Harvey Weinstein : le producteur de Tarantino s’emporte contre les films violents

Une semaine après la fusillade d’Aurora, où un tireur fou a fait 12 victimes dans une salle de cinéma du Colorado, les réactions continuent. Dernière en date : celle du producteur de films Harvey Weinstein.Dans un entretien au Huffington Post, réalisé par téléphone car le producteur se trouvait à Paris pour recevoir la Légion d’honneur, Weinstein a déclaré que « son cœur était tourné vers ces gamins et leurs familles », mais aussi qu’il fallait s’interroger sur la violence au cinéma. « Je pense que nous tous, en tant que créateurs de films, nous devons nous réunir -je parle de gens comme Martin Scorsese ou Quentin Tarantino- et nous devons nous poser la question de nos responsabilités » dans le massacre d’Aurora. Qui a eu lieu pendant une projection de The Dark Knight Rises, et comme le tueur supposé James Holmes se serait inspiré du Joker de The Dark Knight, la question se pose aux USA de savoir si les films violents n’ont pas leur part de responsabilité…On peut s’interroger sur l’opportunisme d’une telle déclaration, car non seulement Weinstein a produit tous les films souvent gores de Quentin Tarantino (Inglourious Basterds était très violent, et Django Unchained s’annonce aussi assez gratiné), mais le légendaire fondateur de Miramax, qui a également produit Le Discours d’un roi, a distribué The Artist aux Etats-Unis, permettant à Jean Dujardin d’obtenir l’Oscar. Il est en pleine promotion d’Intouchables, mais aussi en préparation du remake avec Colin Firth. Alors quid de la violence dans les films made in Weinstein ? « C’est une question que je me pose tout le temps », admet Weinstein. « Je me suis impliqué dans des films violents, mais mais j’ai aussi dit parfois ‘c’est insupportable, enlevez-moi ça’. Il faut respecter le réalisateur, et c’est parfois compliqué… » Une déclaration assez ironique dans la bouche d’un homme surnommé « Harvey Scissorhands » pour sa capacité à remonter les films dans le dos de ses créateurs (Le Discours d’un roi amputé de sa « scène du fuck » pour qu’il devienne tous publics après son Oscar), mais peut aussi faire preuve de réactions passionnées, comme sa défense du documentaire Bully sur la violence scolaire (qui a finalement lui aussi été coupé de ses gros mots).Pour élargir le propos, Harvey prend tout de même position contre la vente libre des flingues. « si nous n’avons pas de loi sur le contrôle des armes aux Etats-Unis, on est une bande de guignols », insiste Weinstein, supporter notoire de Barack Obama. « Laisser la National Rifle Association contrôler le pays est ridicule » conclut-il, plutôt courageusement car le lobby des armes à feu est très puissant aux USA. Un futur combat à mener pour Weinstein, lui qui avait déjà taclé Jean-Marie Le Pen en mars dernier pour ses propos sur Intouchables ?


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

A lire aussi sur Première

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Un Americain A Paris
La Deuxième étoile
Star Wars Episode 8 : Les Derniers Jedi