DR

Si les starlettes aiment autant Cannes, ce n’est pas que pour le cinéma. D’ailleurs, on croise souvent quelques pipoles qui n’y voient aucun film. Quand on tend un peu l’oreille, les interrogations des personnalités ne sont pas « qui va recevoir la Palme d’or cette année ? » mais plutôt « bon, c’est quoi le plan ce soir ? ». Car Cannes, vous devez commencer à le savoir, c’est surtout des soirées. Et pour l’ouverture, on est plutôt gâtés par Disney avec la soirée de « Là-Haut ». Déco minimaliste, proche de l’intérieur de la maison du vieux Carl dans le film, macarons, barbe à papa, ballons multicolores, pâtes au poulet, champagne et beaucoup de sourires figés. Environ 400 personnes ont pris d’assaut la plage du Carlton dont quelques personnalités vues sur les marches le soir même. Ça commence, pour nous journalistes, par un bon tapis rouge des familles en présence de l’équipe du film de « Là-Haut » qu’on remercie de nous avoir fait poireauter pendant deux heures pendant que Saïd Taghmaoui ou Frédérique Bel profitent des gâteries du chef. Et forcément quand on rentre, on peut s’asseoir sur les macarons, que Jean-Paul Daroussin a dévoré. Miss Aubade, Jovanka Sopalovic profite des sons très 80s du DJ. L’interdiction de filmer dans la soirée crée une atmosphère au final plutôt conviviale, les pipoles se mêlant aux inconnus sans être dérangé. Bien sûr, il y a un carré VIP… squatté par six personnes : Pierre Sarkozy alias Mosey, oui le fils cadet du Président, qui fait des pitreries, tentant vaguement d’arracher un sourire à Aishwarya Rai . Voilà bien le genre de scène qu’on ne voit qu’à Cannes. On entend des Jean-Claude par-ci, Jean-Claude par-là. Tout le monde croit que Van Damme est présent. Après enquête, il y a bien un Jean-Claude, Jitrois de son nom, l’homme qui ne lâchera sans doute jamais Sarah Marshall d’une semelle. Plus fort que le FBI, Jean-Claude. Quelques coupes de champagne, on profite de revoir les collègues des sacro-saintes soirées cannoises. Le dance-floor bat de son plein, avec au milieu, une Tilda Swinton au top accompagné d’amis qu’elle mitraille avec son appareil photo new-generation. On constate aussi que les rumeurs comme quoi la crise toucherait la Croisette et ses soirées est infondée. Preuve en est, la soirée de Pixar touchant à sa fin, Frédérique Bel est déjà en train de nous faire saliver sur les soirées du lendemain (aujourd’hui quoi) : Thomas Dutronc en concert au Jimmy’z pour la remise de prix des talents Audi (on y attend Guillaume Canet, Jean-Paul Rouve…), Luc Besson en visite sur la Terraza Martini, pour un apéro au Martini, on l’aura compris, Yvan Le Bolloc’h et ses musiciens en concert… sur la Croisette, au pied du Carlton, Paris Première qui squatte, comme chaque année, la Villa Murano, avec Béatrice Ardisson aux platines, et puis bien sûr le Baron, où ne rentrent seuls les habitués ou « ceux qui ont un bon style » selon le physio, la boîte hype où les équipes du Grand Journal de Canal+ aiment se retrouver. Au moins, grâce à Frédérique, ce matin, plus personne ne se demande « bon, c’est quoi le plan ce soir ? ».