DR

C’est en 1983 en effet que le Théâtre de l’Odéon devient Théâtre de l’Europe et entre dans une nouvelle ère, porté par un projet artistique à échelle européenne élaboré par le metteur en scène italien, directeur du Piccolo Teatro de Milan, Giorgio Strehler. Depuis, cette démarche d’ouverture aux productions étrangères  s’est répandue comme une trainée de poudre et il est désormais inenvisageable, dans n’importe quel établissement public de la capitale, de concevoir une programmation sans inviter des créations hors frontières. Si l’étiquette "Théâtre de l’Europe" n’est plus l’apanage unique de l’Odéon, c’est bien lui qui le premier, tel une profession de foi, l’a gravé dans son nom-même.En trente ans, se sont succédé nombre de metteurs en scène incontournables issus de toute l’Europe faisant de ce lieu un vivier culturel, un terreau artistique commun tissé de ramifications multiples. Giorgio Strehler y a présenté à quatre reprises son fameux Arlequin, serviteur de deux maîtres, pièce maîtresse dans l’histoire de la commedia dell’arte. Ingmar Bergman, Peter Stein, Peter Zadek y ont exposé leur vision shakespearienne sans précédent. Klaus Michael Grüber, Frank Castorf, Deborah Warner, André Engel, Christoph Marthaler, Thomas Ostermeier, Katie Michell ou encore le Théâtre Maly de Saint-Petersbourg sont passés par là. Y a eu lieu la première représentation parisienne d’un spectacle du polonais Krystian Lupa, Les Somnambules, d’après Hermann Broch (1998). L’italien Romeo Castellucci a créé à lui tout seul une mini-révolution avec deux spectacles présentés pour la première fois à Paris, en collaboration avec le Festival d’Automne, Genesi et Il Combattimento (2000). Krzysztof Warlikowski et Robert Wilson y ont mis en scène Isabelle Huppert. Côté français, Georges Lavaudant et Olivier Py y ont imprimé leur marque. Patrice Chéreau a fait l’ouverture de la nouvelle salle des Ateliers Berthier avec Phèdre. François Tanguy y a fait escale avec son Théâtre du Radeau. Joël Pommerat y est devenu un habitué, Angelica Liddell aussi.Luc Bondy, qui a pris l’an dernier la direction du Théâtre y a été programmé à maintes reprises  auparavant (En attendant Godot, Phèdre, La Mouette…). Il a fait l’ouverture de sa première saison avec la dernière pièce de Peter Handke, Die schönen Tage von Aranjuez puis une pièce d’Harold Pinter, Le Retour. Il met en scène cette année Les Fausses Confidences de Marivaux, présenté à partir de janvier 2014.A l’occasion de cette journée d’anniversaire placée sous le haut patronage d’Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication, l’Odéon prend le temps d’un retour en arrière sur 30 années de programmations pour mieux se tourner vers son avenir. Une démarche qui se traduit par une volonté affirmée de réunir des acteurs de cette aventure théâtrale en particulier et de la scène européenne en général, toutes générations confondues, qui ont participé et/ou participeront à l’Histoire de l’Odéon. Tables rondes et débats réuniront étudiants issus de l'École normale supérieure de Lyon et de l'École de journalisme de Sciences Po avec des personnalités émérites contribuant dans l’ombre aux échanges transfrontaliers nourrissant de l’intérieur le paysage théâtral actuel.La manifestation, débats et projections incluses, est en entrée libre. Réservation au 01.44.85.40.40Par Marie PlantinVoici le programme détaillé de la journée du 12 novembre 9h30 : Le regard nomadeDes programmateurs européens s’expriment sur leur désir de faire découvrir ici ce qu’ils ont vu là-bas.Introduction par Luc Bondy, Véronique Cayla, Olivier Poivre d’Arvor, Nicolas DemorandIntervenants : Éric Bart, Marie Collin, Barbara Engelhardt, Borja Sitjá, Jean-Pierre ThibaudatModération : École normale supérieure de Lyon 11h45 : Échanger l’Europe : théâtre et médiasQuels médias construire pour que s’élaborent de nouvelles façons de penser et de dialoguer par-delà les frontières ?Intervenants : Nicolas Demorand, Anne Durupty, Emmanuel Hoog, Giuseppe de Martino, OlivierPoivre d’ArvorModération : École de journalisme de Sciences Po. 14h15 : Giorgio Strehler, la tentation faustienneProjection du film documentaire réalisé en 1989 par Marco Motta, Frédéric Chapuis,Myriam Tanant. Durée : 32 min.Coproduction La Sept 15h : Les Europes de l’Odéon : genèse et futursQuelles ambitions ont inspiré la création d’une grande scène européenne à Paris ?Quels futurs pour ces ambitions ?Intervenants : Jack Lang, Lluís Pasqual, Georges Lavaudant, Olivier Py, Luc BondyModérateurs : Jean-Loup Rivière et Emmanuel Wallon 16h45 : Théâtre, fabrique d’EuropeQuelle citoyenneté culturelle pour l’Europe ? De grandes figures européennes de la culture témoignent de leurs engagements.En présence de Madame Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, et de personnalités politiques européennesModératrice : Émilie Aubry 20h30 : Winterreise im OlympiastadionD’après Hypérion ou l’ermite de Grèce de Friedrich HölderlinUn spectacle de la Schaubühne, Berlin. Film réalisé en 1970 par Klaus Michael Grüber.Durée : 70 minProjection en version originale sous-titréeInédit en France. Dans le vieux stade olympique de Berlin, Grüber fait résonner la parole deHölderlin là où la propagande nazie tint tribune à l’occasion des Jeux Olympiques de 1936.Introduction par Ellen Hammer et Bernard Pautrat (dramaturges du spectacle), Jean-Louis Besson,Gaëlle MaidonEn partenariat et en accord avec la Schaubühne, Berlin et le Norddeutscher Rundfunk