DR

On a rencontré le réalisateur de Your Name, la merveille animée de cette fin d'année.

"Un film de divertissement". C'est ainsi que Makoto Shinkai qualifie son dernier film, Your Name. Un film qui est pourtant beaucoup, beaucoup plus : "merveille absolue" d'après notre critique et plus gros carton de l'année cinéma au Japon. Un film d'animation émouvant aux larmes qui raconte la rencontre entre deux adolescents que tout sépare, Mitsuha et Taki... N'en disons pas plus et laissons la parole à Shinkai-san, déjà auteur des superbes Voyage vers Agartha ou La Tour au-delà des nuages.

Your Name est une merveille absolue (critique)

Comment expliquez-vous le succès de Your Name ?
Beaucoup de jeunes, des collégiens et des lycéens, me disent que c'est un de leurs films préférés. Je me dis qu'ils sont jeunes, ils n'ont pas encore vu de films intéressants... Le point de départ, c'était raconter la rencontre entre un garçon et une fille, qui vivent dans des endroits différents, qui ne se connaissent pas. Ce type d'histoire est universel. On ne sait pas qui on va rencontrer, demain. Mais cette histoire n'était pas suffisante pour en faire un bon film de divertissement. J'ai ajouté cette histoire de comète et opté pour un montage alterné afin que les spectateurs ne s'ennuient pas.

Un passage en crayonné est un pivot du film. Comment l'avez-vous créé ?
Nous avons utilisé plusieurs techniques d'animation. Le directeur de l'animation Masashi Ando, qui occupait le même poste sur Le Voyage de Chihiro de Miyazaki, vient de l'animation traditionnelle, en 2D. Lui et son équipe travaillait au crayon, sur du papier. Ce sont des artisans, ils font un travail extraordinaire. Une autre équipe était chargée de scanner tous les dessins faits à la main pour pouvoir les animer à l'ordinateur. Le passage du film en pastel, avec ce qui ressemble à des crayonnés de couleur, n'a pas été fait "à la main". L'effet de couleur a été créé à l'ordinateur, mais on réutilise les crayonnés d'origine. On se rapproche du dessin primaire.

En voyant Your Name, j'ai pensé à Spielberg, à du cinéma en live action plus que du cinéma d'animation...
Je n'ai pas pensé à des réalisateurs en particulier. J'ai vu E.T. l'extra-terrestre très jeune, ça a quand même dû me marquer un minimum (rires). J'ai donné une règle aux animateurs : penser le film comme s'il était tourné par une vraie caméra, en ce qui concerne ses mouvements et l'échelle des plans. Avec quel objectif filmer ? A quelle distance se tient-on des personnages ? J'ai beaucoup pensé à la mise en scène de Breaking Bad pour Your Name. Pas le scénario, évidemment, mais l'utilisation du temps, de la musique, le découpage... Breaking Bad parvient magistralement à diriger l'émotion du public. Je ne perdais pas de vue mon objectif : je voulais que Your Name soit un film de divertissement pour les jeunes.

Vous parlez beaucoup de Your Name comme un "film de divertissement". L'émotion est un divertissement ?
Tout dépend de la définition du divertissement. Je le prends de façon globale, le film doit utiliser toute une palette d'émotions. Le rire, la joie, les larmes... L'émotion est un divertissement. Mon seul but est de conserver l'attention du public tout au long du film. A aucun moment il ne faut ennuyer. L'intensité doit rester élevée.

Comment voyez-vous l'état de l'animation japonaise aujourd'hui ?
Je ne vois pas beaucoup de films d'animation faits par les autres, mais de loin j'ai l'impression que la qualité reste très élevée. Takahata et Miyazaki sont les plus doués pour décrire la vie quotidienne. S'ils ne font plus de films, il y aura un manque.

Remerciements à Shoko Takahashi pour sa traduction.

Bande-annonce de Your Name, en salles le 28 décembre :