Cette semaine au cinéma, Keira Knightley et Colin Farrell se donnent la réplique dans London Boulevard, Bradley Cooper est sans limites dans Limitless, les enfants sont des rois dans The Prodigies et Maurice Barthélémy vous proposent de voyager en Low Cost.Choix numéro 1 : London Boulevard, de William Monahan, avec Keira Knightley , Colin Farrell , Ray Winstone ...Synopsis :Mitchel sort de prison plein de bonnes intentions. Pourtant, lorsqu’il tombe sur son vieil ami Billy, un petit voyou à la recherche d’un complice, il accepte de l’aider en échange d’un toit. Incapable de rompre avec son passé, Mitchel fait la connaissance de Charlotte, une star de cinéma terrée dans un luxueux hôtel particulier pour échapper aux hordes de paparazzi, dont il devient rapidement le garde personnel.Charlotte et Mitchel se rapprochent, envisageant même ensemble une nouvelle vie à Los Angeles. Mais il a déjà attiré l’attention de Gant, un puissant parrain de la pègre, qui voit en lui un atout précieux pour ses affaires. Quand Mitchel refuse, Gant décide de le faire plier, ne reculant devant rien pour arriver à ses fins…D'après le roman de Ken Bruen.L'avis de Première : Premier film réalisé par le scénariste de Kingdom of Heaven et Les infiltrés, London Boulevard est un exercice de style parfait en hommage au film noir anglais. Hélas la piste n'aboutit pas pleinement, en partie à cause de l'incapacité de Keira Knightley à construire son personnage avec autre chose que des évidences. Du coup, son idylle avec Mitchel parait artificielle. Et celui-ci est condamné à un destin prévisible qui laisse curieusement indifférent. Restent une galerie de personnages extrêmement savoureux et une des meilleures BO de l'année.Bande-annonce :Choix numéro 2 : Limitless, de Neil Burger, avec Bradley Cooper , Robert De Niro , Abbie Cornish ...Synopsis : Eddie Morra rêve d’écrire, mais l’angoisse de la page blanche le paralyse. Sa vie sans éclat bascule lorsqu’un ami lui fait découvrir le NZT, un produit pharmaceutique révolutionnaire qui lui permet d’exploiter son potentiel au maximum. Eddie peut désormais se souvenir de tout ce qu’il a lu, vu ou entendu ; il peut apprendre n’importe quelle langue en une journée, résoudre des équations complexes et subjuguer tous ceux qu’il rencontre – tant qu’il reste sous l’influence de cette substance qui n’a pas encore été testée.Très vite, Eddie fait aussi merveille à Wall Street, où ses prouesses attirent l’attention de Carl Van Loon, un puissant magnat de la finance, qui lui propose de négocier la plus grosse fusion de l’histoire. Eddie ignore encore que des gens sont désormais prêts à tout pour mettre la main sur son stock de NZT. Alors qu’il découvre le danger, il doit aussi affronter les terribles effets secondaires du produit. Pour survivre à ceux qui le pourchassent de toutes parts, Eddie puise de plus en plus dans ses réserves. En aura-t-il suffisamment pour se montrer plus intelligent que tous ses ennemis ? Adapté du roman de Alan Glynn.L'avis de Première : Avec son intrigue forcément accrocheuse sur les effets d'une drogue dont tout le monde rêve, Limitless dispose d'un colossal potentiel divertissant qu'il utilise à fond, sans trop se soucier de la portée de ce qu'il raconte. Mais le projet est clair dès le départ : on n'est pas là pour penser, le héros s'en charge. D'ailleurs, l'idée même d'une substance qui rendrait intelligent séduit précisément parce qu'elle implique la disparition de toute notion d'effort nécessaire à la réflexion. De ce point de vue, le film est une drogue qui sert à la fois d'anesthésiant et d'euphorisant.Bande-annonce :Choix numéro 3 : The prodigies : la nuit des enfants rois, d'Antoine CharreyronSynopsis : Jimbo est un enfant roi, sorte de prodige inouï doté de capacités mentales inimaginables; il a grandi et est devenu un homme épanoui seulement il sait que quelque part il y a des enfants qui lui ressemblent et il veut les trouver et les réunir.Sa quête l'emmène à découvrir cinq adolescents comme lui incroyablement surdoués, capables même de manipuler les esprits. Mal dans leur peau, portant chacun leur lot de doutes et de souffrance, ils sont heureux de se trouver enfin des semblables…Inspiré du roman écrit par Bernard Lenteric.L'avis de Première : Bizarrement rebaptisée The Prodigies, cette adaptation de La nuit des enfants rois, best-seller de Bernard Lenteric paru en 1981, devrait marquer un tournant dans l'animation, du moins au niveau européen. Le film radicalise les personnages par son traitement graphique froid et tranchant, largement influencé par le jeu vidéo et le manga. Guetté par le trop plein, The Prodigies remplit néanmoins sa mission : émouvoir.Bande-annonce :Choix numéro 4 : Low Cost, de Maurice Barthélémy, avec Jean-Paul Rouve , Judith Godrèche , Gérard Darmon ...Synopsis : Excédés par une attente de 8 heures dans un avion dont la clim est en panne, les passagers du vol Low Cost Djerba-Beauvais sont prêts à tout pour rentrer chez eux. Même à décoller sans le pilote...L'avis de Première : Quelle que soit la casque que porte Maurice Barthelemy, l'homme ne manque pas d"une salutaire ambition. Elle se manifeste une nouvelle fois dans Low Cost à travers la volonté d'appliquer à l'image et au scénario la recette d'un certain comique américain façon Y a-t-il un pilote dans l'avion ? Soit un enchaînement ininterrompu de gangs entre coq-à-l'âne, "marabout, bout de ficelle" et saillies "incorrectes". Petit problème : la sympathie et l'enthousiasme qui se dégagent de l'entreprise font le plus souvent office de placebo. En revanche, servir, en guise d'épilogue, un twist déjà employé trois quarts d'heure plus tôt, ce n'est pas, mais alors pas du tout drôle.Bande-annonce :