DR

Cette semaine au cinéma, Jeff Nichols rend hommage à Steven Spielberg, J. J. Abrams produit un thriller de SF plein de surprises et John Hillcoat filme un polar sur des flics corrompus.

Choix n°1 : Midnight Special de Jeff Nichols avec Michael ShannonJoel EdgertonKirsten Dunst...

Synopsis : Voulant échapper à des fanatiques religieux et à la police, père et fils se retrouvent bientôt les proies d'une chasse à l'homme à travers tout le pays. Même les plus hautes instances du gouvernement cherchent à les neutraliser. Roy est désormais prêt à tout pour permettre à Alton d'accomplir son destin – quel qu'il soit et quels qu'en soient les risques. Un film inclassable, à mi-chemin entre drame intimiste et thriller surnaturel, qui nous entraîne du Texas à la Floride et s'interroge sur l'amour, la confiance en l'autre et la foi.

L'avis de Première : Ça démarre à peine et déjà, en sélectionnant sur notre juke-box mental un souvenir d’E.T. qui se superpose à l’introduction du jeune héros de Midnight Special, Jeff Nichols affiche ses intentions. Son quatrième film sera un hommage à l’imaginaire du Spielberg des années 70-80, plus généralement à la SF de l’époque, et même, précise le réalisateur, "aux films de course-poursuite avec le gouvernement comme Starman, Rencontres du troisième type etE.T. l’extraterrestre." Car on apprend d’emblée qu’Alton est en cavale avec son père Roy après que ce dernier l’a soustrait au Ranch, une secte où les pouvoirs du gamin de 8 ans – son regard laser transmet la prescience d’un « outremonde » – en font une quasi-divinité. (Lire la suite ici)

Bande-annonce : 

 

Choix n°2 : 10 Cloverfield Lane de Dan Trachtenberg avec Mary Elizabeth WinsteadJohn Goodman et John Gallagher Jr

Synopsis : Une jeune femme se réveille dans une cave après un accident de voiture. Ne sachant pas comment elle a atterri dans cet endroit, elle pense tout d'abord avoir été kidnappée. Son gardien tente de la rassurer en lui disant qu'il lui a sauvé la vie après une attaque chimique d'envergure. En l'absence de certitude, elle décide de s'échapper...

L'avis de Première : Que les spectateurs aient aimé ou non Cloverfield (Matt Reeves, 2008) importe peu. Une fois devant 10 Cloverfield Lane, on ne se préoccupe plus vraiment du lien entre les deux, tant on plonge rapidement dans ce huis-clos plein de rebondissements. L’héroïne jouée par Mary Elizabeth Winstead peut-elle croire l’homme qui l’a recueillie (John Goodman, qui tient son premier rôle majeur depuis des lustres) ou est-il en train de la séquestrer ? Manipule-t-il le jeune homme qui se trouve avec eux (John Gallagher Jr.) ou est-il là de son plein gré ? A l’extérieur, la fin du monde est-elle véritablement en train d’arriver ? L’intrigue multiplie les fausses pistes et révélations choc, jouant avec les peurs intimes et la paranoïa des personnages –et du public. Si le dénouement risque de dérouter certains, la tension monstrueuse de la première partie est particulièrement efficace. 

Bande-annonce : 

 

Choix n°3 : Triple 9 de John Hillcoat avec Casey AffleckChiwetel Ejiofor, Anthony MackieAaron Paul...

Synopsis : Ex-agent des Forces Spéciales, Michael Atwood et son équipe de flics corrompus attaquent une banque en plein jour. Alors qu'il enquête sur ce hold-up spectaculaire, l'inspecteur Jeffrey Allen ignore encore que son propre neveu Chris, policier intègre, est désormais le coéquipier de l'un des malfrats.
À la tête de la mafia russo-israélienne, la redoutable Irina Vlaslov ordonne à l'équipe d'effectuer un dernier braquage extrêmement risqué. Michael ne voit qu'une seule issue : détourner l'attention de l'ensemble des forces de police en déclenchant un code "999" – signifiant "Un policier est à terre". Mais rien ne se passe comme prévu…

L'avis de Première : Le principe est si simple qu’il paraît incroyable que personne n’y ait pensé plus tôt: pour faire diversion, une bande de criminels provoque le dé- clenchement du code 999, qui mobilise l’ensemble des forces de police lorsque l’un des leurs est tué en service. L’affaire est compliquée par le fait que les malfrats sont des flics corrompus et d’anciens militaires aux prises avec leur propre code moral. Privilégiant une approche viscérale, John Hillcoat contourne les difficultés du film choral à coups d’ellipses potentiellement déroutantes. Mais l’impact des scènes de poursuite, des braquages et des confrontations dans des environnements hostiles maintient le thriller à un niveau d’intensité inédit.

Bande-annonce : 

 

Les autres sorties ciné de la semaine sont ici

A lire aussi sur Première