DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Les films qui vont faire trembler Cannes

Antichrist

<strong>De</strong> <strong>Lars Von Trier</strong><strong>Le Film :</strong> Un couple ayant récemment perdu leur enfant part en retraite dans une forêt pour forniquer et découvrir accessoirement que notre Créateur n?est pas Dieu mais Satan.<strong>Pourquoi on l?attend :</strong> Si Von Trier réussit son coup il signe un vrai film de genre, sulfureux et iconoclaste. Rien que la présence d?une actrice comme <strong>Charlotte Gainsbourg</strong> à l?affiche d?un film d'angoisse suffit à attiser la curiosité du cinéphile cannois. Mais c?est potentiellement, le film scandale de Cannes : Von Trier a décidé de torturer son spectateur et livre un pot-pourri de tout son cinéma : entre dogme, cinéma expérimental du début, provoc façon<em> </em><em>Les Idiots</em> et religiosité de <em>Breaking the Waves</em>. <em>Antichrist</em> risque de faire beaucoup de bruit.

Soudain le vide

<strong>De</strong> <strong>Gaspar Noé</strong><strong>Le Film :</strong> Histoire d?un amour fusionnel entre un frère et une s?ur orphelins, <em>Soudain le vide</em> suit Oscar et Linda, deux marginaux paumés dans les rues de Tokyo. Leur vie faite de combines pour s?en sortir va être bouleversée lorsque Oscar est abattu par des policiers. Mais son amour pour sa s?ur le retient encore ici-bas et son esprit va entamer un long chemin de croix jonché d?hallus et de souvenirs.<strong>Pourquoi on l?attend :</strong> Parce que c'est le nouveau bad trip de Gaspar Noé qui s'y connait en provoc et en sensations fortes. Entre love story naïve et images sublimes, <em>Soudain le vide</em> devrait agiter la croisette. Moins sexuel que <em>Irreversible</em>, ce film s'annonce comme un obsjet fascinant, toxique et dérangeant. Noé retrouve pour l?occasion son chef op d?<em>Irreversible</em>, <strong>Benoit Debie</strong> tout juste revenu du psychédélique <em>Vinyan</em>. On y sera...

Inglourious Basterds

<strong>De </strong>: QT, AKA <strong>Quentin Tarantino</strong><strong>Le Film : </strong>En France occupée pendant la Seconde Guerre mondiale, un commando de soldats juifs américains condamnés à mort se voit chargé d?une mission-suicide : buter tous les nazis aussi violemment que possible.<strong>Pourquoi on l?attend :</strong> Son <em>Inglourious Basterds</em> est attendu de pied ferme. Parce que QT devrait infuser la croisette avec sa cinéphilie déviante, bis et qui tâche. Si<em> </em><em>Inglourious Basterds</em> n?est pas un remake inavoué du film Z <em>Inglorious Bastards</em> de <strong>Castellari</strong> - lui-même remake des <em>Douze Salopards</em> - il en reprend l'esprit : du sang, du mauvais esprit et de la violence barbare. Un bon filon pour le King de la Croisette qui surfe sur la tendance 2009 à savoir la Seconde Guerre Mondiale. IB assurera son lot de star internationale et promet une montée des marches... de batards

La-haut

<strong>De</strong> <strong>Pete Docter</strong><strong>Le Film :</strong> Carl un vieux schnock aigri décide de réaliser son rêve et de partir au Brésil dans sa maison volante. Sauf que ce loup solitaire n?avait pas prévu d?embarquer avec lui un jeune boy-scout collant et curieux, Russell. <strong>Pourquoi on l?attend :</strong> En un mot : Pixar !

Vengeance

<strong>De</strong> <strong>Johnnie To</strong><strong>Le Film :</strong> C?est un <strong>Johnny</strong> tout décrépi qui prête ses traits à Francis Costello, un ancien tueur à gages venu à Hong Kong pour venger l?assassinat de sa fille par la mafia.<strong>Pourquoi on l?attend :</strong> Cinéaste Auteur, maître de l'action HK (ou ce qu'il en reste), réalisateur cintré (cf. son <em>Mad Détective</em>), styliste forcené (remember PTU ?) et coqueluche cinéphile, Johnnie To passe régulièrement par la case croisette. Cette fois-ci c'est en compétition et avec l'autre Johnny ; le notre, Hallyday. <em>Vengeance</em> risque de secouer la torpeur estivale parce que 1/ c'est un film de vengeance (d'où le titre) et 2/ c'est la rencontre entre l'iconisme français (le film se veut hommage à <strong>Melville</strong> et à la nouvelle vague) et la vitalité du cinéma asiatique. Autant dire qu'on crève de voir ça.

