DR

Les blockbusters sortent de plus en plus rarement aux Etats-Unis avant d'être proposés dans d'autres pays. Même au niveau des avants-premières, Hollywood n'est plus si souvent à l'honneur et les stars soutiennent leurs films d'abord en Europe, en Asie ou en Amérique du Sud (récemment, Tom Cruise avait ainsi fait le tour du globe pour Oblivion et gardé l'Amérique du Nord pour la fin de la promotion). Si l'équipe d'Hunger Games 2 est passée la semaine dernière par Londres, Rome, Paris, Madrid ou encore Berlin, les Brésiliens on eu la chance de découvrir le film avant tout le monde. Et ils se sont rués dans les salles obscures.En mars 2012, 3,1 millions de dollars avaient été amassés par le premier volet dans 636 salles le week-end de sa sortie. Depuis vendredi, ces chiffres ont déjà doublé concernant sa suite : L'embrasement a récolté 6,3 millions de billets verts dans sur 962 écrans. Sachant qu'en fin de course, le premier opus avait offert à Lionsgate 10,1 millions de dollars rien qu'au Brésil, sa suite est bien partie pour faire beaucoup mieux.  Idem dans le reste du monde ?Un phénomène mondialC'est la théorie actuellement exposée par les spécialistes du box office. Si Hunger Games avait été un énorme carton l'année dernière (691,2 millions de dollars), il avait enregistré près des deux tiers de ses recettes aux Etats-Unis (408 millions). Les analystes pronostiquent que la situation sera rééquilibrée concernant cette suite, voire inversée : elle pourrait mieux marcher à l'étranger qu'en Amérique du Nord. Et ainsi passer le milliard de dollars de recettes ? C'est encore trop tôt pour l'affirmer, mais si L'embrasement marche ne serait-ce qu'aussi bien que le premier opus aux Etats-Unis, il passera donc les 400 millions de dollars de recettes. Et s'il fait encore mieux à l'étranger, il sera à plus de 800 millions au cumul. Alan Gould, analyste chez Evercore, calcule que même si cette suite cumule moins d'argent que le premier volet aux USA (disons 375 millions) mais qu'elle cartonne ailleurs (il estime environ 575 millions), le long-métrage atteindra les 950 millions de dollars de recettes.Dans le détail, le premier opus avait très bien marché en Angleterre (37,3 millions), en Australie (31), en Chine (27), en Allemagne (20), en France (14,5), au Mexique (13,9) ou encore en Russie (13,4). Si L'embrasement fait mieux dans ces pays, les recettes globales vont en effet grimper rapidement.On le sait, les suites marchent souvent mieux que les premiers épisodes. Et comme Hunger Games était déjà un beau succès, ce deuxième volet mis en scène par Francis Lawrence est bien parti pour créer l'événement. On en reparle dès ce week-end, lorsqu'il sera diffusé aux USA et dans 65 autres pays.Pour rappel, L'embrasement suivra toujours Katniss (Jennifer Lawrence), qui, au terme d'une tournée de la victoire éprouvante, apprend qu'elle va devoir retourner dans l'arène pour les Jeux de l'Expiation, dont les tributs seront tous d'anciens gagnants. Le film sortira en France le mercredi 27 novembre. Vous ne devinerez jamais qui a été viré d'Hunger GamesREVIEW - Hunger Games : l’embrasement place la barre du « young adult » très haut