Noir au regard du public : "J’espère qu’aucun fan n’a arrêté d’aimer Batman quand il a vu mon film. Quand j’ai été approché pour faire Batman Forever, j’avais dit que c’était une franchise de Tim Burton. À ce moment-là, le personnage de Danny DeVito (Le Pingouin, ndlr) causait du remue-ménage du côté des parents. Et Michelle Pfeiffer dans son fabuleux costume de bondage n’a pas vraiment amélioré les choses. Aux quatre coins du pays, les gens étaient en révolte contre tout. Tim, qui est un grand ami à moi, m’avait supplié de reprendre la franchise en main parce qu’avec toute cette pression sur les épaules, il était prêt à se tirer. Ce qui est intéressant avec la version de Tim et la mienne, c’est que vous pouvez voir l’innocence qu’on avait à l’époque mais aussi l’innocence du public qui ne demandait qu’à voir un Batman divertissant et familial. Quand vous regardez les Batman de la trilogie de Christopher Nolan, The Dark Knight Rises en particulier, celui-ci jongle avec des thématiques socio-économiques qui démontrent que les envies du public ont changé. Ils veulent quelque chose de plus sombre et plus réaliste."

Après l’échec critique de Batman et Robin, le Chevalier Noir a été enterré jusqu’à 2005. Date à partir de laquelle Christopher Nolan a exhumé le super-héros avec Batman Begins, premier opus de sa trilogie consacrée à Batman.

The Dark Knight : Comment Christopher Nolan a puisé ses influences chez Michael Mann

Commentaires

Prochainement au Cinéma

A voir aussi

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Transformers : The Last Knight
Okja
Baby Driver