Tetro

<strong>De :</strong> <strong>Francis Ford Coppola</strong><strong>Le Film :</strong> Inspiré de l?enfance de Coppola, <em>Tetro</em> se revendique comme un drame à la <strong>Tennessee Williams</strong>, sulfureux et tragique, filmé dans un sublime scope noir et blanc. Entre histoires de famille et sous-entendus autobiographiques, <em>Tetro</em> raconte l?histoire des retrouvailles de deux frères en Argentine après dix ans de séparation et d?un passé qui ressurgit.<strong>Pourquoi on l?attend :</strong> Refusé pour la compétition officielle, Coppola a préféré s'exiler à la Quinzaine. Son nouvel opus marquerait selon ses défenseurs "un nouveau départ". "Cri pour l'indépendance", "quête des origines", <em>Tetro</em> semble encore plus aventureux que <em>L'homme sans âge</em>. Trop ? La bande-annonce ressemble au choix à <em>Rusty James</em> (sans<strong> </strong><strong>Matt Dillon</strong>) ou à <em>Angel-A</em>.... Quel que soit le résultat, ça va faire trembler Cannes.

Lascars

<strong>De :</strong> <strong>Emmanuel Klotz</strong>, <strong>Albert Pereira Lazaro</strong><strong>Le Film : </strong>Les vacances à Condé-sur-Ginette c?est pas franchement la folle ambiance pour nos lascars qui s?amusent comme ils peuvent. Ces rois de la combine tirent des plans pour s?organiser des vacances de rêve mais de petits imprévus vont venir contrarier leurs séances de doigts de pieds en éventail.<strong>Pourquoi on l?attend :</strong> Parce que des <em>Lascars</em>, c?est toujours plus drôle de les avoir à l?écran que dans la même salle de ciné que soi. Le dessin animé à succès de Canal + passe le test du cinéma. Le film se dote pour l?occasion d?un casting de voix très attendu : <strong>Frédérique Bel</strong>, <strong>Omar</strong> et <strong>Fred</strong>, <strong>Vincent Cassel</strong>, <strong>Diane Kruger</strong>. C'est tellement déplacé de voir ça à Cannes que ça devrait être l'un des événements du festival.

Jusqu'en enfer

<strong>De :</strong> <strong>Sam Raimi</strong><strong>Le Film :</strong> Christine Brown, jeune employée de banque désireuse de répondre aux exigences de son patron refuse un délai de remboursement supplémentaire à une vieille femme pauvre. Mauvaise manoeuvre car la vieille n?est autre qu?une sorcière qui lui lance un croque-mitaine aux trousses.<strong>Pourquoi on l?attend : </strong>Tout simplement parce que depuis <em>Evil Dead</em> tout le monde attendait que Raimi passe sa crise marvellienne pour revenir aux sources du cinéma d?horreur comme il sait si bien le faire. Raimi essayait de produire ce film (co-écrit avec son frère<strong> </strong><strong>Ivan</strong>) depuis dix ans, mais il aura fallu qu'il accepte de le réaliser pour que les studios le greenlighte. En séance de minuit, ce film d'horreur sur fond de crise économique risque de secouer les festivaliers... "Notre but était simple : faire flipper les spectateurs. Comme au bon vieux temps" explique Raimi.

Le ruban blanc

<strong>De :</strong> <strong>Michael Haneke</strong><strong>Le Film :</strong> A l?aube de la Première Guerre Mondiale le national-socialisme éclot dans l?école primaire d?un petit village du Nord de l?Allemagne. Cette petite communauté va bientôt se trouver perturbée par d?inexplicables accidents.<strong>Pourquoi on l?attend :</strong> Cette analyse de la montée du nazisme par Haneke devrait marquer un tournant dans la carrière du cinéaste. Alors que le Professor Haneke nous a habitué à une violence crue et directe, cette fois-ci, le réalisateur se consacre à l?évolution psychologique de ses personnages et de la tension qui en découle... et laissera la violence hors champ. Un Haneke édulcoré ? Sûrement pas, Haneke aime jouer avec nos nerfs et a prévu de les mettre à rude épreuve une fois encore avec un cinéma plus épuré et perturbant.

