DR

Il suffit parfois de peu d’ingrédients pour faire une bonne recette, pourvu qu’ils soient de qualité. L’essentiel est de savoir bien les choisir, au bon moment, et de connaître l’art de les agencer entre eux. S’y ajoute la magie et le mystère de l’alchimie finale. Au théâtre, comme en cuisine, le succès d’une pièce est souvent une affaire de mariage réussi entre différents éléments et de goût du public, bien évidemment. Le spectacle Inconnu à cette adresse répond à ces critères et prolonge pour un deuxième tour de piste au Théâtre Antoine une première saison auréolée de succès. Son secret ? Un texte de référence dans l’histoire de la littérature, un roman épistolaire court et percutant narrant l’évolution d’une amitié en pleine montée du nazisme. Le suspense de l’intrigue est mené avec brio par son auteur américaine Kathrine Kressman Taylor vers une chute glaçante en forme de coup de théâtre. Il ne s’agit donc pas d’une pièce à proprement parler mais la metteur en scène (elle-même écrivain) Delphine de Malherbe a su voir dans cet échange de lettres sous tension un matériau dramatique magnifique, la trame d’un dialogue vénéneux, reflet d’une époque agitée et noire de l’Histoire, auscultant la part obscure de l’être humain. A cette base littéraire formidable, s’adjoint le choix d’adapter l’œuvre à la scène avec une distribution évolutive, plaçant dans ce face-à-face verbal redoutable deux interprètes choisis parmi les grands noms du théâtre et du cinéma populaires français. Excellente idée qui permet au grand public, par le biais de têtes d’affiche attractives, de découvrir un texte admirable du patrimoine mondial. Ainsi, Gérard Darmon et Dominique Pinon, Patrick Timsit et Thierry Lhermitte, Nicolas Vaude et Thierry Frémont, Bruno Solo et Samuel Le Bihan, Richard Berry et Franck DuboscGaspard Proust et Stéphane Guillon, Elie Semoun et Jean-Paul Rouve, Michel Boujenah et Charles Berling… et d’autres encore ont prêté leur voix et leur talent à cette aventure scénique au long cours.Inconnu à cette adresse sera interprété au mois de novembre par un duo insolite composé de Francis Lalanne et de Dominique Pinon, puis en décembre par deux figures majeures du cinéma français, Jean-Pierre Darroussin et Eric Elmosnino.Par Marie Plantin