DR

Une vidéo montre ce que l’Oscar du meilleur film doit au cinéaste hongkongais

On ne connaît pas encore bien Barry Jenkins mais on peut assez facilement reconnaître quelques unes de ses influences cinématographiques en regardant Moonlight, son deuxième film, qui vient de remporter l’Oscar. Cette nouvelle voix du cinéma américain, à qui ce prix va donner une belle caisse de résonnance, évoque celle de Gus Van Sant (la recherche de l’identité notamment) mais esthétiquement, impossible de ne pas penser au cinéma sensoriel et hypnotique de Wong Kar-wai. Une référence totalement assumée par le cinéaste de 37 ans qui a découvert le réalisateur de Hong-Kong quand il était à la fac de cinéma en Floride. Il voulait trouver sa propre voix, et s’est mis à ne plus regarder que des films étrangers. Le premier qui l’a marqué fut Chungking Express, comme il l’explique dans cette vidéo :

Pendant le tournage, son directeur de la photo avait des images de films de Wong Kar-wai (ainsi que de Hou Hsiao-Hsien et Claire Denis, comme il l’explique dans cette interview), et ce montage parallèle de Moonlight et de trois films du hongkongais (Nos années sauvages, Happy Together et In the Mood for Love) en est la preuve irréfutable :   

Pourquoi Moonlight a remporté l'Oscar