The Imaginarium of Doctor Parnassus

<strong>De :</strong> <strong>Terry Gilliam</strong><strong>Le Film :</strong> L?histoire fantastique du Docteur Parnassus (<strong>Christopher Plummer</strong>) et de son imaginarium, spectacle itinérant dont les visiteurs se voient offrir l?opportunité de voyager au delà de la réalité en traversant un miroir magique. Ayant fait un pacte avec le diable (<strong>Tom Waits</strong>) en échange de son immortalité, Parnassus va tenter de corriger ses erreurs passées. A commencer par celle d?avoir promis sa fille à Satan lorsqu?elle fêterait son seizième anniversaire.<strong>Pourquoi on l?attend : </strong>Parce qu?au fond le <em>Docteur Parnassus</em> c?est un peu Gilliam. Cet homme capable de nous faire rêver ou de nous amener aux tréfonds du fantastique, c?est bien lui. Mais si Parnassus va faire parler de lui, c'est surtout parce qu'il s'agit des dernières images d'<strong>Heath Ledger</strong>. "C?est une ?uvre que sa vie et mort ont créé. Quand il est décédé, j?ai dit que le film était fini, qu?il était hors de question de continuer. Mais tout le monde m?a encouragé à poursuivre. Pour le film, pour l?ultime performance d?Heath. Une personne ne pouvait le remplacer. Nous en avons obtenu trois : <strong>Johnny Depp</strong>, <strong>Colin Farrell</strong> et<strong> </strong><strong>Jude Law</strong>". Des stars, du bizarre et un grand moment d?émotion en perspective.

Un prophète

<strong>De :</strong> <strong>Jacques Audiard</strong><strong>Le Film :</strong> Toujours plus sombre, toujours plus violent, voilà Audiard qui s?attaque aux émeutes de banlieue en s?attachant au personnage de Malik. Ce jeune orphelin à la dérive ne connaît qu?une méthode pour s?en sortir : la violence. Ici c?est son parcours qui nous intéresse : comment, avec le soutien de la mafia corse et d?un imam, la petite frappe va devenir le parrain de toutes les cités de France.<strong>Pourquoi on l?attend :</strong> En 2005, Audiard signait <em>De battre mon c?ur s?est arrêté</em> ; il nous avait conquis bien avant avec Le très noir <em>Sur mes lèvres</em> en 2001. Un film tous les quatre ans c?est peu, mais si le réal se fait discret, c?est une ?uvre toujours plus dense et plus mature qu?il façonne. Scénarisé par <strong>Abdel Raouf Dafri</strong> (à qui l'on doit les scénarios explosifs de <em>Mesrine</em> et de la série <em>La Commune</em>), <em>Un Prophète</em> risque de provoquer le débat : violence, politique, immigration, islamisme... les thèmes brassés dans le film devrait faire péter le festival.

Les Etreintes brisées

<strong>De :</strong> <strong>Pedro Almodovar</strong><strong>Le Film </strong>: A la suite de la mort tragique de celle qu?il aimait plus que tout dans un accident qui lui coûta la vue, un cinéaste abandonne son identité et ses souvenirs. C?est leur histoire passionnelle que l?on suit en filigrane, guidés par une photo d?eux que Mateo ne pourra plus jamais regarder.<strong>Pourquoi on l?attend</strong> : Pour la quatrième fois, la muse espagnole <strong>Penelope Cruz</strong> et son pygmalion Pedro Almodovar remettent le couvert. En choisissant pour héros un réalisateur comme lui, Almodovar nous entraîne dans une réflexion très personnelle sur son univers et ses règles. Un challenge si important qui a demandé au réalisateur ibérique une implication si totale qu?il en a mis tous ses autres projets sur pause. Entre hommage cinéphilique (les citations du Hollywood 50's abondent) et dévoilement (im)pudique, le dernier opus de Pedro devrait faire pleurer les midinettes... et les festivaliers.

Bright Star

<strong>De </strong>: <strong>Jane Campion</strong> <strong>Le Film</strong> : Drame historique mettant en scène une partie de la vie du poète anglais John Keats pris de passion pour la belle Fanny Brawne, <em>Bright Star</em> se veut une biographie romancée de l?écrivain emblématique du romantisme britannique peu connu chez nous.<strong>Pourquoi on l?attend</strong> : Avec <em>La Leçon de Piano</em>, Jane Campion était la première femme à recevoir la Palme d?Or. Il y a dix-sept ans, Campion prouvait à une Croisette émerveillée que Cannes pouvait encore rimer avec amour ou sensualité. La ­cinéaste a toujours avoué sa passion pour les désaxées avides d'amour. <em>Bright Star</em> devrait compléter cette recherche sur l'extravagance et l'exclusion. On nous promet un film tumultueux, décalé et d'un romantisme bouil­lonnant.

Cannes 2009 devrait assurer son lot de sensations. Entre le nouveau Tarantino, le dernier film de Heath Ledger et le sulfureux Antichrist, la croisette devrait connaître quelques trous d'air assez jouissifs. Première.fr fait le point avant le début des hostilités prévu pour mercredi.